Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Le Diablo

 

UE-violon

Le 9 mai, la "Journée de l'Europe" tombe on ne peut mieux en cette campagne électorale.             


Tous les médias à la botte, bavardent sur  la grandeur émouvante de cette union européenne. Tout cela grâce à l'action des "pères fondateurs" de l'Europe, Schuman et Monnet.


Schuman et Monnet étaient les hommes des Etats-Unis.  Quoi de plus normal quand on sait que M. Schuman était l'homme du patronat et des cartels franco-allemands de la sidérurgie, un sinistre personnage qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain et qui s'est retrouvé inéligible après la guerre. Membre de ligues anticommunistes et antisémites, pro-allemand puis pro-américain, celui-ci s'est toujours adapté aux chemins internationaux empruntés par les capitaux.


Ces "pères fondateurs" ont donc permis de réaliser le rêve du grand capital, une Europe sans barrière douanière, sans frontières, où la souveraineté des états disparaît aussi vite les acquis sociaux.


À l'époque déjà, la position européenne du Front National s'affiche en grand.  Il refusera de combattre l'Acte Unique, une des pierres angulaires de la construction de l'Europe du Capital. Un de leurs députés déclarera même : "Nous n'avons nullement l'intention comme les communistes d'hypothéquer l'avenir de la France qui se fera sûrement à travers l'Europe". Le FN restera pro-européen jusqu'au tournant des années 1990 où le Capital lui demandera de détourner le mécontentement populaire.


À gauche, le PS sera le champion de l'intégration européenne. Son "tournant social-libéral" n'existe pas, c'est une longue ligne droite. Jacques Delors, déjà, en 1986,  a initié le premier traité qui interdisait de s'opposer à la libre circulation des capitaux dans  la CEE et entre la CEE et le reste du monde. Tout le reste sera à l'avenant, Maastricht, Amsterdam, élargissements, etc. À chaque fois, ces choix politiques ont eu pour conséquence des reculs sociaux considérables pour les salariés de France et d'Europe.


Grâce à la Troïka, La Grèce fut un extraordinaire terrain de chasse pour les capitalistes. L'UMP et le PS ont participé à la curée. Hollande est allé à Athènes accompagné de grands patrons français pour désosser les services publics grecs.


En ce 9 mai, ils voudraient donc nous faire oublier les taux de chômage jamais atteints, la misère chaque jour plus étendue, la course aux salaires les plus bas, toutes les conséquences désastreuses de l' austérité qui s'abattent sur le peuple.                                                                                                  


Ils voudraient nous faire oublier la désindustrialisation, la disparition des exploitations agricoles, la destruction du tissu local.         


Ils voudraient nous faire oublier la hausse des impôts, la casse de la protection sociale, le démantèlement  et la marchandisation de tous les services.


Ils voudraient nous faire oublier les milliards engouffrés dans les dépenses militaires, les bruits de bottes qui se rapprochent à grande vitesse.


Ils voudraient surtout  nous faire oublier que tout cela, c'est LE capitalisme et que c'est seulement en le détruisant, en rendant au peuples les richesses qu'il est seul à produire,  en expropriant les capitalistes des entreprises pour les confier aux producteurs, que nous pourrons construire une société conforme à nos besoins.


Ils voudraient surtout  nous faire oublier que le capitalisme se nourrit des guerres et qu'il est prêt, encore une fois, à y précipiter les populations, européennes ou non. Les conflits - grands ou petits- sont toujours sources de profits pour les multinationales. Les va-t'-en guerre ne manquent pas, toujours prêts à faire massacrer le peuple, au nom des grands principes des " droits de l'homme et de la démocratie "  alors que le seul droit qu'ils connaissent est celui d'exploiter sans limites.

 

source: www.sitecommunistes.org

Commenter cet article