Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

fagor-brandt.jpg

Cette production, ces technologies, ces marques, ces qualifications doivent rester en France pour garder l'emploi et équiper les foyers. Seule la nationalisation définitive et sans indemnisation  permettra de recréer un grand pôle électroménager.



Fagor-Brandt, dernier groupe généraliste d'électroménager en France, plus de 2000 emplois  a déposé son bilan le 6 novembre. Ses 4 usines sont mises à l'arrêt à La Roche/Yon et  Aizenay  (Vendée), à Vendôme (Loir et Cher) et à St Jean de la Ruelle (Loiret).

 

Pourtant :


=> ce groupe fabrique et vend 2 millions de produits par an sur le marché français,


=> les carnets de commandes sont pleins ( en attente : 80 millions d'euros de produits à fabriquer) mais les fournisseurs de matières premières, plus payés depuis des semaines, ont cessé d'alimenter les usines.


=> Fagor-Brandt bénéficie de technologies de pointe avec un secteur Recherche et Développement hérité de la période où ce groupe – alors Thomson- était nationalisé ; des procédés innovants dans le domaine de la domotique et dans le développement durable.


=> Fagor-Brandt fabrique des marques synonymes de qualité : Vedette, Sauter, De Dietrich et bien sûr Fagor et Brandt.


=> Fagor-Brandt a bénéficié de très nombreuses aides publiques,

 


Mais la maison – mère espagnole, Mondragon, a refusé de sauver sa filiale française. Elle  a mis la main sur Brandt en 2005 en l'associant à Fagor electodomesticos.



Elle l 'a même vidée au fil des années, utilisant les profits dégagés en France dans la construction d'un nouveau pôle à Wroclaw en Pologne dans l'espoir d'une main- d'oeuvre bon marché. Elle a délocalisé le froid et les appareils de cuisson- sauf les micro-ondes.



Elle a attribué les marques à sa filiale irlandaise et a disposé de tous les brevets dont Fagor-Brandt ne dispose plus librement.



Elle a réorienté la production qui allait de la moyenne à la très haute gamme vers des produits low-cost, marques distributeurs.



Stratégie assez classique de toutes les entreprises capitalistes, mais justement Mondragon n'est pas ou prétendait ne pas être une société capitaliste, c'est une coopérative ! La plus grande coopérative du monde avec ses 83 000 salariés, plus de 270 structures, créée en 1956 par un jeune prêtre basque et qui s'est développée dans les années 60 à 90, créant sa banque, ses écoles, son université etc.



Progressivement, la proportion de «  socios », les coopérateurs, exclusivement basques, ne cessait de décroître face aux salariés des filiales étrangères en Europe mais aussi en Chine.



Ce système de «  cogestion », cet îlot de socialisme dans un pays capitaliste »  devant lequel s'extasiaient la CFDT et tous les pseudo-néo révolutionnaires des années 70 et 80, après avoir coexisté sans encombre avec le franquisme  s'est adapté, sans la moindre difficulté, à la plus pure gestion capitaliste. Les décisions du groupe «sont aujourd'hui dans la mouvance de n'importe quelle multinationale capitaliste analyse P. Braglia, un délégué CGT de Fagor-Brandt rappelant cette phrase d'un responsable espagnol venu en France en 2005, s'adressant aux salariés : “Nous sommes les actionnaires et nous n’avons pas les mêmes intérêts.” ».





Les salariés de Fagor-Brandt sont entrés en lutte, nous les soutenons, nous en sommes.



source :http://www.sitecommunistes.org/

Commenter cet article