Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Diablo

Mercredi 29 mai 2013, la Commission européenne a exigé du gouvernement français qu’il prenne « des mesures dès cette année pour réformer son système de retraite ».


Selon l’AFP, la Commission recommande notamment à Paris « d’adapter les règles d’indexation, les âges minimum et de taux plein, la période de contribution et les régimes spéciaux, mais en évitant d’augmenter les contributions des employeurs aux régime de retraites ».


Le même jour, Jean-Marc Ayrault lui répond : « La France va respecter ses engagements. »

Vendredi 14 juin, la commission Moreau sur les retraites, constituée par le Premier ministre, rend ses propositions. La presse rapporte que « pourrait être proposé d’allonger la durée de cotisation jusqu’à 44 annuités, revaloriser les pensions en dessous de l’inflation, fiscaliser les bonus pour enfants, aligner le taux de CSG des retraités imposables sur celui appliqué aux actifs mais aussi de durcir le mode de calcul des pensions des fonctionnaires ».


Une campagne s’organise

 

Michèle Delaunay, ministre déléguée chargée des Personnes âgées, déclare « que les retraités doivent comme tous les Français concourir à l’effort national ».


Des sondages sont commandés visant à dresser les travailleurs du privé contre les fonctionnaires et leur statut.


Un prétendu « déficit de 20 milliards à l’horizon 2020 » est invoqué pour camoufler que tout ce dispositif vise à satisfaire aux injonctions de l’Union européenne.


Pour ce faire, on vous cache soigneusement les 30 milliards d’exonérations de cotisations sociales annuelles accordées aux patrons, à quoi s’ajoutent les 20 milliards annuels de crédits d’impôts !


En revanche, ce que ne cache pas le gouvernement, c’est l’accord qu’il cherche à obtenir des organisations syndicales pour les lier à la contre-réforme des retraites exigée par l’Union européenne.


C’est pour cela que la conférence sociale est convoquée les 20 et 21 juin. Jean-Marc Ayrault en a fixé la feuille de route : « Les partenaires sociaux, les représentants de la fonction publique, débattront et discuteront des meilleurs réponses, des meilleures solutions, et ensuite la concertation se poursuivra. » Une loi devrait suivre.


C’est clair ! C’est une tentative d’instaurer un ordre social corporatiste où les syndicats ouvriers, intégrés à l’Etat avec l’organisation patronale, coorganiseraient une contre-réforme des retraites.


Face à l’Union européenne et au gouvernement qui relaie sa politique, défendre l’indépendance des organisations syndicales


C’est pourquoi le IVe Congrès du POI qui vient de se tenir s’adresse à tous :


« Face à l’ultimatum adressé par l’Union européenne, par Barroso lui-même au gouvernement français pour le sommer de boucler la contre-réforme des retraites avant la fin 2013, les travailleurs ne sauraient être dupes des déclarations de Hollande qui prétend résister, tout en s’engageant à mettre en œuvre les contre-réformes. Quant au mouvement ouvrier, il ne saurait accepter de s’intégrer de quelque manière que ce soit à l’élaboration de cette contre-réforme.


Bien au contraire ! Le combat pour la rupture avec l’Union européenne, c’est maintenant, tout de suite, le combat pour l’indépendance des organisations ouvrières, la mobilisation autour de la vieille revendication du mouvement ouvrier :


“Ne touchez pas à nos retraites, elles sont partie intégrante de notre salaire différé !”


Commenter cet article