Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

mineurs-gdcombe1948.jpg

Je ne suis plus depuis des années adhérent du PCF, dont les dirigeants ont trop souvent abandonné les principes communistes. Les membres de ma famille étaient, il y a cinquante ans, des militants mineurs de le Grand’Combe ou ouvriers de salindres. Eux étaient de rudes combattants de la lutte de classes, contre les occupants nazis durant la guerre, contre le patronat et les gendarmes du socialiste Jules Moch en 1947. C’était l’époque où la France se relevait grâce à ses industries, aux mines de charbon du Nord et du pays d’Alès, grâce à sa classe ouvrière, dont les meilleurs représentants étaient les communistes.

Tout cela a changé : les mines du Pas de Calais ont fermé, celles du bassin des Cévennes aussi. La France, et notamment notre région, deviennent peu à peu des friches industrielles, où les attractions touristiques pour Néerlandais ou autres peuples du nord de l’Europe ont remplacé les usines d’aluminium, de textile, et les chevalements. Les retraités métallos ou mineurs n’ont plus que leur maigre pension pour oublier leur silicose, et le passé glorieux des communistes cévenols.

Les détenteurs de capitaux exportent les usines au loin, où les profits seront meilleurs parce que la misère est plus grande. Le PCF a perdu la sève ouvrière qui le nourrissait ; il est tombé entre les mains de notables, de bureaucrates, dont la seule pensée est de poursuivre leur carrière : pour être réélu, il faut, pensent-ils, être assez conciliant avec d’autres forces politiques, socialistes ou verts notamment, pour avoir leur soutien électoral. Cela se nomme l’opportunisme sans principes, et certains élus du PCF s’en sont fait une spécialité : au lieu de dénoncer les guerres où participe l’impérialisme français, ils approuvent l’OTAN en Libye, en Syrie, sous prétexte que Kadhafi ou Asad ne sont pas démocrates !

N’étant plus, et pour cause, adhérent de ce PCF, je ne participe plus à ses débats internes, habituellement. Mais trop, c’est trop ! A la lecture de la déclaration de la section communiste d’Alès, datée du 19 septembre 2012, tout ce que j’ai hérité de ma famille ouvrière et communiste des Cévennes me remonte à la gorge. Notre région, comme bien d’autres en France, crève d’avoir perdu ses industries. Au lieu de dénoncer les capitalistes français, européens et autres, qui organisent ce désastre pour accroître leurs profits, ceux qui devraient être les fiers héritiers des communistes d’Alès en Cévennes proclament :
« Gaz de schiste, deux fois non. …Il est impensable d’exploiter de nouvelles sources d’énergie fossiles qui réchaufferaient encore plus la planète….des choix qui placent l’humain et son environnement avant toute considération… »… avant toute analyse de classe en tout cas : les exploiteurs et les exploités n’existent plus pour certains membres du PCF…

Certes, il est vrai que les méthodes actuelles d’exploitation du « gaz de schiste » par fracturation sont destructrices, qu’il faut s’opposer vivement à leur application, et en mettre en place d’autres plus appropriées, avant l’exploitation.

Mais affirmer que cette ressource naturelle, susceptible de redonner vie aux industries de la région ne doit pas être utilisée est infantile : cela correspond exactement aux choix du capitalisme transnational, qui veut détruire le potentiel productif de la France. Sait-on que les USA, grâce au « gaz de schiste », couvriront dans dix ans leurs besoins en énergie, quand la France devra plus que jamais les importer ? Sait-on que tous les grands pays soucieux de leur avenir, y compris l’Algérie, pays pétrolier, vont en entamer l’exploitation ?

Combien de voix et de sièges ce reniement va-t-il vous rapporter, avant de tuer définitivement le PCF qui fut le parti de la classe ouvrière et risque de mourir de ne plus l’être ? Reprenez-vous, camarades, avant qu’il ne soit trop tard !


A. Sirvin, 

dit l’asé rouji.


Source

Commenter cet article