Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

6-juin-1944.jpg

Les personnages et les événements sont transformés par la mémoire en mythes, réalités déformées, mises au service d'une idéologie ou d'une politique. La semaine de commémoration du 6 juin 1944 en Normandie, retransmise par les télévisions françaises, en était un exemple parfait,et même caricatural. Les organisateurs, le Président Hollande, et les journalistes quasi-unanimes, ont peaufiné le mythe à qui mieux mieux. Notre monarque, en mal de popularité, à fait très fort pour sa part: le débarquement anglo-saxon du 6 juin aurait libéré la France, l'Europe, voire le monde. Peu importe pour ce conte de fées les réalités historiques, qu'il est bon de rappeler:


Depuis l'été 1941, l'URSS soutenait SEULE le choc de l'invasion allemande. Elle avait déjà en 3 ans perdu plus de 20 millions d'hommes. Durant ces années, les dirigeants Sovietiques n'ont cessé de demander à leurs alliés anglo-saxons l'ouverture d'un " Second Front " à l'Ouest: 170 divisions allemandes étaient face à l'Armee Rouge, et aux partisans soviétiques (Russes, Ukrainiens, Caucasiens, etc ), soit environ 80 pour cent des forces au service du Nazisme.


Les dirigeants occidentaux avaient jusque-là refuse un débarquement à l'ouest du continent, et s'étaient contentés de le faire en Afrique du Nord Petainiste. C'est seulement après la défaite allemande à Stalingrad qu'ils ont décidé l'operation de Normandie: on sait depuis que certains chefs occidentaux redoutaient de voir l'Armee soviétique arriver jusqu'à Berlin, seule : risque majeur pour l'après-guerre, selon Churchill et le général Eisenhower.


Il serait anormal de sous-estimer le courage des soldats États-uniens, Britanniques, Canadiens ou Australiens, qui ont débarqué le 6 juin en Normandie, au prix de lourdes pertes; car les bombardements préalables n'avaient pas réussi à détruire les défenses allemandes, mais seulement à écraser les villes autour de Caen, en y faisant des milliers de victimes civiles.


L'historien honnête doit réduire le Front Ouest-allemand à ses proportions réelles dans l'ensemble du conflit mondial: Les USA ont perdu durant la 2 eme Guerre mondiale environ 300 000 soldats, dont une partie dans la guerre du Pacifique contre le Japon. Faut- il rappeler que 30 millions de citoyens soviétiques y ont perdu la vie, et que 80 pour cent des morts allemands sur tous les fronts sont tombes sur celui de l'est ?

 

Le discours du Président Hollande lors de la commémoration à été très loin dans le sens du détournement des faits historiques: par exemple en mettant en avant le Commando Kieffer, un groupe de militaires français engages dans l'armée britannique, alors qu'il n'a pas cité une fois le Général de Gaulle et les" Français Libres ",qui furent exclus du débarquement du 6 juin par les chefs anglo-saxons. Il a tu aussi le rôle primordial de la Résistance française, qui a permis.l'avancee des GIs vers Paris en s'opposant à la venue de renforts allemands depuis le Sud-Ouest français.

 

Mais le pire à été la conclusion du spectacle présente à la foule des invites, qui concluait en faisant de l'Union Europeenne la conséquence directe de la libération de 1944-1945 ! Robert Schumman, le père de la " petite Europe " anticommuste et antisovietique, que Jacques Duclos nommait " le Boche ",et dont De Gaulle dénonçait le pro-germanisme, à du en frétiller de surprise dans son cercueil. Obama,grand prêtre de l'impérialisme états-unien, a dégusté tout du long ces flagorneries à son égard en souriant et mâchouillant son chewing-gum !

 

Ce reniement des plus belles pages de la Libération de la France n'est pas le premier. En septembre 2013, le President Hollande, toujours en quête d'applaudissements, est allé discourir à Bastia, ou étaient célèbres les 70 ans de la Libération de la Corse des occupants italiens et allemands, à l'issue d'une insurrection populaire déclenchée par les dirigeants communistes du " Front National " résistant, sans l'assentiment des Alliés ni de De Gaulle. Le Préfet, organisateur au nom de la Présidence, avait prévu que le seul orateur après François Hollande, soit un général ( ! ) " au nom des combattants de 1943 " ! ! Il a fallu que les associations de Résistants menacent d'être absentes de la cérémonie dans de telles conditions, pour que soit convié à s'exprimer le dernier survivant du groupe dirigeant de l'insurrection antifasciste de l'été 1943. Greco dément, notre monarque impopulaire de 2014 n'aime pas les soulèvements populaires, qu'ils soient armes ou pacifiques. Les seuls insurgés qui vaillent à ses yeux seraient ils ceux, pro- occidentaux et pro- nazis qui ont imposé par la force leurs vues à Kiev? Ceux de nos lecteurs qui penseraient que ce billet coléreux mériterait d'être étayé, se reporteront à l'analyse détaillée de l'historienne Annie Lacroix-Riz, disponible sur le site du Collectif Polex ( " le débarquement du 6 juin 1944, du mythe d'aujourd'hui à la réalité historique " ).

 

Une remarque s'impose: la transformation en vérité révélée de telles distorsions de l'histoire, ne peut se faire qu'avec la collaboration assidue des médias audio-visuels. Orwell le disait il y a 60 ans: inutile pour les pouvoirs capitalistes de donner de quotidiennes directives aux journalistes charges de formater l'opinion; il suffit de bien les choisir....

 

Francis ARZALIER

 

 SOURCE