Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

netanyahu-palestine.gif

Un hôpital n’est pas un objectif militaire. Et si une force militaire frappe délibérément ce genre d’établissement, ce n’est certainement pas pour se défendre. Israël a bombardé le 21 juillet l’hôpital des Martyrs d’al-Aqsa à Deir el-Balah, causant la mort de cinq personnes. Quatre jours plus tôt, c’était le centre de réadaptation al-Wafa à Gaza qui était de nouveau visé. Plusieurs blessés sont à signaler. Ce centre avait demandé la protection des agences humanitaires internationales. L’armée israélienne avait demandé d’évacuer les patients alors qu’ils n’étaient pas selon le directeur de l’établissement en mesure de l’être. Aucun argument n’a empêché la fureur sioniste de s’abattre sur ces malades.



L’offensive terrestre visant à pénétrer dans la bande de Gaza a commencé le 17 juillet. C’est ce que craignaient le plus les Palestiniens. La dernière invasion en date remonte à l’opération Plomb durci il y a à peine six ans. Quelque 1.400 Palestiniens, dont 300 enfants et des centaines de civils non armés, avaient trouvé la mort.


 

La nouvelle guerre de Gaza demeure, comme celles qui l’ont précédée, totalement asymétrique aux plans technique et politique. L’opération « bordure protectrice » menée par l’armée israélienne  n’est pas un affrontement entre deux parties égales mais une nouvelle attaque menée, avec des moyens aussi formidables que disproportionnés, par une armée régulière contre des militants enfermés dans une enclave assiégée. « Lors des attaques aériennes incessantes sur Gaza, les forces israéliennes ont fait preuve d’un mépris flagrant pour les vies et les biens civils », a déclaré Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnistie internationale. Selon le bureau des Nations unies pour la coordination des affaires sanitaires, près de 240 Palestiniens avaient déjà été tués avant que l’opération militaire ne commence ; au moins 171 étaient des civils, parmi lesquels 48 enfants et 31 femmes. Les déclarations israéliennes laissent quant à elles entendre que les objectifs de Tsahal consistent avant tout à briser la résistance palestinienne.


 

On se demande tout de même pourquoi on ne parle du drame palestinien que lorsqu’il y a des victimes israéliennes. Pourquoi la légitime résistance du peuple palestinien n’arrive-t-elle pas à capter un peu plus l’attention des médias internationaux ? Et pour quelles raisons un peuple qui vit depuis plus de soixante-quatre ans sous occupation fait-il plus figure d’agresseur que d’agressé ?


 

La réponse à ces questions réside tout simplement dans la collaboration, voire la complicité, entre notre gouvernement et Israël. Depuis une dizaine d’années, les convergences des intérêts israéliens et franco-européens est notable. L’entité sioniste jouit au sein des institutions européennes d’un statut à nul autre pareil. Depuis 1994 (conseil européen d’Essen), l’Europe est acquise à l’idée qu’Israël doit pouvoir jouir d’un « statut spécial » (dans le texte) avec elle. Leur finalité est de rapprocher les intérêts israéliens et européens comme leurs législations pour ouvrir notamment le marché intérieur européen à Israël, lutter contre le terrorisme et le crime organisé, contre le racisme et l’antisémitisme, développer la coopération scientifique et technique, la recherche, l’information dans quasiment tous les domaines, etc. Les relations sont si étroites que l’ancien Haut représentant de l’Union européenne Javier Solana avait déclaré en 2009 qu’Israël « était un membre de l’Union européenne sans être membre de ses institutions ». Le développement économique d’Israël explique ce rapprochement mais il serait naïf de croire qu’il ne s’accompagne pas d’un développement égal des relations diplomatiques.


 

Aujourd’hui, les Palestiniens n’ont pas besoin de nos larmes. Ils n’ont besoin ni de notre sympathie, ni de notre pitié. Contre l’entité sioniste, contre nos gouvernements de vendus, contre cette Europe collaboratrice du terrorisme d’État, les Palestiniens ont besoin de notre rage.

 

Capitaine Martin


 

source: résistance politique

Commenter cet article