Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Le point de vue de « Descartes » :

Mélenchon descend sur terre

Le Front de Gauche arrive à la fin d'un cycle. Il n'est pas inutile aujourd'hui de se rappeler les chapitres précédents: le Front de Gauche surgit de la coïncidence de plusieurs impulsions.

La première, c'est celle d'un PCF dont la priorité absolue est de protéger les intérêts de l'appareil, des élus et des notables, et qui depuis 2005 n'arrête pas de rechercher, avec des hauts et des bas, à constituer une force qui élargisse la base électorale du PCF tout en mais dont le Parti garderait le contrôle. Ce fut d'abord l'aventure - désastreuse - des « collectifs antilibéraux ». Le désastre a fait perdre à la direction du PCF toutes leurs illusions quant à un mouvement construit « à la base » sans structures stables ni mécanismes de décisions formalisés. Et la leçon a été bien apprise: pour l'essai suivant, on a fait un bon vieil accord « au sommet » entre organisations.

 

La seconde est l'impulsion personnelle de Jean-Luc Mélenchon. Constatant que sa carrière au PS plafonnait dans les rôles d'éternel « poil à gratter » de congrès sans véritable issue sur la place publique, il avait négocié un accord avec la direction du PCF en général et avec Marie-George Buffet en particulier pour préparer une candidature présidentielle que le PCF pourrait soutenir.

 

La troisième, c'est l'existence d'une nébuleuse gauchiste autour de toute une série de groupuscules (« alternatifs » divers et variés, ex-trotskystes et ex-maoïstes - souvent passés parle PS - en rupture de ban, anarcho-bobos en mal de révolution, « féministes de genre », néo-cathos larmoyants, etc.) et dont les composantes recherchent elles aussi un débouché électoral "unitaire" pour leurs messages essentiellement sociétaux et « culturels ».

 

Mélenchon a joué une partie difficile de main de maître. Son plus grand mérite en tant que stratège est d'avoir perçu combien le traumatisme de la candidature Buffet avait laissé des traces profondes à la direction du PCF. Pour le dire schématiquement, la direction du PCF était terrorisée à l'idée de devoir présenter un candidat à l'élection présidentielle, ce qui dans l'état de déliquescence actuel du PCF équivalait à l'envoyer au massacre (1). Mélenchon offrait aux dirigeants du PCF la sortie idéale: il prenait en charge le risque de la campagne présidentielle, laissant à l'appareil du PCF la seule chose qui l'intéresse vraiment: les législatives.

 

Mais le projet de Mélenchon va bien au-delà d'une alliance électorale. C'est de donner à la nébuleuse qu'est la « gauche de la gauche » une structure permanente, de constituer une véritable organisation politique dont, bien entendu, il prendrait la tête. Un projet que les militants du PCF ne sont pas prêts d'accepter. Pour leur imposer, il faut donc créer un rapport de forces. Mélenchon, qui vénère Mitterrand, sait que celui-ci a été confronté un peu au même problème. Il sait que l'OPA de Mitterrand sur la SFIO pour constituer le Parti Socialiste a été rendue possible par le score inespéré à l'élection présidentielle de 1965, ou le « vieux » était candidat unique de la gauche. A une plus petite échelle, Mélenchon comptait refaire le même coup au PCF. C'est pourquoi les 11% de Mélenchon n'ont fait pleurer personne place du Colonel Fabien: à 17%, Mélenchon serait devenu un allié encombrant, ayant les moyens de poser des conditions. A 11%, il redevient un allié gérable.

 

Le problème de Mélenchon, c'est qu'il risque assez rapidement de glisser à nouveau vers l'anonymat. Depuis juin 2011, il était devenu le porte-parole quasi-unique du Front de Gauche, avec une large marge de manœuvre pour redéfinir à sa convenance le discours, les priorités et le programme du Front. Ainsi, il a fait du discours "anti-Le Pen" l'axe de sa campagne sans demander l'avis de personne, pas plus qu'il a demandé l'avis de ses alliés avant d'appeler au désistement pour François Hollande (2). Qui allait le contredire ? Imaginez-vous Pierre Laurent ou Marie-George Buffet déclarant devant des journalistes « ce que M Mélenchon a dit ne nous engage nullement » ? Bien sûr que non. Même si certaines prises de position du candidat ont défrisé au PCF, personne n'a moufté. Qui a envie d'être accusé de tirer contre son camp ?

 

Ce statut de porte-parole exclusif arrive à sa fin. Depuis le 22 avril la situation de Mélenchon rappelle celle de Ségolène Royal après sa défaite: il était tout, il n'est plus rien. Si, « co-président » du PG avec Martine Billard. C'est une base étroite pour influencer la suite. C'est pourquoi Mélenchon essaye de perpétuer sa présence dans les médias avec la même technique qu'il avait utilisée au début de son ascension pour se faire entendre: l'agressivité décuplée. Il essaye aussi de « faire le buzz » en lançant des initiatives sans consulter personne: une « convention » début juin, par exemple... Mais on sent qu'on est déjà passé à autre chose. Il suffit de lire le rapport de Pierre Laurent au comité national du PCF et la discussion qui s'en est suivi pour voir que si l'on remercie Mélenchon de sa performance, une nouvelle séquence s'ouvre et la direction du PCF ne compte pas se laisser confisquer son premier rôle. Et cela ne peut qu'empirer: une fois les législatives passées, l'intérêt des gens et des médias se déplacera inévitablement sur les politiques qui seront mises en œuvre par le nouveau gouvernement - dont Mélenchon, si l'on croit ses dires, ne sera pas - et la nouvelle majorité, dans laquelle il jouera un rôle secondaire.

 

Pour donner à Mélenchon plus de visibilité, certains ont conçu l'idée de le faire élire à l'Assemblée Nationale. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Les circonscriptions « gagnables » ne sont pas en effet légion, et le Front de Gauche n'a guère les moyens de parachuter son ancien candidat sur une circonscription sûre. C'est que les perspectives législatives du Front sont assez sombres: La première difficulté est d'arriver en tête de la gauche au premier tour. L'expérience montre que lorsqu'un président est élu, les candidats investis par lui ont une importante prime. Ce qui risque de donner aux candidats socialistes la possibilité de passer presque partout devant ceux du Front de Gauche, les éliminant ainsi au premier tour.  Je me suis amusé à comparer les scores dans les communes - je n'ai pas les moyens de faire ce travail au niveau des circonscriptions - pour les députés sortants: sur les 19 sortants du Front de Gauche, dans trois cas seulement le Front de Gauche arrive devant les socialistes (Candelier, Lecocq, Chassaigne). Cela n'est qu'une indication, bien entendu, et la dynamique législative n'est pas la même que la présidentielle. Mais c'est une indication alarmante. L'alternative serait de négocier des candidats communs avec le PS dès le premier tour. Mais outre le fait que cela reviendrait pour Mélenchon à manger son chapeau, une telle négociation implique un accord sur une plateforme programmatique... ce serait le retour de la Gauche Plurielle.

 

Rien n'est aussi triste que de ne plus être et d'avoir été. Mélenchon risque de s'en apercevoir assez vite...

Descartes

 

(1) Car c'est bien là que se trouve le nœud de la question: le PCF est incapable de produire dans son sein un candidat charismatique, de construire un discours de campagne vaguement rationnel, et de le mettre en œuvre sur le terrain. Le PCF a aujourd'hui des forces militantes, mais il n'a que ça. Les muscles agissent, mais le cerveau, au niveau national, est mort.

(2) On a du mal à croire qu'il fut une époque où les partis de gauche réunissaient leurs instances de direction collective pour prendre ce genre de décisions. Ce n'est plus de tout le cas: le CN du PCF ne s'est guère réuni depuis le début de l'année pour examiner les différents aspects de la campagne. Mélenchon et son équipe proche - essentiellement composée de fidèles - ont eu les mains libres, et c'est lui-même qui le dit sur son blog.

 

Source : le blog Descartes

Commenter cet article

Henri 01/05/2012 14:38


bonjour, 


pour les législatives, je ne suis spas si inquiet pour qu'il y ait enore un groupe à l'assemeblée; en effet, même après les présidentielles de 2002 et 2007, on est arrivé à sauver quelques
députés forts de leur implantation locale; ce qui entraine aussi une moeynne d'âge des députés communistes assez élevée  


je pense que l'effet vote utile pour Hollande risque de nous ramener quelques %; de plus, le vote Mélenchon homogéneise le score sur le territoire national; pour les législatives, on peut
retrouver des vrais bastions ( centre-limousin, paca, nord, idf) et des déserts de voix comme c'était le cas les autres fois.


je pense aussi que l'effort militant et la proximité avec les gens peut nous faire gagner quelques voix voire quelques sièges


la vraie difficulté peut survenir sur des circonscriptons comme celle de Limoges-Bellac où Limousin-Terre de Gauche ( processus abouti de la gauche de la gauche régionale) présente un NPA-une PG;
là, on va voir, si la sauce prend bien d'une part pour militer avant les élections et le jour du vote; les copains du PCF voteront je pense NPA, par contre, la population très rurale peut être
effarouchée par le bulletin NPA...


J'espère que lors des législatives , on verra ressurgir nos "bastions " où le PCF frôle les 30% au 1er tour ( en milieu rural du Limousin); si ce n'est pas le cas, il va falloir changer de
stratégie  et le plus inquiétant serait que dans ces zones rurales , le transfert vers le FN se confirme aux législatives...


pour la stratégie du parti post législatives, je crois qu'effectivement, il y a tiraillement entre une partie des cadres plutôt Hueistes que j'appellerai la droite du parti et ceux qui veulent
vraiement la lutte quitte à en payer le prix dans les urnes et en sortant des alliances avec le PS


 j'ai noté pour ma part qu'au dernier CN, il y avait un peu le sentiment que le travail était accompli, tout allait quasiment bien, on avait fait 11%, les communsites étaient impliqués dans
la campagne etc... j'y ai trouvé un manque d'humilité, d'auto critique


néanmoins, pour ce qui concerne, la Corrèze et la Haute-Vienne, en discutant avec des camarades, on a plutôt un sentiment de dégoût : un peu content pour le national, comme on s'y est impliqué,
dégouté au niveau local avec le sentiment qu'on a même pas fait un quart du parcours et qu'on s'est planté sur la cible desgens modestes en milieu rural et péri urbain; certes, sur les secteurs
où j'ai tracté le PCF est à 15-17% mais on attendait plutôt du 25-30 %, en tout cas pas MLP devant nous..


je crois donc que notre auto critique doit continuer même si les législatives se passent bien; l'effort militant va devoir être permanent et sans recherche de quelque poste ministériel ou
strapontin électif local, à tout prix et surtout sans prendre   la grosse tête


 

cotty 01/05/2012 11:42


Merci Descartes pour cette brillante démonstration. Les communistes de base ont le cul entre deux chaises! pour combien de temps???????