Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

lenglet-melenchon.jpg

C’est la question que François Lenglet, un des économistes bien en cour auprès de nos chaines de télé a posée à Jean Luc Mélenchon et j’avoue que je n’ai rien compris à la réponse si tant est qu’il y en ait eu une… Et c’est regrettable car ce refus de répondre clairement donnait à croire qu’il n’y avait rien à faire de concret et d’immédiat pour empêcher la fermeture de PSA ou d’autres entreprises.

 

Mais c’est pourtant simple et il n’y a pas besoin de tourner autour du pot ou de partir dans de grandes considérations générales comme ce fut le cas l’autre soir.

 

Premièrement un gouvernement qui voudrait défendre le monde du travail, comme nous l’écrivions en juillet dernier, nationaliserait l’entreprise ou plus exactement la réquisitionnerait. Non pas pour en prendre les rênes et remplacer le patron PSA par l’Etat-patron, mais pour la rendre aux salarié-e-s afin que les travailleurs de PSA, du cadre à l’OS, soient aux commandes de leur usine.

 

Ils ne pourraient pas faire plus mal que leur employeur qui obéit à des lois capitalistes qui vont contre l’emploi ! Un gouvernement qui exproprierait la famille Peugeot aurait des tas d’arguments pour le faire et sans être marxiste (ne lui en demandons pas trop !) il pourrait dire aux actuels patrons : « On vous a déjà donné trop d’argent (4 milliards d’aide publique)  [1] soit l’équivalent de 106 624 emplois ou 13 ans de salaire pour les 8000 salarié-e-s de PSA aujourd’hui menacés ! [2]), on réquisitionne l’entreprise et on la donne en gestion aux salarié-e-s » [3]

 

Deuxièmement, face à la concurrence et au dumping social que ne manquerait pas de faire une multinationale afin de faire rentrer en force les véhicules produits ailleurs à moindre coût (rappelons que le coût de la main d’œuvre à Aulnay représente moins de 15% du prix de vente des voitures produites), le gouvernement pourrait prendre des mesures de protection aux frontières un peu à l’image de ce qu’a dit Dilma Roussef, la présidente du Brésil déclarant à Foxconn, le fabricant sud-coréen de téléphonie qui voulait fermer son usine au Brésil : « Je ne peux pas vous empêcher de partir d’ici, mais si vous le faites plus aucun de vos produits ne rentrera au Brésil ». Résultat des courses, non seulement l’usine n’a pas fermé mais Foxconn en a ouvert une autre.

 

Ces deux choses simples Jean-Luc Mélenchon ne les a pas dites. Tout simplement parce qu’il sait que ces deux mesures sont contraires aux règles de l’Union Européenne ? Et pousseraient la France à sortir de l’euro (ce qui « serait une catastrophe a-t-il dit » on se demande bien pour qui…), voire sortir de l’alliance du capitalisme ouest européen appelée Union Européenne ?

 

Voilà une autre question simple à lui poser et à laquelle on attend qu’il réponde autrement que par des invectives ou des effets de manche qui sonnaient creux comme il l’a trop souvent fait l’autre soir sans parler du reste de son attitude que l’émission a révélé ce soir-là. [4]

Charles Hoareau

 

[1] selon RFI citant Marisol Touraine

[2] 4 milliards divisés par 37515 euros (salaire annuel moyen chez PSA)

[3] article déjà cité

[4] On peut contester le procédé de la caméra cachée mais cela ne disculpe pas l’auteur de son propos sur les communistes, ni d’ailleurs de manière générale sur les journalistes qu’il "hait" et dont il aimerait voir « leurs têtes balancer au bout d’une pique » (sic !)

Source : Rouge Midi

 

Commenter cet article