Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

equipement-cgt-fo-fsu.jpg

Tous dans l’action le 5 mars 2013
 


Au lendemain de la réunion sur le rapport « emplois/missions », les trois fédérations CGT, FORCE OUVRIERE et FSU constatent que, sans attendre le débat parlementaire sur l'acte 3 de la décentralisation, les ministres de l'égalité des territoires et de l'écologie anticipent l'abandon de missions (ATESAT et ADS).
 


Dans le même temps, malgré les informations apaisantes du ministre des transports, des représentants locaux de l'Etat (préfets et directeurs interdépartementaux des routes) confirment que le gouvernement se prépare à transférer de nouvelles routes nationales à des opérateurs privés au prix de leur adossement au réseau à péage ou de coûteux partenariats publics privés (PPP).
 


Ainsi, parallèlement à la création annoncée en septembre de l'Agence de la biodiversité, ce sont des pans entiers des services et des établissements publics des deux ministères ainsi que la survie des services départementaux assurant leurs missions (DDT(M)) qui sont ainsi menacés à très court terme.
 


Cette anticipation des suppressions supplémentaires d'emplois apparait même, aujourd'hui, supérieure au nombre des départs naturels et amène d'ores et déjà, de son propre aveu, le gouvernement Ayrault à prévoir la mise en oeuvre des dispositions prévues par la loi Fillon sur les mobilités.
 


Considérant qu'il s'agit là sous couvert de modernisation de l'action publique (RGPP+) et de décentralisation d'un véritable plan social, nos trois organisations pointent le parallèle entre les méthodes à venir dans la gestion des personnels des ministères et les principales dispositions contenues dans l’accord interprofessionnel sur l’emploi du 11 janvier 2013.
 


Cet accord refusé par deux des trois grandes confédérations syndicales organise une plus grande flexibilité pour les salariés, un recul de leurs droits individuels et collectifs au bénéfice des employeurs.
 


Les luttes contre le chômage et pour l'égalité de traitement des citoyens sur l'ensemble du territoire de la République appellent une rupture avec toutes les politiques d’austérité et de rigueur préjudiciables à l’emploi, aux missions de service public et aux conditions de travail .
 

Le gouvernement annonçant son intention de retranscrire dans la loi un mauvais accord pour les droits sociaux, la CGT, FORCE OUVRIERE et la FSU décident d’appeler les agents des ministères à se mobiliser et à exprimer leur désaccord en direction du gouvernement, des députés et des sénateurs.
 


Les trois fédérations appellent leurs syndicats, sections syndicales, militants et adhérents à tout mettre en oeuvre pour mobiliser largement les personnels.
 


Elles les appellent à participer massivement aux manifestations et rassemblements lors de la journée d'action du 5 mars 2013 afin d'obtenir l'abandon de la transposition dans la loi de l'accord de régression des droits sociaux et de la politique de rigueur qui voudrait conduire le service public républicain à la casse.
 


Cette journée doit exprimer un refus de l’austérité et de la flexibilité ainsi que l’exigence de réponses nouvelles pour les droits sociaux, l’emploi, l’augmentation des salaires et des pensions.
 


Paris, le 21 février 2013


Merci Henri

Commenter cet article