Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

chantiers-navalsSTX.jpg

Le 10 octobre 2013, les salariés des chantiers navals STX ont appris par la presse financière (Les Echos) la mise en vente de leur entreprise. Les chantiers navals de Loire Atlantique, ce sont 2.000 salariés et 4.000 salariés chez les sous-traitants qui dépendent de STX. C’est un fleuron de l’industrie française, ils ont construit les plus grands navires comme le France ou le Normandie ou le pétrolier géant Batillus.

 

 

 

Le groupe  coréen STX Offshore & Shipbuilding est  propriétaire, depuis 2008 de 66 % des Chantiers, contre  33 % possédés par l’Etat français. La décision de vendre émane d’une banque Coréenne, la Development Bank, tête du pool bancaire qui a pris le contrôle du groupe.  En 2008 pour trouver de nouvelles sources de profits, le groupe avait décidé de construire en Chine,  les plus grands chantiers navals du monde avec un investissement de plus d'un milliard de dollars. Après le krach de Wall Street,  le chantier a été stoppé,  30 000 salariés chinois licenciés.

 

 

 

Aujourd’hui les décideurs financiers veulent le relancer avec l'aide de l'Etat chinois. Pour ce faire, la fermeture des chantiers en Europe est  la solution qui a leurs faveurs. Le directeur de STX  St Nazaire - L. Castaing – dément l'info le 15 octobre 2013 , curieusement 2 jours avant la tenue des élections des représentants du personnel : «  être acheté, c’est être désiré ! » dit-il.  Il y a  bien péril en l'entreprise. 

 

 

 

Les incertitudes pour l’avenir viennent d'être amplifiées par une information sur les choix de la SNCM (Société Nationale Corse Méditerranéenne). Celle-ci envisage la construction de quatre navires fret passagers, type ferry. Alors qu’elle était en pourparlers avec STX, on apprend qu’elle a décidé de relancer son appel d’offres auprès d’autres chantiers navals : l’Italien Fincantieri, les Allemands Flensburger et Nordic Yards, le Sud-coréen Daewoo et le Japonais Mitsubishi.

 

 

 

L'Etat qui détient 25% du capital de la SNCM a les moyens de peser pour que  son choix soit  en faveur des chantiers STX, il doit intervenir.   Pour l'heure,  Montebourg, le ministre du Redressement productif se contente de  vagues déclarations.

 

 

 

Les élections professionnelles aux chantiers ont eu lieu. Malgré les manœuvres, la CGT  a appelé à repousser les attaques d’une direction qui veut dénoncer tous les accords  favorables aux salariés signés ces derniers temps, accords sur le temps de travail, les prime, les congés d'ancienneté, droit syndical etc… Elle  demeure la première organisation syndicale. C’est  un point d’appui  important pour développer la lutte des salariés face à toutes les menaces qui s'annoncent sur les chantiers.

 

 

 

Des débrayages ont montré leur volonté  de résister malgré un contexte d'incertitude qui met une pression terrible sur le personnel. Ils ont raison, seule la lutte est efficace face à la voracité des capitalistes. Communistes 44 y apporte tout son  soutien.

 

 

 

Quelles perspectives pour les Chantiers ? Pour  assurer l’avenir des chantiers naval, il faut les sortir des griffes des multinationales capitalistes. Il faut les nationaliser. Seule la nationalisation pleine et entière, sans indemnités,  permettra de sauver toute cette somme de savoir-faire accumulés, de compétences tant dans la construction navale que dans l'ensemble des sous-traitants.

 

 

Source:http://www.sitecommunistes.org/

Commenter cet article