Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

medef-gouvernement.jpg

Serions-nous condamnés à courber l’échine sous la politique antisociale appliquée dans notre pays ? Sommes-nous à l’époque où seuls quelques footballeurs millionnaires seraient capables de faire grève en France ?

 

  •  Ce sont les patrons, bien identifiés, connus, qui décident de réorganiser nos entreprises, fermer nos sites et alourdir nos charges de travail.

 

  •  C’est le gouvernement, qui fait le choix au quotidien d’accompagner cette politique patronale :

 

- En votant la loi de sécurisation (qui reprend l’ANI de janvier 2013),

- En allongeant la durée de cotisations pour la retraite,

- En prenant une part active et déterminante des décisions prises à Bruxelles et qui s’appliquent à toute l’Europe.

 

  •  Ce sont les médias, au service d’entreprises nationales, qui nous abreuvent de « news » sans aucun intérêt ; qui veulent nous faire croire que l’austérité est la seule politique possible ; qui nous cachent les mobilisations des peuples contre l’austérité, comme celles encore du 19 octobre dernier au Portugal et en Italie.

 

La seule alternative, présentée comme « possible » à l’alternance entre la droite décomplexée et la social-démocratie actuelle, sert de terreau à l’extrême-droite. Qui a intérêt à porter ce sentiment, cette option politique de l’extrême-droite ? Qui les finance ?

Réponse : d’abord les riches, le grand patronat !

L’extrême-droite affirme que le problème, c’est les immigrés. Mais jamais elle ne dit que le problème, c’est le rendement du capital imposé par les employeurs, pour gagner toujours plus de profit.

L’extrême-droite affirme que le problème, c’est le « système », désignant par-là l’alternance PS-UMP. Mais jamais elle ne dit que si beaucoup d’entre nous s’appauvrissent, sont au chômage, c’est parce qu’il faut engraisser quelques ultra-riches. Ni que ce détournement a lieu sur le lieu même de production de richesses, à savoir, dans chaque entreprise.

« C’est de l’enfer des pauvres 
qu’est fait le paradis des riches » Victor Hugo.

  

 

 

Ce n’est pas en glissant un bulletin dans une urne, et encore moins le bulletin du pire, que les salariés pourront « plus tard » voire leur situation s’améliorer. Ne déléguons à personne le pouvoir de décider de notre avenir, de nos conditions de vie et de travail !

C’est en agissant eux-mêmes que les salariés verront leur situation s’améliorer, comme le montrent les nombreuses luttes gagnantes que taisent les médias, à l’image de ces salariées de Ceacom au Havre, qui ont imposé après 12 jours de grève, une augmentation de leurs salaires de 10 %.

Agir nous-même, maintenant ! Et non laisser agir d’autres, « plus tard »C’est tout le sens de l’appel que la Fédération lance à tous les syndicats, et tout particulièrement dans les entreprises en lutte, pour un rassemblement le 28 novembre à 10 H à Bercy (ministère de l’industrie), pour que ce gouvernement soit obligé de prendre en compte nos revendications en matière d’emploi industriel, de salaires et de protection sociale.

 

Le 28 novembre 2013 à Paris-Bercy : un rassemblement de convergence des luttesqui doit montrer toute notre détermination à imposer une autre politique industrielle.

 

 

Source: http://www.fnic.cgt.fr/

Commenter cet article