Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Le Diablo

informations-ouvrieres

 

L’ÉDITORIAL d’INFORMATIONS OUVRIÈRES
par Daniel Gluckstein,
Secrétaire national du POI

Près de cent députés du parti au pouvoir qui menacent de ne pas voter la confiance au Premier ministre — même si c’est pour se rétracter ensuite (11 d’entre eux se sont malgré tout abstenus) — et mettent en cause le pacte de responsabilité ; un ancien premier secrétaire du Parti socialiste, Henri Emmanuelli, qui déclare : « Le Parti socialiste est mort. » Tout cela traduit une crise sans précédent de la Ve République, dans le prolongement du rejet massif des 23 et 30 mars (1).

 

 

Il n’en reste pas moins que, droit dans ses bottes, Manuel Valls, ce 8 avril 2014, a confirmé devant l’Assemblée nationale la violence du pacte de responsabilité. Son refrain : « Soutenir les entreprises, dépasser les divergences d’intérêts au profit de l’intérêt général. » Intérêt général ? Traduction : 19 milliards d’euros de coupes dans les dépenses de l’Etat, principalement par la destruction des services publics et le blocage des salaires des fonctionnaires ; 10 milliards dans l’assurance maladie, 11 milliards dans les autres prestations sociales ; 10 milliards dans les budgets des communes et des départements. Chacune de ces mesures frappe l’ouvrier, l’employé, le jeune, le chômeur, le retraité. C’est la noire réaction (2).

 

 

Intérêt général ? Ces mesures engagent une véritable dévastation de la situation du peuple déjà lourdement frappé depuis des années par les gouvernements successifs. Valls est pressé : lui et Hollande, dans quinze jours, doivent présenter aux autorités de Bruxelles le détail de leur plan anti-ouvrier.

 

Tout le paradoxe de la situation se concentre ici. D’un côté, le rejet massif des 23 et 30 mars : le peuple exige que soit arrêtée la marche à la dévastation dictée par le respect des traités européens.

 

D’un autre côté, tous les partis institutionnels, de l’extrême droite à l’extrême gauche, viennent nous dire : il y a une solution dans le cadre de l’Union européenne, il faut participer à l’élection du 25 mai pour introduire dans ces institutions un peu de social, les infléchir dans le bon sens.

 

Comme le signale l’appel lancé par le Parti ouvrier indépendant :

 

« L’Union européenne, ses traités, la Banque centrale européenne (BCE) ont été taillés sur mesure par le capital financier international, les banques et les gestionnaires de fonds spéculatifs pour leurs seuls intérêts. (…) L’Union européenne, c’est la dévastation de la Grèce, la ruine du Portugal, la misère généralisée en Espagne. (…) L’Union européenne, c’est, en France, le pacte de responsabilité de Hollande-Gattaz-Valls. (…) C’est tromper les travailleurs, les jeunes, les retraités que de laisser croire qu’il serait possible au Parlement européen d’infléchir la politique de l’Union européenne et de la BCE ! » .

 

Le Parti ouvrier indépendant, membre de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples, inconditionnel partisan de la paix et de la fraternité entre tous les peuples d’Europe, appelle toutes et tous à se grouper autour de cet appel pour exprimer leur exigence de rupture avec l’Union européenne et de rejet du pacte de responsabilité. Et préparer ainsi les combats à venir.

 

(1) Le PCF et le Front de gauche, de leur côté, ont refusé de voter la confiance. Mais dix jours plus tôt, ils se sont fait élire aux élections municipales sur des listes communes avec les représentants du Parti socialiste, au moment même où le gouvernement Hollande-Valls veut imposer aux municipalités de tailler massivement dans les dépenses publiques.

(2) Très logiquement, Valls a invité la droite à « travailler » avec le gouvernement. Le député Lassalle (MoDem) lui a souhaité « bonne chance ».

 

Le 9 avril 2014

source: POI

Commenter cet article