Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Marque des sociétés en crise, marque de la baisse générale du pouvoir d'achat et du recul social, marque de la dégradation générale de la santé et de la baisse du nombre de médecins, marque de l'augmentation du risque sanitaire, la gale a refait son apparition en France et progresse dangereusement en Normandie.

gale.jpg

 

L’Agence Régionale de Santé (ARS) de Haute-Normandie va lancer dans les semaines à venir une campagne de sensibilisation du public autour de la gale. L’incidence de cette infection invalidante mais bénigne est en forte augmentation en France depuis le début des années 2000.

 

Longtemps considérée comme honteuse, la gale est provoquée par un acarien invisible à l’oeil nu : le sarcopte. La transmission du parasite s’effectue directement par contact humain. La femelle creuse des galeries dans la couche superficielle de la peau et y pond ses oeufs. C’est la salive du parasite qui pro-voque d’intenses démangeaisons.

 

« L’augmentation de l’épidémie est très nette depuis deux ou trois ans », explique au CHU de Rouen le dermatologue Xavier Balguerie. Les raisons de cette recrudescence ne sont pas clairement identi-fiées. Cependant les professionnels de santé soulignent plusieurs difficultés qui peuvent expliquer cette augmentation du nombre de cas (+10% par an, 215 en-fants de moins de 16 ans sérieusement touchés en 2 ans au CHU).

 

Sur le plan médical, le traitement par voie générale (un cachet en une seule prise) n’est à lui seul efficace que dans 70% des cas. Le traitement externe (lotion) qu’il faut lui adjoindre rencontre tout d’abord des problèmes d’approvisionnement. En dé-but d’année, l’ARS a lancé une alerte sanitaire sur une pénurie d’ASCABIOL® lotion pour application locale (benzoate de benzyle, sulfiram) du Laboratoire Zambon France depuis le 23 novembre 2012.

 

Des solutions permettant une reprise de la production et de la commercialisation de l’Ascabiol sont « en cours d’examen », précise l’ARS (*). Le médicament n’est par ailleurs pas remboursa-ble. « Là on a un vrai problème quand il faut compter environ 50 € le traitement pour une famille de 4 à 6 personnes c’est un vrai souci », remarque le médecin.

 

Le tout dans un contexte où « un quart des dermatologues sont partis en retraite et ne sont pas remplacés ». Autre difficulté, « la maladie qui ne peut en aucun cas se guérir toute seule joue au ping-pong dans les familles recomposées ».

 

Un enfant débute son traitement mais, par négligence ou par ignorance, ne le poursuit pas le week-end chez son autre parent. Le facteur de propagation est tel que toutes les collectivités sont touchées. Les écoles, les crèches, les PMI, les centres de loisirs et d’une manière plus inattendue les maisons de retraites où les personnes âgées sont moins sensibles aux démangeaisons.

 

Lu sur le blog de l'UL CGT de Dieppe

Commenter cet article