Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Lettre ouverte d’une lectrice :

huma-2011.jpg

L’Huma, je la connais depuis longtemps : j’ai pratiquement appris à lire avec, c’est dire.

Je l’ai aussi vendue à la criée, sur les marchés. Je l’ai vendue dans les cages d’H.L.M. Je l’ai distribuée le vendredi soir ou le samedi matin en tant que C.D.H.

A l’époque, c’était « l’organe du Parti Communiste français » et la première page était frappée du marteau et de la faucille : des symboles.

Maintenant, le lecteur sait simplement que c’est « Le journal fondé par Jean Jaurès ». Encore une génération et on ne saura plus que ce quotidien était celui des communistes, un journal d’opinion, un journal marqué politiquement, nettement, clairement communiste. Il ne l’est plus ? Dommage. Il serait temps qu’il le redevienne…

On me dira que j’ai vieilli, que je suis dépassée, que je fais dans la nostalgie et qu’il ne sert à rien de remuer l’histoire…

Hier matin, quand j’ai enlevé le papier transparent pour ouvrir l’Huma à laquelle je suis abonnée, j’ai lu « Libye : Kadhafi, le tyran réduit au silence. » En première page. Puis plus bas, célébrant les martyrs de Châteaubriant : « Soyez dignes de nous ». Quel paradoxe !

J’avais la veille assisté à la mort quasi en direct de Kadhafi sur France 2, j’avais vu les journalistes exultant dans leur propagande grossière, tout affriolés par l’assassinat du « tyran sanguinaire », du « dictateur », écouté notre philosophe de service, B.H.L. expliquant peu ou prou qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Bien évidemment, je ne m’attendais pas à ce que nos chiens de garde mettent en cause le fait qu’il n’y ait pas eu de procès et annoncent que l’OTAN avait réussi là une frappe chirurgicale via le CNT. Mais je ne m’attendais pas non plus à trouver la même indécente absence de discernement, le même discours consensuel, la même absence de réflexion politique dans l’Humanité en première page.

De grâce, un peu de dignité, un peu …d’humanité…

Pascale Cherrier,

Bourges (Cher)

huma-pcf.jpg

 

La réponse du Directeur de la rédaction de « l’Humanité » :

Bonjour,

Je lis votre lettre avec stupéfaction. Kadhafi était bien un tyran qui a liquidé les forces progressistes et communistes dans son pays, qui a imposé un pouvoir mégalomane et ubuesque à son peuple et organisé des attentats monstrueux. Cela ne peut être gommé par l'inacceptable intervention de l'OTAN, les sympathies dans le CNT pour Al Qaeda et l'islamisme intégriste, ou par l'insupportable barbarie d'un lynchage. Il faut être capable de sortir d'une pensée mécanique qui supposerait que les ennemis de nos ennemis sont forcément nos amis. C'est ce que fait ce titre de l'Humanité qui rappelle à la fois que l'homme était un tyran et que les puissances occidentales - qui avaient tous les égards pour lui qui marchait main dans la main avec la CIA (et Sarkozy...) ces dernières années - avaient tout intérêt à ce qu'il ne raconte pas leurs accords du passé.

En cela, l'Humanité est absolument fidèle à ses engagements communistes et à la promesse de sa création par Jaurès.

Patrick Apel-Muller

Directeur de la rédaction de l'Humanité

Le 24 octobre 2011

 

Une mise au point de Pascale Cherrier :

Une petite mise au point et j'arrêterai de polémiquer:

 - j'ai mis en cause l'appel en une sur Kadhafi. Je maintiens. Je suis d'ailleurs confortée dans ma position par le communiqué du PCF transmis dans l'édition de l'Huma du même jour, que je désapprouve également dans sa forme et son contenu. Je suis, au contraire sur les positions de Quiniou passées en "tribune libre" de lundi 23 octobre. Le choix fait en une de vendredi dernier est un choix politique sensationnaliste et ambigu que je désapprouve.

- vous me faites un mauvais procès avec la phrase dont l'origine remonte, je crois, à Mélenchon à propos du Tibet : "Les ennemis de mes ennemis ...". Je ne soutiens pas pour autant Kadhafi. Mais je sais où sont les ennemis actuels les plus dangereux. Et l'urgence n'est pas dans la dénonciation de Kadhafi, sauf à vouloir flatter "l'opinion" (largement formatée par nos autres media) dans le sens du poil, mais à la dénonciation de l'entreprise impérialiste des puissances occidentales, ce qui n'empêche pas d'énoncer les vérités que vous écrivez à propos de l'anticommunisme de Kadhafi.

En conclusion, je désapprouve comme erreur politique le fait d'inverser la place des dénonciations dans l'Huma. C'est une ligne éditoriale avec laquelle je suis en complet désaccord et c'est le sens de ma "lettre ouverte".

Meilleures salutations.

Pascale Cherrier.

25 octobre 2011

 

Un commentaire de Robert Lechêne,

ancien journaliste à « l’Humanité » :

Le nom des Cherrier signifie quelque chose pour moi, natif de Bourges, qui ai connu dans les années suivant la Libération les deux frères Cherrier, l'un député, l'autre conseiller de la République, élus communistes pour la confiance qu'ils s'étaient gagnée dans leur activité de résistants. Naguère journaliste communiste dans l'organe central du Parti communiste français, j'approuve et je partage ce qu'écrit Pascale Cherrier dans sa lettre ouverte. Te représentes-tu, Patrick Apel-Muller, la douleur, le déchirement, la colère qu'éprouvent trop souvent maintenant les communistes à la lecture de ce journal dont ils étaient fiers, auquel j'étais fier d'appartenir avant qu'il ne soit passé d'Hue en Mélenchon. Abonné par un de ces abonneurs dont les lecteurs de l'Humanité ne sont pas autorisés à connaître le point de vue, je suis de ces communistes-là. Quand le lis Quiniou en "tribune libre", j'explose: en "tribune libre" alors que ce qu'il dit aurait dû être l'expression officielle de la direction d'un parti communiste digne de ce nom. Mais les partis communistes dignes de ce nom n'ont plus place dans l'Humanité, ni le grec, ni le portugais, ni tous ceux qui refusent la voie de la social-démocratisation. Concernant la Libye, au départ classement immédiat dans le "printemps arabe" pas d'éclairage sur les structures sociales du pays, pas de rappel des évolutions du kadhafisme de l'anticolonialisme aux fricotages, de son pas de critique du vote de Mélenchon approuvant l'intervention de l'Otan, pas la moindre analyse des stratégies de l'impérialisme en face des révoltes dans le Maghreb et le Machreb. Sur les bombardements par l'Otan et la France, une discrétion ! Trois lignes au lendemain du vote de refus de l'intervention par les députés communistes. Dans la guerre, quelques observations éclairantes (à condition de savoir lire entre les lignes) dans les reportages de Barbancey, mais pas plus de vigueur du PC à dénoncer la guerre de l'Otan, ses buts, ses tueries, son coût. Non, vous voilà contents, le tyran est abattu...mais qui a gagné ? Pourquoi l'Humanité ne nous dit-elle pas que c'est l'impérialisme ? Pas vu sur l'Huma de photos de Sirte détruite comme un Guernica, pas d'indignation sur les 70.000 morts de cette opération "humanitaire", la faute à Kadhafi, bien sûr ! Quand je lis ce qu'écrit Danièle Bleitrach sur son blog, me vient la nostalgie du temps où les PCF avait encore des cerveaux dans sa direction Et quand je lis ta réponse à Pascale Cherrier, sincèrement, Patrick Apel-Muller, je me souviens d'Ivry, je suis triste, je te plains.

Robert Lechêne

Le 27 octobre 2011

 

 

Source : le blog "Vendémiaire"

Commenter cet article

Roquet 02/11/2011 16:44



Aujourd'hui 2 novembre dans "l'Humanité",l'avis de Pierre Laurent approuvant le référendum lancé par Papandréou,mais pas d'information sur l'analyse du Parti communiste grec qui dénonce dans ce
référendum "une manoeuvre de chantage et d'intimidation" visant à "forcer la main du peuple grec". Dans le même numéro,une double page d'interview de Burhan Galioun,président du Conseil national
(autoproclamé) syrien,interview sans doute utile pour percevoir la nature des activistes anti-Assad,mais les lecteurs n'auront rien su de la déclaration d'Husein Nemer,premier secrétaire du Pati
communiste syrien (unifié) faisant un point objectif,lucide et de classe sur la situation dans ce pays.Pour le moins "l'Humanité" manque à un devoir d'information. Roquet



DIABLO 02/11/2011 16:52



Pour ma part il ne m'avait pas échappé que "l'Humanité"  n'était plus, depuis bien longtemps, un journal communiste...


Salut et fraternité



Serge des bois 28/10/2011 10:20



Salut Diablo,


Voilà un débat intéressant qui démontre bien, à mon avis, l'état du mouvement communiste dans notre pays.


En effet, je partage l'indignation de la camarade Pascale Cherrier, mais aussi une partie de l'analyse de Patrick Apel-Muller concernant Kadhafi.


En l'espèce, il y a deux problématiques et l'on voit bien dans sa réponse qu'il occulte complètement la partie la plus importante de la question de Pascale sur le positionnement POLITIQUE du
journal.  Il répond en en restant au simple commentaire d'une situation : "un tyran a été supprimé", mais sur le fond, RIEN.


L'Huma n'a pas fait sa UNE pour dénoncer l'accord des députés socialistes pour l'intervention de l'OTAN en Libye et surtout le vote de celui dont le PCF a fait son candidat. Aucune
analyse sur le pourquoi d'une exécution sommaire, à qui profite cette exécution, pourquoi la destruction de ce pays et les dizaines de milliers de morts ....  ?


Non, les ennnemis de mes ennemis ne sont pas forcément mes amis et, à contrario, les amis de mes amis ne sont pas nécessairement mes amis !


Le fait que Mélenchon marche la main dans la main avec la direction du PCF n'en fait pas obligatoirement le défenseur de la classe ouvrière et de ses intérêts !!!


Pas plus que le fait qu'à un moment donné, Kadhafi s'en soit pris aux USA n'a fait de lui un militant révolutionnaire digne d'être comparé à ceux qui sont tombés dans le combat anti-capitaliste
pour la libération de leur peuple.


L'analyse du camarade Lechêne a le mérite de bien mettre en perspective la dérive du journal. Contrairement à ce qu'en dit Apel-Muller, il n'est pas resté digne de son passé en supprimant ses
références historiques de sa une : il les a reniées, reniant par là-même le travail des militants qui, durant des décennies, ont assuré sa survie.  S'il reste, par ci par là, dans ses
articles, quelques relents d'idéaux communistes, le combat de fond anti capitaliste et anti impérialiste a bel et bien été abandonné.

L'huma a t-elle repris la déclaration signée par 60 PC dans le monde sur l'intervention de l'OTAN, et expliqué pourquoi le PCF ne l'a pas signé ?


L'huma a t-elle dénoncé et expliqué le pourquoi du vote du PS et de Mélenchon approuvant le massacre du peuple libyen ?


Si elle l'avait fait, elle aurait effectivement rempli son rôle de journal communiste.


Mais comment pourrait-elle dénoncer le va-t-en guerre Mélenchon et ensuite faire compagne pour lui ?


Voilà où mène la collaboration de classe à laquelle se livre la direction du PCF, comme en 1981, où en refusant de dénoncer clairement le retournement du PS lorsqu'il a abandonné le programme
commun en échange de 4 portefeuilles ministériels, le PCF a perdu sa crédibilité dans les couches populaires.


Ce n'est pas avec l'attitude qu'il adopte aujourd'hui qu'il fera évoluer les choses dans le bon sens.


Fraternellement.


 



DIABLO 28/10/2011 13:05



Je n'ai pas grand'chose à ajouter au commentaire de "Serge des bois", sinon que pour ma part j'ai cessé d'acheter ce quotidien auquel j'étais pourtant très
attaché, jusqu'à faire parfois des dizaines de kilomètres en voiture pour le dénicher chez un libraire lorsque je ne trouvais dans un coin reculé de province.


Salut et fraternité