Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Je n’ai aucune sympathie pour Mélenchon, pas plus que pour un quelconque autre candidat,… au point d’ailleurs que je ne me déplacerai même pas pour voter. Mon acte citoyen est de refuser la mystification qu’est l’élection.

Cela devait être dit pour éviter tout malentendu partisan, mais la dernière déclaration (I-télé/Europe1 le 1er avril) de la présidente du MEDEF mérite que l’on s’y arrête,… elle en dit long sur le cynisme du patronal et ces temps de crise.

"Le programme de Jean-Luc Mélenchon est un programme qui installerait une modalité de contrôle de l’économie et pas seulement de l’économie, peut-être comme on n’en a jamais vu".

Madame Parisot craint un « contrôle de l’économie ». Quand on voit les intérêts qu’elle défend on comprend sa crainte. Il est certainement mieux, pour les acteurs économiques qu’elle représente de pouvoir, sans aucun contrôle, de leurs victimes faire leurs petites et grandes affaires. En effet :

Que serait l’économie sans la liberté de licencier, d’exclure du travail, de réduire à la misère celle est ceux qui par leur travail créent la richesse ?

Que serait l’économie si les fabricants ne pouvaient plus fabriquer n’importe quoi avec n’importe quoi ? S’il fallait toujours faire attention aux composés des produits, en vérifier la toxicité, mettre en garde le consommateur sur d’éventuels dangers ?

Que serait l’économie si l’on ne pouvait pas polluer sans limite notre environnement, l’air, la mer, la campagne, les villes ?

Que serait l’économie si les possesseurs du capital ne pouvaient plus toucher des rémunérations dépassant l’imagination du citoyen moyen ?

Bref, que serait l’économie si celle-ci sans tenait simplement à satisfaire les besoins des hommes et des femmes de cette planète dans le respect de l’environnement.

"Il y a aussi des phases dans les révolutions qui sont terribles. Je trouve que Mélenchon est beaucoup plus l’héritier d’une forme de Terreur que l’héritier des plus belles valeurs de la Révolution".

Madame Parisot fait dans la peur. La Révolution,… le mot est lâché. Mais faut-il rappeler à cette dame que s’il y a eu des révolutions dans l’Histoire, c’est justement parce qu’il y avait des personnages comme elle qui s’acharnaient à exploiter, à spolier, à diviser, à exclure des populations entières, les réduire à la misère. Que les exploités ne se révoltent pas et ne font pas des révolutions pour s’amuser, mais acculés à des situations impossibles à vivre.

Or, et cela n’a pas échappé à cette dame, aujourd’hui, c’est exactement le cas qui produit révolte, voire révolution. On comprend qu’elle soit inquiète.

Quand aux « belles valeurs de la Révolution », ces mots dans sa bouche prennent une étrange sonorité.

Pour elle, quel sens peut avoir le mot « LIBERTE », sinon celui de s’accaparer d’un maximum de biens, liberté de licencier, liberté d’agir dans l’intérêt de quelque uns au mépris de tous les autres.

Pour elle, quel sens peut avoir le mot « EGALITE » quand elle défend les intérêts de cumulards qui touchent autant en un mois qu’un salarié moyen touche en trois siècles.

Pour elle, quel sens peut avoir le mot « FRATERNITE » quand elle évolue dans une société, et dans un monde, dans laquelle il y a de plus en plus de pauvres, d’exclus, de personnes qui ne peuvent plus se soigner, se loger…

"Il y a des moments où la démagogie flatte des choses tout-à-fait détestables et c’est comme ça que les choses deviennent ensuite incontrôlables, non maîtrisables".

On comprendra désormais que parler de contrôle collectif de l’économie, de sécurité alimentaire, de réduction des inégalités, de salaires et de retraites décents, de respect de l’environnement,… constituent pour Madame Parisot des « choses tout à fait détestables ».

Et bien sûr si le contrôle collectif s’exerce, tout devient incontrôlable...beaucoup plus incontrôlable que le fonctionnement des marchés financiers, que la crise monétaire, de la dette, de l’énergie nucléaire, des OGM… qui comme nous le constatons tous les jours sont parfaitement contrôlés.

Cette dame trouve Jean Luc Mélenchon « vulgaire ». Il est vrai que comparé à la finesse et la culture de Nicolas Sarkozy, le candidat du Front de Gauche fait pâle figure, sans parler de quelques uns de ses ministres comme Nadine Morano ou Frédéric Lefèvre.

Elle trouve qu’il « oppose les personnes les unes aux autres ». Qui est visé, les salariés et les patrons ? Mais cette opposition n’a pas eu besoin de Jean Luc Mélenchon pour exister avant même sa naissance à lui et à elle.

Elle trouve enfin que la présence des ministres communistes au gouvernement serait « ringarde ». Ca nous change de la crainte des chars soviétiques sur les Champs Elysées.

Cette déclaration manquait dans cette morne campagne. C’est désormais chose faite. La quantité de sottises débitée est telle que l’on peut espérer que madame Parisot mettra ça sur le compte du 1er Avril… C’est le seul espoir qui lui reste pour être crédible.

Patrick MIGNARD

Avril 2012

source : "le grand soir"

Commenter cet article

Serge des bois 06/04/2012 19:57


Bonjour Diablo, 


Je partage, bien entendu, l'analyse des 3 premiers commentaires et je crois qu'il est bon de mettre chacun devant ses responsabilités.


Alors comme ça, pour combattre Parisot, laissons élire son représentant !!!


Quelle formidable analyse ! Les bras m'en tombent !


Je constate que,  quoi qu'ils en disent, les partisans du non vote sous quelque forme que ce soit, se moquent totalement que le monarque soit réélu. Car, si tous ceux qui ont intérêt
au changement les suivent, c'est ce qui arrivera OBLIGATOIREMENT.


J'attends encore que l'un d'eux me démontre le contraire.


Qu'ils osent enfin écrire noir sur blanc que cette réélection leur est indifférente puisque le monarque, le FN, Hollande, Mélenchon, ce serait pareil !


S'ils se réfugient derrière le fait que d'autres voteront Hollande pour l'empêcher, ce sont des faux-culs et des lâches, et je pèse mes mots. Car ils laissent aux autres le soin de se
salir les mains pour pouvoir prétendre être les "Monsieur Propre" de la politique, c'est indigne !


Fraternellement



DIABLO 06/04/2012 20:35



Nous sommes d'accord: si on veut virer Sarkozy il faut bien voter pour un candidat qui se présente contre lui ! Elémentaire non !


Ou alors on considère qu'avec Sarkozy les travailleurs se mobiliseront plus facilement pour faire reculer sa sale politique.


Le problème est que depuis cinq ans, avec Sarkozy au pouvoir, aucune mobilisation n'a été suffisante (ex. sur les retraites) pour faire reculer le
gouvernement : soyons clairs ce que je dis est vrai ou est faux ?


C'est vrai évidemment, donc il faut réfléchir à une autre stratégie et saisir toutes les occasions pour que le peuple se mobilise "en masse" pour enfin
"gagner", "conquérir du progrès social.


Une occasion c'est, avec cette présidentielle, la dynamique autour de la candidature Mélenchon.


Je n'en dis pas plus, je ne dis pas Mélenchon est notre saveur suprême...Je dis il y a une dynamique et c'est nouveau.


Donc, il faut s'inscrire dedans et "pousser au cul" si je peux dire: pour virer l'autre dans un premier temps et pour mobiliser très fortement dans un second
temps et briser dans l'oeuf toutes les théories du style : "laissons le temps au gouvernement de gauche de travailler, ne lui mettons pas des bâtons dans les roues etc..." (théories que l'on
entendait en 1981).


Voilà la bonne stratégie : naturellement ce n'est pas sûr que l'on gagnera comme ça mais c'est certain, autrement on est quasiment sûr de
perdre.


Maintenant j'aimerai bien qu'un contradicteur vienne ici me démontrer que je me trompe .


C'est possible mais il faut me le démontrer


A vous lire


Salut et fraternité   


 



caroleone 06/04/2012 17:37


Bonsoir Diablo et Fanfan,


 


J'ai vu cette diatribe aussi sur LGS et ne l'ai pas comprise.....


Je pense comme Serge que c'est bien égoïste de ne pas se prononcer lors de cette élection alors qu'elle est soumise à tant d'enjeux, alors que le peuple en a sa claque depuis 5 ans de subir ce
mépris et cette chute aux enfers du capital !!


Je pense aussi que voter c'est se révolter, voter c'est se prononcer, c'est penser aux masses et lorsque l'on se dit marxiste et révolutionnaire, on pense forcément aux autres et aux masses avant
soit-même. Cela me semble le minimum d'humanisme à avoir pour porter nos idéaux.


Ensuite, chacun fait comme il veut, que ceux qui n'arrêtent pas de tortiller du cul gardent leur énergie pour soigner leur aigreurs d'estomac, nul doute qu'ils en auront, en ont déjà. L'amertume
développe des ulcères, voir le mal partout et critiquer à tout va, ce n'est pas bon pour la santé et si la droite repasse au pouvoir, ces mêmes personnes gueuleront parce qu'elles ne pourront pas
se faire rembourser leur maalox et autre primpéran !!


Amicalement


 


caroleone


 

fanfanchatblanc 06/04/2012 17:32


Merci Diablo pour ta réponse judicieuse.. je partage tout à fait ton analyse. Amitié.

fanfanchatblanc 06/04/2012 16:04


Cette critique des propos de la Reine du Medef est tout à fait pertinente par contre elle me semble contradictoire avec le fait que l'auteur de l'article annonce d'emblée qu'il ne votera pas..
alors pourquoi critiquer ce qui ? car pour moi au risque d'être qualifiée de simpliste, je pense que les abstentions font le jeu du pouvoir actuel, voire du FN.. alors JE VOTE. amicalement

Diablo 06/04/2012 17:14



Tout à fait d'abord, en effet j'ai du mal à comprendre la démarche abstentionniste lors de ce scrutin présidentiel, qui, qu'on le veuille ou non est le plus
important (et je n'en suis pas ravi) dans la Vème République.


Car si virer Sarkozy n'est pas la condition suffisante pour des changements progressistes ça ne semble être la condition nécessaire. Or, si l'on ne vote pas (dans le cas qui nous occupe contre le candidat du MEDEF Sarkozy) on prend le risque de le voir réélu. Et une réélection
de Sarkozy serait un signe fort pour de nouvelles régressions sociales catastrophiques. Dire cela n'est pas aduler Mélenchon ou Hollande et avoir des illusions à leur sujet naturellement mais
c'est je pense un simple bon sens pour un citoyen qui vit modestement de son travail (s'il en a!).


De plus, si nous pouvons maintenir et amplifier la dynamique créée autour de la candidature Mélenchon qui dit que de grands conquêtes, par la lutte,  ne
sont pas au bout ?


En tous cas, les conditions seraient plus favorables pour réussir une "grève générale" ( remember le Front Populaire : vote + grève= congés payés et 40 h...)
que si Sarko est réélu. Là c'est à coup sûr le coup de blues généralisé et pour un certain temps à mon avis.  


Enfin c'est mon avis, et je voudrais bien que les "purs et durs" cessent de traiter les gens comme moi de traîtres à la classe ouvrière et autres joyeusetés
du même acabit.