Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Le Diablo

prcf-bandeau01


Le premier tour des municipales est révélateur de plusieurs tendances politiques lourdes, et à brève échéance, explosives, dans une France ravagée par les politiques patronales, européennes et social-maastrichtiennes.



Même s’il est sain qu’une majorité d’électeurs se soit rendue aux urnes (ce pour quoi militait le PRCF, très attaché à la défense des communes), l’abstention populaire a battu un nouveau record.



Devenue un théâtre d’ombres dans un cadre institutionnel marqué par le désaisissement de la souveraineté nationale (marche à l’Europe fédérale des régions) et des institutions communales dissoutes dans la supracommunalité, la démocratie bourgeoise se délite, les décisions politiques sont grossièrement imposées aux populations ; tout cela crée un terrain propice à la fascisation dont profite notamment le Front « national ».



Après s’être implanté dans des villes de tradition majoritairement réactionnaire, le F.N. progresse fortement dans des terres ouvrières dévastées par le capital. Ecrasante est la responsabilité du Parti Maastrichtien Unique, qui a impulsé la casse de la France républicaine, de l’industrie nationale (donc le déclassement de secteurs entiers du prolétariat industriel), des salaires, du logement social, de la protection sociale et des services publics en faisant une croix sur les milieux populaires et en se recentrant sur la partie favorisée des couches moyennes (les fameux « bobos »).



Grave est aussi la responsabilité IDEOLOGIQUE des organisateurs de la « mutation » du P.C.F. : depuis plusieurs décennies, ces derniers ont abandonné la classe ouvrière en désertant la lutte pour le « produire en France » et le combat frontal contre la funeste « construction » européenne, en ouvrant un boulevard à l’extrême droite PSEUDO-nationale et PSEUDO- « populaire ».



Cependant, le P.R.C.F. n’a fait montre d’aucun nihilisme à l’encontre des mairies P.C.F. sortantes et quand il l’a pu, il a tendu la main aux militants communistes du P.C.F. qui acceptaient d’agir indépendamment du PS au premier et au second tour tout en condamnant les euro-métropoles. Le P.R.C.F., qui avait appelé à défendre les mairies PCF sortantes pourvu qu’elles renoncent au sectarisme à son égard, se réjouit donc que plusieurs villes de tradition communiste soient préservées, y compris là où les Verts et le PS avaient tenté de s’en emparer. Agissons pour que ces municipalités ne se cantonnent pas dans la gestion et pour qu’elles deviennent bien des lieux de résistance à la casse sociale et au démontage de la République.


Au second tour, le P.R.C.F. restera fidèle à sa ligne de Front antifasciste, patriotique et populaire.



Quand un duel opposera l’U.M.P. à une liste dirigée par le P.S. favorable aux euro-métropoles, les électeurs franchement communistes marqueront leur défiance à l’égard du « P.M.U. » en glissant dans l’urne un bulletin rouge portant l’inscription « vive la commune, non aux euro-métropoles ! ».


Quand la liste sera dirigée par un membre du P.C.F. 100% opposé à la métropolisation et à la politique social-maastrichtienne, guerrière et patronale de Hollande, ils apporteront un soutien électoral qu’il leur appartiendra d’expliciter et de moduler sur place.



Quand le F.N. sera RÉELLEMENT en capacité, non pas seulement de figurer au second tour, mais de conquérir une mairie face au P.S. (élection à deux listes, triangulaire ou quadrangulaire), il reviendra aux militants locaux du P.R.C.F. de décider dans quelles conditions participer, non pas à un soutien politique du maire P.S. sortant, mais à un simple barrage antifasciste et antiraciste, tout en interpellant civiquement les socialistes locaux sur la scandaleuse orientation de Hollande et de Fabius qui, à Kiev, soutiennent un gouvernement composé de putschistes et de néo-nazis.



Quant à « voter pour l’U.M.P. pour contrer le F.N. » au nom du prétendu front républicain, comme le conseillent les appareils nationaux du P.S. et du P.C.F., cela semble surréaliste après dix années de sarkozysme passées à banaliser le F.N. et à construire les bases « sociétales » de l’ « U.M. ‘ Pen ». Dans ce cas, la semaine qui reste ne doit pas donner lieu à de l’attentisme, mais à la dénonciation sur des bases de classe des thèmatiques xénophobes : non, ce n’est pas l’ouvrier africain qui détruit la France, c’est le « bon Français » qui planque ses milliards dans les paradis fiscaux, qui délocalise ses usines, qui – avec le M.E.D.E.F. – entend « supprimer les communes et les départements », privilégier le tout-anglais et « transférer la souveraineté » à l’U.E. et à l’Union transatlantique.



Plus que jamais, les militants du P.R.C.F. se tournent vers les autres forces franchement communistes, qu’elles soient ou non membres du P.C.F. : sans plus tarder, menons campagne ensemble pour que la France sorte de l’euro, de l’O.T.A.N., de l’U.E. et du capitalisme, pour que notre peuple refuse la « ruée vers l’Est » de l’Empire euro-atlantique.



Le P.R.C.F. adjure aussi les syndicalistes de classe de se coordonner sans retard ni frilosité : car l’offensive généralisée contre les acquis sociaux et la non-riposte des états-majors syndicaux créent en s’additionnant les conditions d’une terrible dépression politique favorable à un glissement réactionnaire et fascisant du pays, dont la lepénisation n’est qu’une dimension.



Enfin le P.R.C.F. accélèrera sa campagne, que ce soit par ses propres moyens ou en soutenant le Comité National de Résistance Républicaine à l’U.E., pour le boycott républicain des européennes ; le but de cette campagne, en pleine cohérence avec l’appel du P.R.C.F. à voter aux municipales pour défendre les communes et la nation républicaine, sera de délégitimer l’U.E. atlantique, de dénoncer le mensonge réformiste de l’ « Europe sociale », de délégitimer par avance le score du F.N.. Une abstention citoyenne de masse, majoritaire et politiquement construite permettra en effet d’ouvrir la brèche dans le dispositif du Parti Maastrichtien Unique pour que renaisse, indépendamment du PS, de l’UMP et du FN, l’alternative populaire et progressiste dans le pays.


Face au capitalisme fauteur de casse nationale, de destruction sociale, de fascisation et de guerres impérialistes tous azimuts, il y a à cela une très grande urgence !



Le Pôle de Renaissance Communiste en France


source: http://www.initiative-communiste.fr/


commune-metropoles-PRCF.jpg

Commenter cet article