Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

medef-radio.jpg

Les chiffres ne mentent pas : les représentants du patronat ont été invités 151 fois, contre 59 fois pour (tous) les syndicats de salariés, dans les émissions d’information des grandes radios généralistes (France Inter, RTL, Europe 1, France Info et RMC) de septembre 2011 à mars 2013, selon une étude publiée par l'observatoire des médias "ACRIMED", information reprise par l'Humanité.

Les salariés, leurs revendications et leurs leaders syndicaux sont quasi absents des médias alors que:

  • => Les plans sociaux se succèdent les uns aux autres,
  • => Des milliers de salariés sont jetés à la rue,
  • => La discussion sur l’ANI se déroule en catimini à l’Assemblée et au Sénat.

Pire : quand ils finissent par arriver dans un studio de radio, "on" n'interroge guère les représentants syndicaux que sur les raisons de leur mouvement, de leur colère, de leur inquiétude.

"On", autrement dit:

  • => Patrick Cohen,
  • => Marc-Olivier Fogiel,
  • => Nicolas Poincaré,
  • => Jean-Michel Aphati.

Et ces journalistes et consorts leur réclament des comptes; à eux les représentants des salariés, et aux salariés !

  • => Des pneus grillés à Goodyear ?
  • => Des CRS bousculés dans une manif ou devant une sous-préfecture ?
  • => Une colère qui s’exprime ?
  • => Des gens désespérés ?

... ce sont, pour les journalistes des grands médias, « des violences »; et même des « violences inexcusables ». « Un état d’esprit belliqueux », de « la menace et de l’intimidation », voire « l’encouragement de la casse et de la violence ».

Pire: les questions aux patrons ne sont jamais posées sur le même registre que les questions posés aux représentants des salariés:

  • => D'un coté on demande au patron d’expliquer sa stratégie,...

  • => De l'autre on demande aux syndicalistes, et aux salariés voués au chômage, de fermer leur bouche et de rester calmes.

Où est donc la violence ? Facile de discuter avec recul, les fesses confortablement calées dans un bon fauteuil, avec un patron, de « la crise » et de la « nécessaire austérité » ! 

Il semble plus difficile aux journalistes des grandes radios généralistes de se confronter à la dure réalité du monde du travail et de l'exploitation de l'homme par l'homme :

  • => Celle de salariés qui subissent une pression quotidienne dans leur entreprise,
  • => Celle des salariés qui se font jeter comme de vulgaires mouchoirs en papier, et devraient en plus s’excuser d’être en colère ?

 

Pas étonnant alors que la radio qui passe pour une radio "de gauche", c'est à dire prétendument la plus proche des salariés (France inter), voit son audience plonger ! Car c'est littéralement l'envahissement, la colonisation,... par le Medef !

 

Car, de plus, les chiffres d'ACRIMED ne prennent pas en compte ni les pseudos experts invités, ni les éditorialistes ou chroniqueurs permanents, ni les économistes interrogés, qui sont tous appointés par des officines du Medef ! Même si Jacques Attali et Alain Minc ont été comptabilisés comme représentants du patronat car ils sont seux mêmes dirigeants d'entreprises (le premier est président de Planet Finances, et le second de l'entreprise AM Conseil).

Et, à part cela, il paraît que la "Lutte de classe" n'existerait pas ?

Mais quand demandera-t-on, sur nos antennes privées et publiques, des comptes aux patrons sur les violences exercées contre leurs salariés ? Et sur leurs conséquences ?

Comme dit le site ACRIMED, le Résultat ? C'est une victoire par KO des représentants du patronat !

 

Lu sur le blog de l'UL CGT de Dieppe

Commenter cet article