Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Samedi dernier, des dizaines de milliers d’hommes et de femmes ont manifesté dans notre pays contre la dérive xénophobe du gouvernement. Néanmoins, certains militants progressistes ont, à cette l’occasion, fait part de leurs réticences à participer à ces mobilisations à l’appel de toute la gauche. Vous lirez, ci-dessous, à ce sujet, le point de vue de mon ami Jean Lévy.

 

Je comprends les réticences … à participer à la manifestation du 4 septembre contre la politique xénophobe du pouvoir. La présence bruyante du PS et des Verts montrent bien la volonté de récupération politique d'une "gauche", qui utilise un noble sentiment de rejet du racisme pour camoufler l'accord de fond existant entre le PS et l'UMP sur l'essentiel : la soumission à "l'économie de marché" et à sa structure politique, l'Union européenne. Ce qui conditionne l'ensemble de la politique de contre révolution sociale qui frappe le monde du travail, en France et en Europe, politique menée tant pair la droite que par la sociale démocratie
Cependant, il faut savoir distinguer entre les manoeuvres d'une fausse gauche et le sentiment profond antiraciste des Français qui manifestent.
Rappelons-nous l'histoire de notre pays : En 1938, le gouvernement Daladier, ayant rompu avec le front populaire, décrète une législation de répression contre "les étrangers indésirables", les antifascistes d'Allemagne et d'Europe de l'Est fuyant le fascisme. Daladier institue les premiers camps de concentration en France visant ces "étrangers indésirables" dont les premiers sont "concentrés" à Rieucros, en Lozère en janvier 39, quelques semaines avant que les Espagnols "rouges", en retraite face aux fascistes de Franco, ne soient internés dans les camps d'Argelès et autres. Cette répression anti-immigrés, menée par un gouvernement présidé par un leader radical, avec comme ministres Georges Bonnet, l'homme de Munich, et Paul Reynaud, l'homme de "finie la semaine des deux dimanches", gouvernement soutenu par le Parti socialiste, est allée de pair avec la répression anti ouvrière du 30 novembre 1938 et la lutte anticommuniste, aboutira à la mise hors la loi du PCF et des syndicats CGT de lutte de classe en septembre 39.
Tout se tient.
Si en 1938-1939, des dizaines de milliers de Français avaient manifesté dans la rue contre les décrets anti immigrés, peut-être cela aurait-il permis d'organiser une "résistance" de masse dès avant l'Occupation ...
Malheureusement, il n'y eu pas de telles manifestations en France en 1938-39...
Aujourd'hui, il faut en tirer les leçons et faire converger toutes les colères, sociale et politique, pas seulement contre Sarkozy et son équipe, mais contre TOUS ceux qui soutiennent la mise en résidence forcée de la France et des Français au sein de l'Union européenne, de tous ceux qui s'opposent au marché, à la concurrence, mais aussi ceux qui luttent contre la xénophobie et du racisme, car ces deux fléaux sont les armes du Capital pour diviser les travailleurs entre eux.

 

 

Jean LEVY

Commenter cet article