Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Le texte suivant a été écrit par Francis Arzalier, historien, auteur de plusieurs ouvrages [1], et responsable de la revue Aujourd’hui l’Afrique. Communiste, Francis Arzalier anime également le collectif anti-impérialiste Polex.

Tribune Libre

« Quelle tristesse à constater cette ignominie, qui transforme la politique en perpétuel règlement de comptes entre candidats aux avantages du pouvoir, ce mal a gangrené tous les pouvoirs et tous les continents.

Le suffrage universel fut une belle conquête politique d’autrefois, pour lequel des militants surent subir la persécution et mourir, en France et ailleurs. Que signifient toutes ces élections dont on nous rebat les oreilles, quand elles n’opposent que des ambitieux méprisant le peuple, rêvant de leur carrière, et non plus de changer le monde et de combattre l’injustice sociale ?

En Europe de l’Est, redevenue capitaliste, les électeurs ont le choix entre des sociaux-démocrates bavant d’admiration devant les USA et l’Europe ultra-libérale, et une droite réactionnaire et nationaliste. Résultat, en Hongrie, Pologne, Roumanie, les plus pauvres boudent les urnes, et la xénophobie s’étend, qui trouve des boucs émissaires, le Rom, le Juif, l’étranger.

Dans notre Occident en pleine crise structurelle, la « gauche » au pouvoir en Grèce, en Espagne, et qui le fut en Italie, organise les reculs sociaux et s’apprête à laisser le pouvoir à la droite qui ne fera pas mieux ou pire. L’abstention y devient massive en quartiers « défavorisés », et les communistes ne survivent au naufrage politique que là où ils sont capables de dénoncer un Parti socialiste au service du capital.

La France, on le sait, n’est guère mieux lotie, avec des socialistes qui attendent de succéder à Sarkozy, décrédité, pour faire à peu près la même chose : Martine Aubry et Ségolène Royal ont rejoint les manifestants pour affirmer le droit à prendre sa retraite à 60 ans, mais qui ose encore dire, y compris au sein du PCF soucieux de strapontins ministériels, que ce même PS prône l’allongement des années de cotisation, et donc le taux plein de retraite après 65 ans, exactement comme le président et ses sbires ?

Continuons ce leurre « d’union des gauches », et il n’y aura en 2012 qu’une minorité de votants parmi les ouvriers et employés, et beaucoup de bulletins d’extrême droite.

Finalement, est-on si loin de ces caricatures d’élections en Afrique Noire, en Guinée et ailleurs ? Contrairement aux allusions racistes de nos médias, les fraudes massives n’y sont guère plus répandues qu’en Occident. Mais comment s’étonner qu’une majorité d’électeurs s’en désintéresse (25 % d’électeurs en moyenne au Mali) quand la quasi-totalité des candidats ne sont présents que pour se disputer les fauteuils de ministres ?

La contre-révolution des esprits qui ravage depuis vingt ans les opinions du monde porte ses fruits, et son venin. Il reste à espérer le renouveau des organisations progressistes et communistes avant le désastre annoncé au sein de chaque peuple. Seule cette renaissance à venir peut empêcher la barbarie qui guette ».

Francis Arzalier

[1] Madagascar 1947, la tragédie oubliée - Collectif - Colloque Paris VIII Saint Denis, Ed. Le temps des cerises, 1999 ; Aspirations révolutionnaires dans la société française, le cas du Val d’Oise, Ed. Le temps des cerises, 1999 ; Les perdants - les mouvements indépendantistes dans la Seconde guerre mondiale, Ed. Ramsay, 2008 ; Le plaisir de convaincre, Ed. Syllepse, 2008 ; Les Corses et la question coloniale, Ed. Albiana, 2010, Expériences socialistes en Afrique, Ed. Le temps des cerises, 2010.

Commenter cet article