Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

fralib001.jpg

Faut-il encore donner le nombre de jours de luttes (bientôt 1000 !), le nombre de manifs, de débats, de réunions en préfecture, au ministère, d’affrontements avec la direction aux grilles de l’usine ou dans les prétoires ?

 

Faut-il détailler le contenu de tant de jours (et de nuits !) dans cette bataille titanesque pour l’emploi et pour la vie, le nombre d’assemblées générales pour une organisation qui a en permanence le souci de fonctionner collectivement ?

 

Faut-il parler de tous ces moments de colère contenue devant l’arrogance, le cynisme et le mépris de dirigeants qui assument tranquillement de s’engraisser et d’engraisser leur groupe aux dépens de familles entières qui ne demandent qu’à vivre de leur travail…tout simplement ?

 

Faut-il reprendre l’historique de tous ces messages électroniques (1293 à ce jour) qu’Olivier envoie presque chaque soir depuis la grève de 2010 ?

 

Sans doute que non et encore moins pour les lecteurs de Rouge Midi qui suivent avec une attention où se mêlent respect, admiration, inquiétude et moments de joie forte tout au long de ces bientôt 1000 jours qui tiennent en haleine celles et ceux qui sont épris de justice et d’espoir.

 

Le 28 février dernier, UNILEVER, fait unique dans l’histoire sociale de ce pays, a vu son Plan de casse de l’emploi cassé par la justice pour la 3ème fois. En droit cela veut dire que le groupe doit tout reprendre à zéro, réembaucher les ouvriers licenciés, reprendre la production et, s’il y tient vraiment,…présenter un nouveau plan.

 

Eh bien non !

 

S’asseyant sur la décision de la cour d’appel, la multinationale ne veut pas l’appliquer en prétendant qu’elle ne peut plus le faire et qu’éventuellement les salarié-e-s peuvent saisir les prud’hommes pour obtenir une indemnité.

 

Une nouvelle manœuvre

Jeudi au conseil de Prud’hommes de Marseille, 8 salariés (sur 182 !) saisissaient « spontanément » la justice pour qu’elle condamne UNILEVER à leur verser une indemnité dont l’annulation du plan social était censée les priver (sic !).

 

Un peu téléphoné comme procédure d’autant qu’à l’audience l’avocat des fralibiens apportait la preuve que c’est l’avocat des 8 « plaignants » qui les avait sollicités, (ce qui est contraire à la déontologie du métier d’avocat et mériterait sans doute une interpellation du bâtonnier afin de savoir ce qu’il en pense) pour qu’ils fassent cette démarche pour laquelle il assurait par courrier une quasi gratuité.

 

Un avocat « désintéressé » donc qui agissait pour le bien de qui ? On se le demande. A l’audience sa plaidoirie était quasi identique à celle de son supposé adversaire, l’avocat de l’employeur, tous les deux soulignant que l’annulation du PSE entravait la bonne marche des projets d’UNILEVER dont l’indemnisation faisait partie...

 

Payer pour pouvoir licencier s’ils y sont contraints ils savent faire, mais maintenir l’emploi surtout pas !

 

Bien sûr un tel argument n’a aucune valeur juridique ni ne correspond à la réalité le président de la communauté de communes qui a préempté usine et machines ayant écrit au PDG pour lui signifier qu’à tous moments la production pouvait repartir.

 

Bien sûr sur ce point la justice finira par donner raison aux fralibiens…mais dans combien de temps ? Et pendant ce temps-là qui paiera les salaires ? La position de la multinationale est claire et la même depuis le début : pas question de laisser des ouvriers reprendre l’usine et prouver qu’ils ont raison quand ils disent qu’ils peuvent se passer de patron pour produire mieux, de façon plus écologique (en revenant à des circuits courts privilégiant les productions locales pour les infusions), plus équitable (en payant les paysans producteurs d’Asie ou d’Afrique et les salarié-e-s de France à un salaire correct) et cela sans augmenter les prix aux consommateurs voire en les diminuant.

 

Pour UNILEVER et ceux qui la soutiennent l’enjeu est autant politique qu’économique.

 

C’est là que le gouvernement montre à quel point il a choisi son camp. Non seulement il ne réquisitionne pas la marque, non seulement il renie ses engagements de campagne électorale, mais en plus il n’intervient même pas pour faire respecter les décisions de justice ce qui rend notre pétition encore plus d’actualité, pour Fralib comme pour les autres entreprises menacées de fermeture.

 

UNILEVER compte sur l’asphyxie financière et la complicité du gouvernement pour empêcher à la reprise qui donnerait tort sur toute la ligne à celles et ceux qui prônent la résignation devant les politiques d’austérité et de chômage ou ne croient pas aux batailles pour l’appropriation sociale et les nationalisations.

 

Face à eux, la CGT de l’agroalimentaire nous lance un appel :

 

« Il nous faut absolument monter d’un cran.

 

Pour gagner, faire céder UNILEVER qui veut leur couper les salaires, les envoyer remplir les rangs de pôle emploi et faire payer la collectivité à leur place alors que le 3ième P.S.E. a été annulé par la cour d’appel d’Aix ; la Solidarité, l’engagement du plus grand nombre à leurs côtés est nécessaire. »

 

Relevons le défi et lançons en grand la bataille financière pour que les fralibiens puissent tenir et gagner !

 

Charles Hoareau

 

Dons à envoyer à :

CGT Fralib

Bourse du travail

Cours Beaumond

13400 Aubagne

CCP 08 840 68 H 029

IBAN : FR41 2004 1010 0808 8406 8H02 986

BIC PSSTFRPPMAR

 

Source : Rouge Midi

Commenter cet article