Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

20130301liberez-GIAbdallah.jpg

POUR LA LIBÉRATION DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH :

 AMPLIFIONS LA MOBILISATION JUSQU’AU 21 MARS 2013 !

La chambre d'application des peines a examiné à huis clos, hier 28 février, le énième appel du parquet contre le report de la décision finale du tribunal d'application des peines concernant la demande de libération de Georges Ibrahim Abdallah, dans l'attente d'un hypothétique arrêté d'expulsion signé par le ministère de l'intérieur.

 

La décision sera donnée le 21 mars, peut-être au lendemain de l’arrêt de la cour de cassation qui doit de son côté juger le pourvoi du parquet devant cette autre juridiction.

 

Ainsi, depuis le 21 novembre 2012, date à laquelle le tribunal d’application des peines a donné son avis favorable à la libération de Georges Abdallah, quatre mois se sont déjà écoulés en multiples manœuvres judiciaires, qui masquent à peine une volonté politique d’obstruction.

 

En effet, le gouvernement français, par l’intermédiaire de son ministre de l’Intérieur et de sa ministre de la justice, persiste à ne pas libérer notre camarade. Il se montre en cela plus docile à obéir aux injonctions étatsuniennes et israéliennes qu’à exécuter des décisions d’une justice soi-disant indépendante.

 

A cette manipulation du pouvoir politique, à cette confusion judiciaire fabriquée de toute pièce, la réponse de tous ceux, de plus en plus nombreux, qui font entendre leur voix en solidarité avec Georges Abdallah doit résonner encore plus fort : il nous faut, tous ensemble, bousculer le cérémonial judiciaire et son sournois agenda ; il nous faut, tous ensemble, mettre en difficulté, sur tous les terrains, le président de la République, ses ministres, ses administrations et ses agents dans tout le pays.

 

Comme l’a montré le succès de la mobilisation internationale du 27 février avec ses dizaines de manifestations, ce n’est pas en attendant passivement que les juges aux ordres du pouvoir consentent à rendre enfin une décision de libération devenue purement administrative que nous verrons Georges Ibrahim Abdallah rejoindre son pays. Et ce ne sont pas les diverses tentatives d'intimidation exercées par Valls et sa police qui entameront notre détermination. Après 29 ans d’enfermement, après 29 ans de résistance à l’anéantissement, libérable depuis 1999, notre camarade communiste, internationaliste, sortira de prison la tête haute, sans rien renier de ses convictions révolutionnaires, parce que nous aurons su hisser la campagne politique de solidarité au niveau exigé par son combat.

 

Que les initiatives se développent sans compter partout en France, que partout dans le monde, en Europe, au Liban, au Moyen-Orient et jusqu’en Amérique du Sud, l’État français soit la cible de toutes celles et tous ceux pour qui aujourd’hui le seul mot d’ordre est :

 

"Libération immédiate de Georges Ibrahim Abdallah !"

Paris, le 1er mars 2013

Le Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah (CLGIA)

Source

Commenter cet article