Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

bastille-hollande.jpg

Sarkozy chassé du pouvoir est la bonne nouvelle de ce 6 mai. Le résultat de cette élection marque plus le rejet de l’homme arrogant, ouvertement homme d’une caste de privilégiés prêts à tout pour maintenir leur pouvoir et leur argent, que le rejet d’un système et de ses institutions.

 

Plus que le choix d’une alternative au contenu flou, c’est le refus de la division, du racisme et du mépris de classe que marque ce scrutin.

 

Si nous n’oublions pas ce qui avait émergé dans la campagne d’avant 1er tour comme refus du capitalisme, dans la période actuelle, nous ne pouvons pas nous rassurer à bon compte et taire ce que ce scrutin dans son ensemble révèle d’inquiétant.

 

Le score obtenu par un candidat de droite qui a fait une campagne sur les thèmes et avec des analyses qui étaient jusqu’alors l’apanage du FN est d’un niveau qu’il n’aurait sans doute pas eu il y a quelques années. Le résultat des élections marque les reculs idéologiques qui traversent notre pays et que le quinquennat a fait grandir.

 

Les notions de « vrai » travail, « d’assistanat », « d’immigrés en marge de la république », de « musulmans non intégrés », de « communautarisme », d’individualisation du salaire par le biais par exemple de la défiscalisation des heures supplémentaires, ont marqué des points dans l’opinion.

 

De plus le refus de la gauche d’aborder les questions de la souveraineté populaire et de la nation, fait apparaitre le nationalisme le plus rétrograde comme seule « réponse » aux travailleurs qui exigent de vivre et travailler décemment au pays et cela s’est traduit dans les urnes tant au premier qu’au deuxième tour.

 

Enfin les questions internationales, bien absentes de cette campagne, n’ont pas permis, de faire la différence entre les deux derniers candidats en présence, en particulier sur les guerres néocoloniales, l’apartheid imposé aux palestiniens, la sortie de l’OTAN et de faire grandir l’aspiration à la paix et la question de la nécessaire solidarité internationale.

 

Quelques éléments de réflexion sur les chiffres

Sans prétendre faire une analyse complète des résultats, quelques données.

Le vote blanc

Avec plus de deux millions (2 146 408, soit 5,8% des exprimés) le nombre de bulletins blancs atteint un score historique. Il est à rapprocher de deux autres éléments :

C’est à peu près le double du nombre de voix qui sépare les deux candidats (1 139 316)

Si on prend en compte qu’au minimum entre 20 et 25% des 6,4 millions d’électeurs du FN (1) ont voté blanc, on voit bien qu’ils constituent la majorité de ces votes et c’est à eux que Sarkozy doit sa non réélection…Ce n’est pas un élément rassurant.

L’abstention

Toutes les enquêtes le confirment : il y a eu chassé-croisé des abstentionnistes. Ce ne sont pas les mêmes qui se sont abstenus à chaque tour. Un certain nombre d’électrices et d’électeurs du 1er tour n’ont pas voulu choisir entre les deux candidats restant en présence et ce phénomène est présent dans tout l’électorat.

 Il y a eu une montée légère de la participation (à peine 1% de plus) et comme à chaque élection sous la 5ème république la mobilisation d’entre deux tours profite à la droite. Elle a même été chiffrée : « 61 % des abstentionnistes du premier tour ayant voté au second tour l’ont fait en faveur de Nicolas Sarkozy », indique Yves-Marie Cann de l’institut CSA. Cette mobilisation n’a pas atteint l’ampleur espérée par la droite ce qui aurait pu changer le résultat.

 Si au second tour la participation avait atteint ou dépassé le niveau de 2007, (2), en reprenant les chiffres de CSA on peut conclure que l’écart se serait nettement resserré voire inversé. C’est ce qui était arrivé en 1974 où Giscard avait rattrapé son retard du 1er tour grâce à une participation record de 87,33%. On peut donc dire là encore que Sarkozy doit sa défaite à une moindre mobilisation de la droite que par le passé. On peut donc être circonspect quand on entend Laurent Fabius parler de la « victoire magnifique »de la gauche.

 

 

Si l’élection de François Hollande, avec un programme de continuité sur bien des points de politique économique est, comme nous le pensons, d’abord due aux divisions de la droite, ce n’est pas un élément de confiance pour l’avenir. Dans ce contexte il est impératif que les luttes se développent pour imposer la réponse aux besoins du peuple et faire grandir celui-ci en conscience et en redécouverte des valeurs de solidarité. De ce point de vue le syndicalisme, sa force, son esprit offensif, ont un rôle historique à jouer. Quitte à ce que le monde du travail bouscule les directions syndicales.

 

Le changement c’est maintenant ? Chiche !

Car la clef de la situation est bien là et c’est l’élément encourageant dans la période compliquée et pleine de dangers que nous traversons. La forme et le fond des mobilisations d’avant 1er tour, la part active qu’y a pris un mouvement social qui s’est invité dans la campagne, nous l’ont montré : contrairement à 1981 ce coup-ci il sera difficile de nous faire le coup de l’héritage et pour celles et ceux qui souffrent du capitalisme il n’y aura pas d’état de grâce. Oui nous voulons le changement et il nous reste à obtenir par la rue ce que les urnes ne nous donnent pas. Sans attendre les élections législatives prochaines qui seront un nouveau moment du débat et une nouvelle occasion de nous faire entendre, à nous de dire dès aujourd’hui :

Les 1700 euros par mois c’est maintenant !
Imposer au préfet qu’il mette sous protection l’outillage de Fralib, c’est maintenant !
Le rétablissement de la retraite à 60 ans c’est maintenant !
La nationalisation des banques et des grands secteurs de l’industrie c’est maintenant !
La réinternalisation des services privatisés, c’est maintenant !
L’arrêt de la stigmatisation des immigrés et de la criminalisation des sans papiers, c’est maintenant !

Alors oui, on pourra commencer à parler de changement pour la population de ce pays !

-------------------------------

 

(1) sondage CSA du 6 mai, enquête du Monde du 22 avril, le site opinionpublique.wordpress.com parlant même de 45% d’électeurs FN qui ne se sont pas prononcés

(2) 83,97% contre 80,35%

Source : « Rouge Midi »

 

« Rouge Midi » est un journal communiste pour le rassemblement

Commenter cet article