Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Diablo

mali-carte

Six mois après le début de l’intervention des troupes françaises, les électeurs maliens ont été appelés hier [28 juillet 2013] à élire leur président. Le chef de l’État français, François Hollande, a salué ce matin dans un communiqué « le bon déroulement du scrutin présidentiel malien, marqué par une mobilisation importante et une absence d’incident majeur ».

 

 

Cependant la précipitation qui a présidé à l’organisation de ce scrutin, placé sous la protection de l’ONU épaulée par les 3 200 soldats français présents dans le pays, a suscité de nombreuses critiques.

 

 

C’est le gouvernement français qui a imposé aux autorités maliennes qu’elles organisent rapidement l’élection. Plusieurs candidats ont dénoncé les pressions de Paris et demandé le report d’un scrutin « bâclé » dont les résultats risquaient d’être contestés. L’un d’eux, Tiébilé Dramé, a retiré sa candidature pour protester contre cette attitude.

 

 

Les critiques portent surtout sur le fait que la plupart des 500 000 réfugiés et déplacés, sur 6,9 millions d’habitants, qui ont fui les combats de ces derniers mois, ont été dans l’incapacité de voter, et sur la quasi absence de l’administration malienne dans certaines régions du nord du pays.

 

 

Cela n’a pas empêché Louis Michel, chef de la centaine d’observateurs de l’Union Européenne, d’affirmer que « ces élections peuvent se dérouler dans un contexte et dans des conditions acceptables qui ne permettront pas une interprétation ou un dévoiement du résultat ».

 

 

Vingt-sept candidats étaient en lice hier. Un second tour pourrait avoir lieu le 13 août entre les deux candidats arrivés en tête.

 

Source POI

 

Commenter cet article