Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

TRIBUNE LIBRE 

Le tourbillon médiatique qui accompagne l'attaque sans précédent que subit la zone euro, ne permet pas de discerner les lignes forces qui agissent en coulisse, afin de piller les états et les peuples. Tout cela conduit bien évidemment à la mise sous tutelle des économies nationales. Le pire est bien sur l'abandon total de la souveraineté populaire. En effet, il faudra avant de voter le budget national, que celui-ci soit contrôlé par des instances supranationales. La commission européenne, l'euro groupe, le FMI vont donc piloter et gouverner les pays européens pour le plus grand bien des acteurs financiers florissants que sont, les banques, les assurances et  les fonds spéculatifs. Rappelons en passant, qu'aucun élu de quelque pays que ce soit ne participe aux décisions prises.

Sous le prétexte  de sauver la monnaie unique. Sous le prétexte de protéger les différents pays de la zone euro face à la vague montante de la spéculation financière. Les chefs d'états et de gouvernements réunis à Bruxelles,  en collaboration avec la commission européenne et le FMI (encore lui!) ont mis en place des plans d'austérité. Ces décisions très graves, constituent  une attaque sans précédent contre le modèle social européen. L'ensemble des acquis sociaux sur ce continent est menacé. Il faudra donc se soumettre à la gouvernance mondiale pilotée par "Lémarchés". Aucune contestation n'est possible, tant sont éloignés et invisibles les donneurs d'ordres. Il va falloir abandonner notre statut de citoyens libres et égaux en droit, pour ne devenir que les sujets obéissants de sa majesté "La finance". 

La guerre totale que mène cette nouvelle divinité aux états souverains et aux peuples, dans le but de piller les richesses qui lui échappent encore, est terrifiante. Elle utilise les techniques sophistiquées mises au point par les stratèges ultralibéraux, adeptes de la théorie "Du chaos destructeur". 

Parmi ces armes de destruction massive on peut citer:

La maîtrise des esprits par le biais des média dominants entièrement sous contrôle.

Le mécanisme de la dette.

Les crises financières à répétition, avec comme conséquence la capitulation des gouvernements en rase campagne face à ces barbares des temps modernes.

Les états à l'issue de la crise des "Subprimes" ont tous nationalisé les pertes et privatisé les profits. Cette mécanique mortifère développe actuellement, et en direct, la deuxième partie de cette valse macabre au  bal des vampires. En effet, les différents états  ont injecté des liquidités très importantes dans les banques à l'automne 2008 pour les sauver de la faillite. Ils ont tout naturellement emprunté de l'argent sur le marché et ont donc augmenté la dette de façon exponentielle. Les acteurs financiers sauvés de la faillite par la puissance publique se retournent contre elle pour le dépeçage final. Les nouveaux héros seraient donc ces "Banksters" sans foi ni loi dont le seul objectif est le pillage systématique des peuples. Ils ravagent la planète depuis une quarantaine d'années environ. La doxa ultralibérale impose partout la croyance divine en les vertus supposées du libre marché et de la libre circulation des biens et des services. La fameuse «concurrence libre et non faussée » est l'arme idéale utilisée pour la destruction totale de tous les services publics.

Que faut-il faire?

Faut-il sauver "Les marchés" et les spéculateurs, en assassinant les peuples et la démocratie?

Faut-il tordre le cou à ces pirates des temps modernes qui sèment la terreur et la mort là où ils peuvent officier en toute liberté? L'exemple irakien est parfaitement éloquent à cet effet.

Une chose est absolument certaine: 

Il faut retrouver la force de dire non.

Il faut retrouver le courage de bâtir un autre avenir que celui promis à nos enfants. C'est plus que jamais indispensable.

N'oublions pas que les principaux désastres écologiques sont à imputer au capitalisme mondialisé.

N'oublions pas que :"La terre ne nous appartient pas mais que nous l'empruntons à nos enfants."

Nous avons le devoir de réagir.

Il me vient à l'esprit les paroles du Général De Gaulle dans son discours à Alger le 23 avril 1943:

« Un régime économique et social tel qu’aucun monopole et aucune coalition ne puissent peser sur l’Etat, ni régir le sort des individus, où, par conséquent, les principales sources de la richesse commune soient ou bien administrées, où, tout au moins, contrôlées par la nation, où chaque français ait, à tout moment, la possibilité de travailler suivant ses aptitudes, dans des conditions susceptibles d’assurer une existence digne à lui et à sa famille. Un tel régime politique, social, économique, devra être conjugué avec une organisation internationale des rapports entre toutes les nations, telles que, dans un monde dont l’interdépendance est désormais la loi, chaque peuple puisse se développer suivant son génie propre et sans subir aucune oppression politique ni économique ».

Des solutions existent elles sont éminemment politiques.

Les élus du peuple, les partis politiques, les syndicats et tous les acteurs de la vie publique ne doivent pas démissionner devant ces bandits de grand chemin. Les représentants de la souveraineté populaire ont l'obligation de se ressaisir et d'assumer la défense de l'intérêt général au risque de déplaire à la caste dirigeante Le  courroux  des puissants sera grand, la riposte est certaine. Mais la légitimité populaire peut et doit imposer à ce capitalisme financier mondialisé des règles contraignantes et pérennes.

Quelques pistes à étudier

La séparation entre les banques de dépôt et les banques d'investissement doit intervenir sans délais pour assécher les bulles spéculatives. Cette mise au pas des banques avait déjà eu lieu aux USA en 1934 dans le cadre du "New Deal", et en France après la libération dans le cadre "Du programme du Conseil National de la Résistance". 

La priorité doit être donnée au plein emploi avec des salaires décents. Il faut l'imposer aux puissants.

L'affirmation de la souveraineté nationale, avec comme corollaire la défense de l'intérêt général, doit supplanter les dogmes libre-échangistes en vigueur aujourd'hui.

La défense et le renforcement des services publics sont incontournables.

D'autres axes politiques sont à mettre également en avant.


Lucien PONS

Commenter cet article

jc seclin 16/07/2010 23:57



http://mjcf.pevele-melantois.over-blog.fr/article-l-offensive-n-4-demandez-l-offensive-54031134.html


 


Salut camarade,


voici le lien vers le numéro 4 du Journal de Section de la Jeunsse Communiste du Pévèle Mélantois,


n'hésites pas à le lire, nous donner tes impressions et critiques, le faire tourner voir le publier sur ton blog si le coeur t'en dis ;)