Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

CGT-titre-banlieue02.JPG

CGT-titre-banlieue01.JPGCommuniqué de La CGT Véolia-Eau Banlieue de Paris

Suite à la diffusion massive en Banlieue de Paris d'un tract intersyndical par la CFDT, nous vous informons du démenti officiel du signataire cité (M. Franck L…, délégué syndical central et membre du comité de groupe Veolia Environnement). Nous condamnons ces basses manoeuvres qui laissent penser qu'à Veolia il n'existerait que des « syndicats maison ».

Nous nous réservons le droit d'engager une plainte en diffamation.

Personne n'en doute, la CGT n'aurait jamais écrit de telles inepties.

En effet, et pour dissiper tout doute, la CGT ne plaint pas Henri Proglio et a toujours dénoncé et combattu ses rémunérations et divers avantages... Ainsi que le fossé entre ses rémunérations et celles des salariés du groupe.

Nous nous sommes toujours insurgés contre les rémunérations exorbitantes des patrons du CAC 40... y compris celles de l'ancien dirigeant du groupe.

MAIS PLUS QUE L'HOMME, C'EST LE SYTÈME CAPITALISTE QU'IL FAUDRAIT REMETTRE EN CAUSE !

QUI PEUT TOLÉRER AUJOURD'HUI QUE DES SALARIÉS D'ENTREPRISES, FUSSENT-ILS GRANDS PATRONS, GAGNENT DES CENTAINES DE SMIC PAR MOIS ?

Pour la CGT, ce n'est pas le patron seul qui fait l'entreprise, c'est l'ensemble des salariés qui créent les richesses de l'entreprise et nous en revendiquons depuis toujours un meilleur partage.

Oui, le groupe emploie plus de 100 000 salariés en France, 15000 dans la division eau.

Pour autant, l'entreprise, sous la pression des actionnaires, veut conserver ses marges et demande de plus en plus d'efforts à ses salariés au détriment de leurs conditions de travail, développe les emplois précaires et instaure la mobilité comme mode de fonctionnement.

Nous vivons cela tous les jours!

De plus, cette polémique détériore encore une fois l'image de l'entreprise et ce sont les salariés qui en font les frais lors des contacts avec les usagers, dans le cadre de la mise en concurrence du contrat... Nous aurions pu espérer meilleur publicité!

NOUS NOUS DÉSOLIDARISONS COMPLETEMENT DE CE COMMUNIQUÉ FALSIFIÉ ET DE L'USAGE QUI EN A ÉTÉ FAIT.

Le 27 janvier 2010

sako-tf1.JPG

Commenter cet article