Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

 pierre-gattaz-MEDEF

 

Depuis quelques jours, François Hollande visite les banlieues. Il apporte la bonne parole d’un Président qui marque sa compassion pour la pauvreté et propose ici ou là quelques emplois. Pendant ce temps, lui et son gouvernement avec le patronat, en liquident des dizaines de milliers. Le Ministre Lamy nous promet une nouvelle « politique de la ville » qui simplifierait les dispositifs actuels. Le résultat attendu c’est moins de moyen pour plus de misère. En effet depuis 2008 la misère s’est étendue, elle touche 15% des français et tout le cirque de la politique de la ville de B. Tapie sous F. Mitterrand à F. Amara sous N. Sarkozy en passant par Lamy aujourd’hui n’a qu’un objectif endiguer le mécontentement populaire et assurer un contrôle social de la population. Ce contrôle n’empêche pas les manifestations de colère de la population. Il a cependant le mérite aux yeux des dirigeants et des patrons de maintenir ce mécontentement sur le mode de la révolte sans que soit mis en cause leur politique. Beaucoup de forces s’intéressent aux banlieues populaires avec le même objectif. L’ambassade des USA finance des projets comme le fait aussi celle du Qatar, projets qui tendent à montrer la supériorité du capitalisme et à mettre en concurrence les jeunes sans travail avec en prime l’idéologie de gagneurs. Pendant que tout ce monde s’agite, les capitalistes avec le gouvernement écolo-socialiste à son service sont en train d’imposer une redéfinition des territoires. Les métropoles se constituent de manière antidémocratique en niant les réalités communales et départementales. Le capital mondialisé à besoin d’espaces où il dit le droit, où il dispose au gré de ces besoins de force de travail qualifiée et d’une armée de chômeurs et de précaires pour faire pression sur les salaires et où il impose aux territoires une concurrence mondiale. Dans ces conditions, la démocratie et la Nation n’ont pas sa place. Cependant, la réussite du projet n’est pas assurée et les tenants du capitalisme le savent bien. Ils craignent par-dessus tout que le mécontentement des couches populaires puisse se transformer en exigence d’un changement social et politique profond. Ainsi le Président du Conseil Économique Social et Environnemental, J.P. Delevoye livre le fond de la pensée des forces dominantes. Il écrit qu’il faut « apaiser les peuples » pour : « éviter les colères destructrices ». Son analyse de la situation mondiale reflète une inquiétude profonde celle de l’intervention des peuples. Il se range évidemment du point de vue du capital en affirmant clairement : «  Apaiser les marchés et sauver les banques correspond à l’urgence pour éviter la faillite ». Il observe que dans l’état actuel des choses, les « mouvements populaires témoignent des spasmes qui secouent aujourd’hui nombre de sociétés et nous dévoilent un monde particulièrement instable ». Reconnaissons à J.P. Delevoye la lucidité de l’analyse. Elle doit nous inciter à poser en grand deux questions : celle de mettre fin au système d’exploitation capitaliste et construire une société socialiste au service des travailleurs et du peuple et celle tout aussi nécessaire pour accomplir cette tâche d’un grand parti révolutionnaire.

 

Source : site « Communistes »

 

Commenter cet article