Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

PRCF-logo

Cher citoyen Mélenchon,

 

Le Pôle de Renaissance Communiste en France a, à plusieurs reprises, sollicité une rencontre avec  vous, y compris par l’intermédiaire de militants et de cadres du Parti de Gauche. Aucune réponse, fût-elle négative, ne nous a été donnée et nous ne comprenons pas cette attitude.

Nous souhaitons pouvoir échanger nos analyses pour définir nos divergences et surtout nos convergences. Cela n’a pu se réaliser jusqu’à présent mais nous sommes évidemment prêts à une telle rencontre, si vous la jugez également utile.

 

Toujours est-il que les élections présidentielles s’approchant, la situation politique étant ce qu’elle est, nous souhaitons vous adresser ce courrier afin de clarifier un point qui nous paraît fondamental.

 

 Nous avons apprécié, et nous l’avons dit publiquement, un certain nombre de vos positions : sur Cuba socialiste, sur l’Amérique Latine, sur Stalingrad, sur le Tibet, sur le patriotisme, sur la République, sur la laïcité....

Cependant vous n’êtes pas sans savoir que subsiste entre nous une divergence politique importante sur l’analyse que nous faisons respectivement de l’Union Européenne. Vous et le Front de Gauche affirmez la possibilité d’une « Europe sociale ». Pierre Laurent, président du Parti de la Gauche Européenne, ne cesse d’intervenir en défense de l’euro, au nom duquel tous les acquis sociaux et toutes les souverainetés nationales sont ravagés, et d’affirmer qu’on peut transformer ce poison violent qu’est la monnaie unique en un outil au service du progrès.

 

Comme d’autres forces politiques progressistes, nous pensons au contraire que l’UE est intrinsèquement une construction du capital, que l’Euro est l’axe structurant de cette politique de guerre au monde du travail et aux nations constituées. Nous jugeons donc impossible une orientation progressiste de l’UE : on ne transforme pas un crocodile en doux végétarien. Rappelons que 80% de la classe ouvrière, selon les derniers sondages, partage notre constat et plus largement  les couches populaires de façon majoritaire.

 

Bien entendu il ne s’agit pas simplement de constater la divergence mais d’étudier la manière de la surmonter de façon dynamique, dans une perspective qui nous serait éventuellement commune, et cela dans une situation où notre pays vit sa crise existentielle la plus grave depuis 1940, ce qui appelle à des efforts unitaires de tous les patriotes progressistes. Et cela d’autant plus qu’il serait gravissime d’abandonner au FN le combat contre l’euro : ce combat, à la fois national et social, fut en effet au cœur de la campagne du PCF de G. Marchais et de la CGT d’Henri Krasucki pour le  « non » à Maastricht, qui impliquait le « non » à la monnaie unique.

 

C’est pourquoi nous souhaitons vous interpeller sur une question cruciale. 

 

Si une fois élu président, vous constatiez,  - ce qui nous paraît inéluctable au vu des rapports des forces en Europe et en Allemagne -, que vos propositions pour transformer l’UE se heurtent au refus des autres gouvernements de l’UE (menaces et sanctions financières à l’appui), quelle serait votre attitude ? 

Vous soumettre en attendant des jours meilleurs comme l’a fait Jospin en 1997 ? Ou bien vous battre frontalement pour dégager notre pays de l’étau qui paralyse toute alternative progressiste, y compris jusqu’à la sortie unilatérale de l’euro et à la rupture totale avec l’Europe supranationale du grand capital ? Le vote de millions de citoyens dépend en réalité de la levée de toute ambiguïté sur cette question.

 

Ce point est en effet fondamental non seulement en termes stratégiques mais en termes tactiques et électoraux, en particulier vis-à-vis de notre combat commun et radical contre le Front dit National dont la montée en puissance repose largement sur l’exploitation de l’aspiration très légitime de la classe ouvrière à « produire en France » et à rompre avec le libre-échangisme mondial, qui n’est que le masque de la domination planétaire des monopoles capitalistes. C’est d’ailleurs dans le fait que le FN feint de récupérer le combat de G. Marchais pour produire en France (avec des Français et des immigrés, faut-il le dire !) et pour défendre la souveraineté de notre pays et son droit à coopérer avec tous les pays du monde que prend naissance l’écho ouvrier et populaire très alarmant suscité par Marine Le Pen.

 

L’affirmation, par un candidat progressiste, de cette double dimension idéologique : le combat pour l’indépendance nationale et  l’engagement pour la solidarité internationale des peuples (une solidarité qui dépasse et de loin le cadre européen), nous paraît une condition nécessaire pour rassembler l’électorat ouvrier et populaire car, comme le disait Jean Jaurès, « la souveraineté politique du peuple est le socle de l’émancipation sociale » et aussi : « un peu d’internationalisme éloigne de la patrie, beaucoup y ramène ».

 

 

Enfin, et parce que notre pays est entraîné vers des chemins très dangereux par l’oligarchie capitaliste, nous voudrions que vous affirmiez avec clarté qu’une République présidée par Jean-Luc Mélenchon ne se trouvera mêlée, ni de près ni de loin, à une intervention impérialiste en Iran ou en Syrie, comme elle le fut tout récemment en Libye.

 

 

Voilà, cher citoyen Mélenchon, ce que nous tenions à vous dire dans l’attente d’une réponse à notre interrogation qui n’a cure de l’esprit de chapelle et relève exclusivement de ce qui est notre responsabilité à tous : permettre à une dynamique progressiste et à une perspective révolutionnaire de s’affirmer à un moment où se décident l’avenir, et même la survie au 21ème siècle, d’une France républicaine et sociale.

 

Salut et fraternité ! 

 

Le 7 février 2012 

Pour le PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France), 

Léon Landini, président du PRCF, a. officier FTP-MOI, Grand Mutilé de Guerre, Médaille de la Résistance et officier de la Légion d’honneur ; 

Pierre Pranchère, vice-président du PRCF, a. député, ancien FTPF, Combattant volontaire de la Résistance ; 

Jean-Pierre Hemmen, vice-président du PRCF ;

Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF ; 

Antoine Manessis, secrétaire à l'action unitaire ;

Annette Mateu Casado, secrétaire de la commission finances du PRCF ;

Jany Sanfelieu, secrétaire à l’organisation du PRCF.

Commenter cet article

fanfanchatblanc 01/04/2012 23:40


Bonsoir Diabolo.. Mon seul objectif est que Sarko dégage.. et en l'état il me semble que le vote pour Mélenchon est la seule issue car s'abstenir serait donner des armes à Sarko et au FN. Il
semblerait qu'il ait déjà rassemblé quelques indécis. Je ne suis pas une experte en économie ni en rien d'ailleurs, mais je n'arrive pas à comprendre ce que l'abandon de l'euro pourrait nous
apporter. En outre je pense que le combat à l'intérieur de l'Europe est possible et je crois à une Europe sociale..  certes pour l'Allemagne il faudra attendre 2013 avant que le rapport de
force bascule.. mais après tout le PC en 1981 avait signé le début de sa dégringolade en acceptant de gouverner sous Mitterrand ce que j'avais pressenti connaissant les intentions de celui-ci de
l'éliminer. Il fallait rester une force puissante d'opposition. Inutile bien sûr de refaire l'histoire.. alors soyons lucides en faisant le nécessaire pour que sarko soit neutralisé. Bien
amicalement

Jean Paul Carré 12/03/2012 19:13


OU EST passé mon commentaire ? y aurait'il une censure afin que seuls les commentaires à 100% dans la ligne du parti soient visibles (comme au bon "vieux temps") ?


rassurez moi svp

DIABLO 12/03/2012 19:42



Patience cher monsieur : tous les commentaires sont modérés pour éliminer tous propos injurieux, antisémites ou racistes (ça arrive malheureusement) mais je
vous en prie par de procès d'intention: il n'y a pas de censure ici qu'on se le dise.


Bonne soirée à vous   



Jean Paul Carré 12/03/2012 19:09


bonjour, je viens de lire votre texte et les commentaires résultant. Cela m'inspire les quelques questions et reflexions


ne pensez vous pas qu'en "drainant" une partie des voix de la vraie gauche vous risquiez de n'offrir aux Français que l'alternative Hollande, Sarkozy ou pire Sarkozy, le Pen qui dans cecas
risquerait de se terminer par un nouveau mandat Sarkozy ou pire ou presque par une victoire Le Pen, car au contraire du dilemne Chirac Le Pen où les voix de gauche se sont reportées massivement
sur le Pen, i i, les voux de droite pour sur iraient peut être plus chez le Pen que chez Hollande !


vous dites : Il faut être positif. Non, le programme du FdG n'est pas la panacée, oui, il va se heurter aux forces du capital si on ne prend pas les mesures pour les mettre à genoux.  ensez
vous  sincèrement que votre programme est la panacée ? qu'est qui vous fait croure que vous seriez plus forts contre les forces du capital ?


Je ne connais pas kes tenants et aboutissants  de vos relations avec Mélenchon et donc les raisons pourlesquelles il ne réponds pas à votrelettre ouverte, mais pour ma part, je pense
sincèrement (sans pour autant l'approuver) que labataillecontre k'Euro est perdue d'avance et qu'ilconviendrait de mettre plus de forces pourdénoncer le MES et la mise sous tutzlle privés des
finances des états, quitte à accepter peut être provisoirement un Euro qui nous a été imposé et de retourner ses effets néfaste contre ses profiteurs, par exemple, en remettant en route une
planche à billets Européenne controlées par les peuples et non parles valets de Goldman and Sachs. Les jours de Merkel au Bundestag, sont comptés, les allemnds sont fatigués eux aussi deces
magouilles et mafias. C'est un parametre sur lequel vous devez comptezcar 2013 deviendra ainsi l'aube d'une nouvelle Europe. La renationalisation des 4 grandes banques française devrait, elle
aussi entrainer une dynamique de retour dans le giron de l'état des grands services publics ou stratégiques comme l'acier par exemple, qu'on a honteusement bradé à l'Inde, k'eau sur laquelle les
groupes privés se gavent sur le dos des citoyens et bien d'autres domaines comme l'energie etc....


 

caroleone 12/03/2012 08:31


Bonjour Diablo,


 


Je rejoins évidemment les avis de mes camarades Serge et papy, nous avons eu la même progression d'idées sur cette élection et essayons encore d'affiner notre action d'électeur en cherchant à
analyser les solutions à apporter à une situation politique bien précise.


Je crois malgré tout qu'un marxiste doit savoir s'adapter aux urgences et aux attentes de la partie la plus humble de notre société, qui elle , bien souvent non politisée subit la casse de
l'ultralibéralisme.


Je me suis vite sentie, comme toi, certainement assez gênée aux entournures quand j'ai réalisé qu'il fallait que je brade mes idéaux et décide de voter autre chose qu'avec un vote blanc en
couleur comme c'était ma première intention. Je dois dire, qu'en voyant le contexte politique actuel, penser que j'ai même osé émettre cette idée me met une bonne gifle car je me serais fait
l'effet d'être monstureusement égoïste, pire inconsciente.


Nous connaissons tous les enjeux de Mélenchon, nous n'avons pas la naïveté de croire que tout sera rose et béni si la gauche repasse au pouvoir et avons aussi tous conscience qu'il nous faudra
rester actifs et combattre le pouvoir de gauche en place.


Nous sommes politiquement formés , pas besoin de dessins et tous les salamalecs visant à faire culpabiliser les militants qui rallient le FDG ou même un autre petit parti de gauche n'ont que le
mérite de nous faire perdre notre temps.


Quand on ne s'exprime pas en votant quand l'occasion se présente, la logique et la morale veulent que l'on n'exprime pas publiquement son mécontentement par la suite.


C'est la devise que je m'appliquais quand j'étais apolitique: je ne vote pas, je n'ai donc pas à me plaindre.


Je suis certaine que le contexte politique actuel ne souffre pas que nous tortillions du cul, il est impossible que la France reprenne 5 ans de sarkozy et encore moins de voir arriver au second
tour la marine.


A nous de savoir mettre de l'eau dans notre vin, en toute connaissance de cause et votons en notre âme et conscience.


Je serais le 18 mars à la Bastille, je n'y vais pas pour soutenir le FDG mais en tant que militante de gauche et ce rassemblement ne peut que nous donner un réel espoir de changement, nous
montrer que nos forces existent encore et qu'il faut y croire, même si ce sont de petites choses que nous gagnerons par la suite, comme le dit papy, c'est déjà énorme ce score envisagé de 10 %,
et notre objectif c'est bien que sarko dégage.


Il n'y a pas de miracle, devant l'excitation et l'énervement électoraliste, la rue ça calme.....aller au devant des gens pour n'importe quelle action militante permet de se défouler et de
partager. Nous avons encore 41 jours devant nous à tenir, les passions vont aller s'exacerbant, je crains même vu le contexte que cela soit très chaud, alors je suggère aux camarades qui se sont
exprimés sur le forum de Diablo que nous restions unis comme nous le faisons depuis le début : notre évolution, nos analyses nous rapprochent forcément et nous devons nous serrer les coudes.


 


Merci à toi El Diablo pour l'esprit d'ouverture.....


 


Amicalement


 


caroleone


 

DIABLO 12/03/2012 09:44



Merci pour cette contribution,


J'ai la faiblesse de penser qu'une défaite cuisante de Sarkozy et un score à 2 chiffres de Mélenchon redonneraient le moral à de nombreux militants en
entraînant des milliers d'autres à rejoindre le combat émancipateur.


Mon vote du 22 avril n'a pas d'autre motivation.


Quant au programme du FdG j'ai déjà eu l'occasion de dire mes réticences et désaccords notamment sur la question de la fameuse "Europe
sociale".



Papy Mouzeot 11/03/2012 22:12


Bonsoir Camarade Diablo,


 


Je te félicites pour avoir eu le courage de mettre ce coup de pied nécessaire dans cette fourmillière. André Chassaigne a eu la possibilité de représenter le PCF, les militants se sont
prononcés le 18 juin 2011, ils l'ont fait, point barre. Inutile de revenir en arrière, il est un peu tard pour jeter la pierre à Mélenchon. Aujourd'hui le FdG taquine les 10% dans les sondages,
un score supérieur à ce que le le PCF n'a pu connaître depuis bien longtemps. Quel autre choix avons-nous pour exprimer notre volonté progressiste ?


Se réfugier derrière un quelconque boycott qui n'est rien d'autre qu'une abstention équivaut à dérouler le tapis rouge aux pieds de notre adversaire unique. Et même si les réflexions de notre ami
Serge froissent certains esprits sclérosés il a parfaitement raison dans son raisonnement.


Une guerre ne se gagne pas en un jour, elle est la somme de plusieurs batailles. La première à remporter est la mise à mort politique de l'actuel monarque. Viendront ensuite d'autres batailles
pour parvenir à nous libérer du joug de l'ultralibéralisme. Ce n'est pas en restant chez soi le 22 avril que nous parviendont à affirmer nos convictions.


 


Amitiés fraternelles,
Le Papy


 


 


 

Serge des bois 08/03/2012 18:56


Il ne s'agit pas d'appeler à voter pour un candidat, mais de se servir de ce vote pour expliquer les insuffisances et les contradictions de son programme.


Ceux qui ont appelé à voter Chirac contre le Pen n'ont pas appelé à défendre les idées de Chirac, ils ont fait avec le seul choix qui leur était offert.


Rester sur des positions que l'on prétend pures et dures, c'est nier la réalité.  


Un risque de freiner les luttes ? Ou sont les millions de manifestants nécessaires pour faire bouger les choses ?


Notre problème aujourd'hui, c'est de redonner un minimum d'espoir pour relancer une possible mobilisation. Ce n'est pas en affirmant "tous pourris" qu'on y parviendra.


Il faut être positif. Non, le programme du FdG n'est pas la panacée, oui, il va se heurter aux forces du capital si on ne prend pas les mesures pour les mettre à genoux.


Notre boulot de militant est d'expliquer pourquoi, quelles sont les solutions et les choix politiques nécessaires, ne jamais cesser d'affirmer que rien ne se fera sans l'intervention des
travailleurs, que le bulletin de vote n'est pas la finalité, mais le commencement d'un processus qui sera ce que nous souhaitons s'il y a une véritable volonté de faire bouger les choses.


Le programme du CNR n'était-il pas le fruit d'un compromis avec le gaullisme ? Fallait-il le refuser parce qu'il ne permettait pas de passer directement à une société socialiste ? N'a-t-il pas
assuré une amélioration considérable des conditions de vie dans notre pays ? A-t-il empêché le PCF de continuer à affirmer ses orientations et de mener des combats dans ce sens ?


On est bien obligé de tenir compte de la réalité du terrain d'aujourd'hui, connaître nos forces et faire avec.    Et, à moins de se désintéresser du résultat, il faut faire un choix.


Sinon, il faut admettre et oser dire que Sarkozy et l'extrême droite ou le PS, ça ne changera rien puisque c'est pareil. et il faut être bien conscient que le
boycott, l'abstention ou le vote blanc conduisent inéluctablement à ça. Dans ce cas, il faut poursuivre la logique jusqu'au bout et ne plus voter à aucune élection en attendant de
prendre les armes pour renverser ce régime, puisque, dans ce scénario, c'est le seul choix qui nous restera ...


Je reste convaincu qu'il est possible de casser cette spirale infernale en se servant du vote FdG. Sa montée en puissance a déjà obligé Hollande à donner un ton plus à gauche à sa campagne. Il
faut bien en mesurer le pourquoi.


On ne gouverne pas la France de la même façon suivant le poids électoral du courant révolutionnaire, et, même si cela ne plaît pas, c'est aujourd'hui le FdG qui incarne ce courant.


Fraternellement

DIABLO 08/03/2012 19:18



Je partage le point de vue de Serge des Bois et croyez bien que je ne suis pas d'accord sur bien des points du programme du FdG et de Mélenchon , notamment
sur l'U.E. c'est le moins que l'on puisse dire!



Genestal Yvette 08/03/2012 15:27


L'idéologie "européiste" nous empêcherait d'appeler à voter pour un tel candidat.  Appeler à voter est un engagement fort.  On peut toujors disserter sur le sens de l'appel mais pour
les travailleurs un appel à voter c'est appeler à défendre les idées du candidat en question.  Appeler à voter pour un candidat dont on pense que certaines de ses idées sont dangereuses pour
le développement des luttes et les perspectives politiques, c'est se tirer une balle dans le pied.  Or Mélenchon appartient au parti de la gauche européenne qui en appelle à l'Europe sociale
pour justifier l'appartenance à l'Union Européenne.  Appeler à voter Front de gauche c'est lui donner un blanc-seing, à lui et aux candidats du Front de gauche.  C'est aussi donner un
blanc seing aux socialistes qui ont voté le MES à Bruxelles et se sont abstenus à Paris, le laissant ainsi passer dans les deux cas.  Car le Front de gauche a déjà annoncé son désistement
républicain.  Et il parait que F.Hollande avec ses 75% d'impôts sur les tranches au-dessus d'1 million d'euros est dans la bonne voie ?   C'est un peu léger pour être dans la bonne
voie.  Et le reste ?


Yvette Genestal

DIABLO 08/03/2012 16:33



Je comprends ce point de vue et je reconnais que voter pour un candidat dont on ne partage pas (toutes) les options et surtout les essentielles peut sembler
saugrenu.


Il s'agirait, en effet, d'un vote de premier tour donc  "de choix".


Il reste que, quand l'élimination du candidat "des riches" nous semble essentielle que faut t-il faire en tenant compte des institutions, peu démocratiques,
de la Vème République ?


Attendre le second tour pour émettre un vote "d'élimination" en utilisant le bulletin Hollande (enfin en principe) ?


Tout cela n'est pas si simple....


 


Salut et fraternité


 



Serge des bois 10/02/2012 15:33


"C'est un joli nom camarade, c'est un joli nom, tu sais ..."  


Ce n'est pas pour rien que le PRCF lui préfère celui de citoyen, c'est un moyen de garder une distance envers celui qu'il est bien difficile de continuer de traiter par le mépris ... Que cela
plaise ou non, tout le monde, même TF1, a bien été obligé de reconnaître que "l'effet Mélenchon" existe.  On ne peut plus rester en dehors de ce courant., au risque de se retrouver
encore plus marginalisé, 


Je ne me suis pas converti au Front de Gauche, je dis depuis le début que c'est un pis-aller. J'en suis donc d'autant plus à l'aise pour me féliciter de voir de plus en plus de personnes partager
l'idée que le vote FdG peut être utilisé pour aller plus loin dans la bonne direction, sans se renier.


Il y a des désaccords, ne les cachons pas, au contraire, mettons-les clairement sur la table et prenons le peuple à témoin.


Comme le PRCF, je suis persuadé qu'il est impossible de mettre en application certaines propositions du programme du FdG dans le cadre de l'UE.


Mais plutôt que de soumettre un éventuel soutien à un renoncement à ce qui est un engagement fondamental, laissons-nous la chance d'être, dans les faits, confrontés au problème (ce qui suppose
que le candidat soit élu !). Constatons cette différence d'analyse qui, certes, n'est pas  rien, mais n'y conditionnons pas toute notre stratégie.


Si nous admettons :


- que le danger principal est la réélection du monarque


- que donner un blanc-seing au PS est suicidaire


- que, dans le même temps, il faut faire barrage à la montée du FN


Que nous reste-t-il alors comme propositions motivantes autres que déserter le terrain électoral en votant blanc ou nul, ou en s'abstenant ?


Enfin, je me pose une question : si le PCF avait présenté son candidat sur le même programme (dont on peut difficilement dire qu'il ne changerait pas fondamentalement les conditions de vie de
millions de gens s'il était appliqué) qu'est-ce qui nous empêcherait de voter pour ce candidat  ?  


Fraternellement