Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Décidément si les Verts n'existaient pas, le capital et les gouvernements qui le servent devraient inventer cette force d'appoint de réformistes qui draine un maigre électorat (2,5% aux présidentielles). Elle est aussi un excellent recours pour détourner l'attention sur les vrais problèmes.

 

Portés par l'intox officielle et les médias, dont chaque sujet traité débouche sur l'écologie, les Verts (dont deux sont ministres du gouvernement Hollande) n'ont plus qu'à jouer leur rôle et faire oublier que le capital est le seul responsable des destructions environnementales réelles mais instrumentalisées. Les gouvernements qui se succèdent noient le poisson dans des « Grenelle » à répétition et autres conférences sur l'environnement débouchant sur de nouvelles contraintes et de nouvelles taxes appelées pompeusement « fiscalité verte ».Au final, c’est le peuple qui trinque.

 

L'écologie ainsi détournée devient une religion avec ses grands prêtres, chassant l'hérésie et culpabilisant chacun d'entre nous. Ecartée la recherche de profits immédiats des multinationales ! Ecarté le capital qui pille la planète de ses richesses, affecte notre santé, va jusqu'à créer des conflits armés pour préserver ses intérêts ! La guerre est pourtant la pire et vraie menace écologique pour l'humanité avec le danger atomique. Danger qui n'inquiète pas les écolos, réservant leurs coups contre l'énergie nucléaire.

 

Pour en revenir à cette dernière conférence tenue avec des invités choisis, il y a été donc surtout question de fiscalité verte avec ses taxes. Les grandes sociétés, baptisées pour l'occasion « professionnels de l'énergie renouvelable » étaient, elles, soucieuses des profits à empocher avec les grands chantiers qui s'ouvrent et les produits nouveaux (éoliennes, panneaux solaires etc...). Quant aux pétroliers (UFIP), ils sont d'accord avec les Verts pour une hausse des taxes sur le gasoil. Tant pis pour les plus pauvres des consommateurs avec leurs voitures et leurs chauffages qui polluent ! Quant à Thibault, secrétaire général de la CGT, il a sans doute oublié que son rôle était de se battre pour la satisfaction des revendications et des besoins des salariés. Or au cours de cette conférence il s'est déclaré « ouvert » sur tous les sujets. Nous revoilà dans le compromis, le grignotage d'acquis contre une avalanche de mauvais coups.

 

Pour "Communistes" : l’indépendance énergétique nationale est en cause. La politique énergétique doit répondre aux besoins sociaux, à la création d'emplois. La première mesure à prendre est la renationalisation de toutes les entreprises productrices d'énergie et le développement de la recherche dans ce secteur. La privatisation des industries de l’énergie par les gouvernements qui se succèdent, n'a servi que les intérêts des actionnaires, affaiblissant notre pays et ne répondant plus aux besoins. Une nouvelle fois c'est la population qui paie une facture qui s'alourdit de mois en mois. Hollande et son gouvernement n'envisagent aucun « changement » dans ce domaine, au contraire ! Le capital veille, il n'a jamais digéré les nationalisations d’après-guerre.

 

La recherche et l'exploitation des richesses de la planète, les productions humaines de biens énergétiques et de biens de consommation, sont sous le contrôle des multinationales qui en tirent des profits fabuleux, avec les conséquences écologiques qu’elles font subir aux peuples.

 

La protection de notre environnement et des populations est une des facettes de la lutte contre la nocivité du capital. Mais de cette lutte, les écolos et leurs alliés n'en veulent surtout pas.

 

Source : " site Communistes"

Commenter cet article