Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Ceux qui voudraient encore nier la lutte des classes en sont pour leurs frais, elle n’a jamais été aussi présente.

Les grands groupes capitalistes annoncent des profits record, les patrons du C.A.C. 40 affichent sans vergogne des salaires considérables (+ 34% en un an), pendant que les états capitalistes alignent les plans d’austérité contre les peuples, partout la pauvreté s’étend, le chômage explose, les acquis sociaux sont supprimés, le droit à la santé, les retraites, les droits du travail sont remis en cause, les secteurs d’activité sont privatisés ou en passe de l’être.

Chaque jour qui passe nous fait la démonstration qu’il n’y a pas de compromis possible avec le capital.

Les médias ont braqué leurs antennes sur la situation en Grèce, ballon d’essai du capital pour toute l’Europe.

Mais les travailleurs luttent, les journées de grève se multiplient, puissantes et massives dans tous les pays d’Europe, les revendications s’expriment de plus en plus fort.

En Allemagne les métallos revendiquent des augmentations de salaire de 6,5% et des conditions d’emploi stables. Grève générale de 48h en Belgique, en Grèce, grève en Espagne, en Italie, au Portugal, en Roumanie, en Grande-Bretagne, en Pologne, Tchéquie, Hongrie, Irlande, dans les pays scandinaves.

En France les luttes sont nombreuses : Air France, Thales, Lejaby, Photowatt, M.Réal, Palmolive, Sea France, Herta, Bridgestone, Arkena, Pétroplus, O.N.F., Education Nationale, S.N.C.F., elles se développent dans le secteur hospitalier. Salaires et emploi sont au centre des revendications.

Des luttes partout, mais une coordination syndicale curieusement absente.

La Confédération Européenne des Syndicats (CES), au lieu d’encourager, de coordonner, de soutenir les revendications des peuples en lutte, s’inquiète auprès du parlement européen d’une amplification des mouvements sociaux.

Dans sa déclaration du 26 Janvier dernier, pas une ligne n’est consacrée aux luttes en Europe, aux revendications des travailleurs. Par contre, elle réclame une « nouvelle gouvernance européenne » incluant un « dialogue social pour une Europe sociale ». Consternant… En clair, elle veut être davantage associée aux choix du capital pour freiner encore plus le mouvement des peuples. Cette position politique scandaleuse est relayée en France par les confédérations syndicales qui font preuve d’un immobilisme outrancier.

Poussée par les luttes en Europe, la CES. organise une journée d’action le 29 Février prochain contre le projet de nouveau traité européen et pour une « Europe sociale », silence sur les grèves et arrêts de travail.

Comme d’habitude, La CFDT freine des quatre fers. Son dernier argument : pas de grève en période électorale. FO, CFTC, CGC sont égales à elles même, c’est-à-dire inexistantes sur le terrain revendicatif. La FSU appelle à la mobilisation .La direction nationale de la C.G.T. ne donne pas de consigne précise, elle s’en remet à ses unions départementales et ses syndicats.

Par contre tout ce petit monde, dans une déclaration commune, vient au secours de l’impérialisme européen pour condamner fermement la situation en Syrie en ignorant les interventions des puissances capitalistes de la région et des Etats-Unis dans ce pays.

Condamner les dictatures et les dégâts qu’elles engendrent est légitime, se taire sur les enjeux politiques et sociaux dans cette région, demander à mots couverts une intervention internationale (dont on connait les objectifs), constitue une dérive grave de la part d’organisations syndicales.

Pour construire un rapport de force durable dans le pays, il faut s’appuyer sur les luttes actuelles, les coordonner, appeler à les développer. C’est la seule voie possible pour satisfaire les besoins des peuples.

Les choses bougent… lentement mais inexorablement.

 

Source : « site communistes »

 

Commenter cet article