Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO

monoprix-greve.jpg

Vous lirez, ci-dessous, l’article de Charles Hoareau publié sur le site « Rouge Midi » :

Quand Samy, déléguée du Monoprix Canebière à Marseille, a appris la nouvelle, son sang n’a fait qu’un tour. « Tu te rends compte ils veulent licencier Kader parce qu’il a pris des melons dans la poubelle ! Juste lui, qui dit jamais rien, qui est gentil comme tout, qui est à deux ans de la retraite et en plus malade ! Je suis sûre qu’ils veulent lui faire payer sa participation à la grève ». (Kader était tous les jours sur le piquet de grève). Elle est furibarde au téléphone et comme à chaque fois qu’une injustice se déroule dans cette chaine propriété du groupe Casino, j’ai du mal à l’arrêter…et je ne suis pas sûr d’en avoir envie. « Tu te rends compte il n’a rien dit à sa femme et il vient tous les matins devant le magasin comme un malheureux ».

Dans la même période elle se prend elle-même un avertissement pour avoir mal parlé à un chef qui avait dit à un salarié qu’il faisait du « travail de bougnoul »…Le chef lui n’a eu bien sûr à ce jour aucune sanction…Difficile de ne pas faire le lien avec le conflit de l’automne dernier qui a eu une audience nationale.

On est vendredi 1er juillet. Décision immédiate est prise de faire un tract, une pétition, d’appeler à un rassemblement devant le magasin mercredi 6 juillet, jour de la convocation de Kader et d’informer largement les salarié-e-s et syndiqué-e-s CGT du secteur mais aussi l’ensemble des médias.

Mardi 5 veille d’armes à l’UL les téléphones chauffent.

Mercredi le rassemblement a lieu, la presse est là. Kader, lui le timide, le réservé, tout à sa honte et pensant à sa famille à qui il n’a rien dit, refuse toute photo, mais il parle : « je n’ai pas volé, c’était dans la poubelle, des melons un peu abimés et 3 salades. J’avais fini mon travail. Avant qu’ils ne sortent la benne dans la rue je les ai mis dans un carton et je suis sorti sans me cacher… J’ai jamais manqué un jour... »

Les salarié-e-s des magasins alentour, des passants viennent dire leur soutien et leur indignation. L’affaire enfle dans les médias. Les télés s’en emparent et le téléphone de Samy est rapidement saturé…ça commence à faire tâche pour l’image de marque déjà bien écornée par les conceptions du « dialogue social » mises en lumière par le dernier conflit. Sur le site Internet de Monoprix les messages de clients en colère affluent obligeant la direction à une langue de bois digne d’un élu UMP essayant de justifier la baisse des impôts pour les riches. Florilège :

« Votre contact a retenu toute notre attention et nous tenons à vous préciser les modalités de gestion des éventuels conflits nés du non-respect, par nos collaborateurs, du règlement en vigueur dans nos magasins.

Face à de telles situations, nous sommes dans l’obligation de réagir et nous nous efforçons de le faire avec discernement et précautions.

Parmi les actions possibles, nous pouvons retenir la mise à pied à titre conservatoire et l’entretien préalable en vue d’un éventuel licenciement, une procédure juridiquement adaptée à ce type de situation.

L’entretien est destiné à écouter les arguments du collaborateur concerné et à rappeler les règles en vigueur dans nos magasins. A l’issue de cet entretien et après avoir respecté le délai légal, une décision de sanction peut être prise.

Cette décision est proportionnée à la gravité de l’agissement constaté.

Nous tenons à souligner que cette procédure ne préjuge en rien de la décision définitive, la décision arrêtée étant toujours proportionnelle à l’acte. »

Difficile de faire plus contorsionné !

Dans la journée du lendemain, ce jeudi donc, la direction appelle Kader et le convoque pour un nouvel entretien ce matin à 8h 30. Il y va bien sûr accompagné de deux déléguées, Monique et Samy.

Ils en sortent moins d’une heure après, Samy est tout sourire, Kader n’y arrive pas encore….

La direction a reculé.

Kader ne sera pas licencié et du coup la journée de mise à pied qu’ils lui infligent quand même (ça doit être ça une « décision proportionnée ») on s’en foutrait presque : les camarades de la CGT se cotiseront pour lui payer sa journée : on n’est pas radins nous !

Kader n’en revient : « J’avais une boule dans le cœur…Je voulais me tuer, me jeter sous le tramway (il passe juste devant le magasin NDR) pour dire que c’est eux qui m’ont tué ».

Monique confirme : « Hier il nous a fait peur ; Il voulait vraiment se tuer. J’ai pas dormi de 3 nuits. Par moments je ne pouvais pas m’empêcher de pleurer. »

Kader est immobile sur sa chaise : « Je suis ailleurs, je t’assure, je suis ailleurs. Je devais partir au bled (Il est en congés) j’ai dû tout annuler. En plus j’ai pas volé, y a même pas de panneau. Merci, merci, s’il n’y avait eu pas eu la CGT je serais dehors ».

Monoprix qui a lancé à Rond Point (l’autre magasin en pointe lors de la grève) aussi une procédure en direction d’un autre salarié pour une broutille est en difficulté et souhaite ardemment que la vague médiatique s’arrête. Ils en viendraient presque à supplier Samy !!

Ils ne leur reste plus qu’à enlever l’avertissement de Samy…et traiter un peu mieux les salarié-e-s qui viennent là de marquer un point important.

On fêtera ça Kader. Peut-être le 3 août le jour de la mise à pied...ou après le ramadan.

Commenter cet article

S
<br /> <br /> Salut Diablo,<br /> <br /> <br /> Encore une fois, la démonstration est faite que lorsqu'un mouvement de solidarité se développe, le patronat recule.     Et pour cela, effectivement, la solidarité entre syndicalistes<br /> est indispensable !<br /> <br /> <br /> Fraternellement.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> <br /> Il semble que du côté de Marseille la CGT soit sur des bases de lutte de classes<br /> <br /> <br /> <br />
G
<br /> <br /> Super contente que kader ne soit pas licencié ....IL VA FALLOIR QUE LE CGT REMETTE LE REGLEMENT INTERIEUR EN CAUSE .......TOUT CE QUI A ETE MIS A LA POUBELLE DOIT POUVOIR ETRE RECUPERE EN DEHORS<br /> DE L'ENTREPRISE  ,CE N'EST PAS DU VOL  ........EN DROIT COMMUN, tout ce que l'on recupère à la poubelle , ce n'est pas du vol, sinon beaucoup de gens  seraient mis en prison!!!!un<br /> réglement in térieur ne peut pas déroger à la loi.......IL PEUT AMELIORER LA LOI , mais là ce n'est pas le cas ........MERCI , pour tous ces bons articles, je continue à t'en piquer quelques uns,<br /> entre camarades syndicalistes, je pense qu'il faut s'entre-aider ...............TRES AMICAL SALUT  guevaranita<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre