Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

CGTP-PAME.jpgLes syndicats de classe du PAME grec et de la CGTP portugaise signent un appel commun critique envers la ligne de la CES: « Notre avenir n'est pas le capitalisme »

 

Chers camarades,

 

Nous sommes à la croisée des chemins. La nature généralisée et globale de la crise capitaliste, la tournure des événements en Grèce, au Portugal, en Irlande et dans tous les pays d'Europe imposent comme une nécessité que le mot d'ordre « Prolétaires de tous pays, unissez-vous ! » se fasse entendre plus fort que jamais.

Le mouvement ouvrier et populaire va être confronté à de nouvelles responsabilités, plus importantes dans la période à venir, en fonction de l'évolution des événements au sein de l'UE.

 

L'approfondissement de la crise capitaliste, ainsi que les impasses dans la gestion même par les représentants politiques du Capital, conduisent à l'escalade de l'offensive contre la classe ouvrière et son mouvement. Les rivalités inter-impérialistes s'intensifient, entre les gouvernements et des fractions de la ploutocratie. Les nouvelles vagues d'attaques, les réductions de salaires, les nouvelles coupes dans les droits et les dépenses sociales profitant au peuple, au nom de la réduction des déficits et de la dette publique visent à assurer aux monopoles européens une main d’œuvre meilleur marché et de nouvelles sphères d'action. La troïka – FMI, BCE, UE – en collaboration avec la classe bourgeoise de chaque pays et leurs représentants politiques remettent en cause les droits sociaux et les acquis des travailleurs, ainsi que la souveraineté nationale. Tout cela est confirmé par le « Pacte pour l'euro ».

 

Le rôle de l'UE comme un pacte de loups et d’oppresseurs de la classe ouvrière et des peuples, la classe ouvrière et les couches populaires en ont désormais l'expérience concrète.

Les mythes de la ploutocratie et de ses partisans, selon lesquels l'UE serait une « union de solidarité et une forteresse pour les peuples » volent en éclat. La crise capitaliste dans la zone euro continuera à s'approfondir. L'Union européenne deviendra de plus en plus réactionnaire et les travailleurs vivront dans des conditions d'extrême pauvreté qui iront en empirant si les peuples ne se révoltent pas.

 

Nous avons appris de l'histoire récente et de la réalité actuelle, nous devons refuser les mensonges de la ploutocratie et de leurs représentants politiques selon lesquels l'origine de la crise se trouve dans l'existence de droits pour les travailleurs ou à cause d'une mauvaise gestion économique. Il ne s'agit pas d'une crise de la dette.

Ce qui est à l'origine de la crise est une question cruciale. Car de l'analyse de la cause découle l'issue que l'on peut trouver à cette crise. Ils prétendent que les causes sont à trouver dans une mauvaise gestion, les scandales, le système financier global, les spéculateurs, les golden boys etc. Les libéraux, les sociaux-démocrates et les opportunistes essaient de semer la confusion chez les travailleurs. La crise n'est pas le fruit d'un dysfonctionnement du développement capitaliste normal comme les partis bourgeois, impérialistes et certaines directions syndicales tentent de le présenter, mais est le produit du développement capitaliste lui-même, il s'agit bien d'une nouvelle crise du capitalisme. Cette crise est une crise du capitalisme, et elle est causée par les profits colossaux du grand capital et leur accumulation d'une part, et l'intensification de l'exploitation de la main d’œuvre d'autre part. Le capitalisme est un système pourri et dépassé. Il ne peut pas être corrigé. Aussi longtemps qu'existera le capitalisme, il y aura toujours chômage, famine, guerre, exploitation brutale et oppression de la classe ouvrière et des couches populaires.

 

Nous sommes confrontés à une offensive généralisée qui souhaite ramener nos conditions de vie et de travail un siècle en arrière.

La situation actuelle ne concerne pas seulement la classe ouvrière de certains pays. Cet ouragan de mesures antipopulaires est mis en place partout par l'UE, le FMI et la BCE par les gouvernements libéraux et sociaux-démocrates, par leurs grandes coalitions, et par leurs versions qu'elles soient de centre-droit ou de centre-gauche (Allemagne, Italie, Grèce). De tels gouvernements servant les besoins actuels du capital ont généralement un soutien allant jusqu'aux nationalistes, comme en Grèce.

 

Notre vécu, notre expérience nous prouvent clairement que dans une Union européenne des monopoles, il n'y a pas de solution dans les intérêts du peuple. La rupture avec le pouvoir des monopoles et le retrait des organisations impérialistes est une nécessité.

Les directions de la Confédération européenne des syndicats (CES) portent également de lourdes responsabilités dans l'aggravation des conditions de vie de la classe ouvrière en Europe, dans la situation que nous connaissons actuellement. Elle porte de lourdes responsabilités pour avoir désarmé le mouvement ouvrier avec sa politique de conciliation avec le capital, sa politique de collaboration de classe avec le patronat et les organisations impérialistes. La direction de la CES, sous couvert de « dialogue social », soutient la ligne de la compétitivité capitaliste, répand des illusions et désoriente la lutte des travailleurs. Ces directions syndicales souvent s'accordent et co-signent des coupes actées au nom de la crise, ils s'accordent avec la ligne qui soutient les licenciements de certains travailleurs pour sauver le reste. Ce sont les mêmes qui disent « Oui » aux formes flexibles de relations de travail, aux horaires de travail flexibles, au nom de la lutte contre le chômage. Ils cultivent le défaitisme. La logique qui sert les intérêts du capital crée de la désillusion, a des effets négatifs sur le mouvement syndical, paralyse et désoriente les syndicats. Ce n'est que par une lutte rassembleuse et sans compromissions menée par un mouvement syndical sur des positions de classe en Europe et dans le monde entier que l'espoir peut se reconstruire. Le renforcement du mouvement de classe en Europe renforcera la résistance contre le capital et les politiques anti-ouvrières ainsi que pour le droit au travail, pour des droits sociaux, et créera les bases d'une croissance visant à satisfaire les besoins de la classe ouvrière et des couches populaires.

 

Aujourd'hui, il y a un besoin urgent, celui d'un réveil des forces populaires et ouvrières contre l'alliance du capital contre le monde du travail, de l'organisation immédiate de leur lutte dans chaque lieu de travail, chaque secteur, et chaque quartier ouvrier et populaire. Plus que jamais, nous avons besoin d'une coordination et d'une direction de la classe ouvrière et du mouvement syndical sur des positions de classe, à l'échelle nationale et internationale, qui mettent en avant des formes supérieures de lutte, afin de battre et d'imposer la rupture avec les partisans du capital. Le mot d'ordre « Organisation - Riposte » est aujourd'hui opportun, nécessaire et il doit être mis en œuvre.

Que les peuples n'acceptent pas de capituler ! Soulevons-nous !

Ce qu'il nous faut actuellement, c'est intensifier la lutte de classe, afin de poser des obstacles aux pires mesures qui s'annoncent. Mettre en échec ces nouveaux plans contre les travailleurs, et préparer le mouvement ouvrier à la riposte, qui doit viser à la rupture avec le pouvoir des monopoles.

 

Les syndicats doivent devenir le cœur de luttes massives et doivent forger un mouvement de résistance de masse, d'opposition à la mise en place de mesures contre le monde du travail.

Renforcer l'organisation sur les lieux de travail, la formation de comités au sein des entreprises, usines, quartiers, est une grande contribution à cet objectif.

 

Nous devons renforcer le débat sur le type de mouvement, d'alliances, de perspectives dont nous avons besoin. Il est nécessaire d'empêcher, pour ce qui dépend de nous, que de la frustration ressorte des difficultés de la lutte. Nous avons besoin d'un mouvement contre les exploiteurs capitalistes. Nous avons besoin d'un mouvement indépendant du syndicalisme proche des patrons et des gouvernements. Nous avons besoin d'un mouvement qui lutte non seulement pour des améliorations politiques, mais aussi pour tous les besoins de la classe ouvrière, pour la rupture et l'abolition des rapports d'exploitation. Nous avons besoin d'un mouvement organisé, profondément enraciné sur les lieux de travail, avant tout dans les lieux de production, les usines. Nous avons besoin d'un mouvement de masse et qui forgera l'alliance des travailleurs salariés avec les travailleurs indépendants, les petits paysans, les jeunes et les étudiants ainsi que les femmes. Nous avons besoin d'un mouvement internationaliste qui lutte pour un seul objectif dans chacun des pays.

Un tel mouvement sera en position de repousser avec succès l'offensive des monopoles et de leurs représentants politiques. Il sera en position de jouer un rôle important dans la lutte pour la rupture avec le pouvoir actuel, pour le pouvoir populaire, qui posera les bases de la satisfaction des besoins populaires.

 

Nous luttons, nous revendiquons et nous essayons dans l'action de former les conditions préalables nécessaires à la satisfaction des besoins de la classe ouvrière.

Par une ligne de lutte, qui nous donnera la force d'organiser la résistance, de gagner de nouveaux droits, de développer la lutte commune, l'alliance entre classe ouvrière et paysans, indépendants, qui mettra à l'ordre du jour la question des transformations au niveau du pouvoir et de l'économie. Des transformations qui libéreront la classe ouvrière de l'état d'exploitation et ouvrira la voie au développement basé sur le bien-être des familles ouvrières et populaires.

Pour que les événements suivent cette perspective, il nous faut un pouvoir ouvrier et populaire, qui représenterait les intérêts de la majorité du peuple.

 

Les luttes quotidiennes sont liées à la perspective de la lutte des mouvements ouvriers. Car, sans cela, nous nous arrêterions à mi-chemin. Et c'est d'une grande importance pour le développement même de la lutte.

Notre objectif est d'aider la classe ouvrière d'Europe à saisir que :

Notre avenir n'est pas le capitalisme

Sur la base de l'appel ci-dessus, nous estimons que plus que jamais, il nous faut un rassemblement de forces pour:

Une coordination syndicale militante dans chaque secteur;

Des luttes communes, de classe et de masse, avec des objectifs communs;

Le renforcement de la solidarité internationale dans tous les pays;

 

Appel signé par:

PAME – Grèce

CGTP-IN – Portugal

Co-signé par:

CSU (P y J) – Espagne

USB – Italie

PEO – Chypre

 

 Source : « Solidarité Internationale PCF » 

Commenter cet article