Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Budget : le rapport secret de l’IGF

C’est un nouveau signal d’alarme pour les finances publiques, le dernier avertissement sur une liste déjà longue. Cette fois, le signal est lancé par l’Inspection générale des finances, la très sérieuse IGF de Bercy. C’est un rapport jusqu’ici confidentiel que s’est procuré mon confrère des "Echos" Etienne Lefebvre. Il porte sur les moyens de revenir à l’équilibre des finances publiques et de maîtriser les dépenses de l’Etat.

Allons à l’essentiel : il répète la même chose que les rapports Pébereau en 2005 et Attali en 2010, et tous ceux de la Cour des comptes. Disons-le aussi : inutile d’accuser ses auteurs d’ultralibéralisme pour les discréditer. Le principal, Jean-Michel Charpin, a commencé sa carrière au cabinet du ministre socialiste Jean Le Garrec et Lionel Jospin l’avait fait travailler sur les retraites en 1999.

Alors, que dit-il de nouveau, ce document de 122 pages dont chaque exemplaire est nominatif pour éviter les « fuites ». Là c’est raté !

La première conclusion est que les périodes de vaches grasses ont été gaspillées : période Rocard, période Jospin, et période Villepin et début de Sarkozy.

La deuxième conclusion est que des économies dans les dépenses sont inévitables pour ramener les déficits à 3% du PIB, puis 0% - ce qu’a confirmé François Hollande et tant mieux. Même le relèvement des impôts ne suffira pas - sauf à mettre en danger la compétitivité. L’Irlande, le Portugal, la Grèce, l’Espagne montrent que la situation est grave. Il ne s’agit plus de fonctionnaires gris qui s’ennuient dans leur bureau de Bercy.

La troisième conclusion est que redresser la situation est possible - en tout cas pour l’Etat. Ça, c’est plutôt rassurant, à condition de prendre des décisions.

Concrètement, il y a une liste de propositions dans laquelle le gouvernement est invité à piocher – ce qui veut dire : ne pas tout prendre, mais ne pas tout écarter non plus. L’IGF plaide pour la poursuite de la baisse du nombre des fonctionnaires, elle évoque 30.000 par an ; elle cite la poursuite du gel du point de la fonction publique mais aussi des mesures catégorielles. En clair, le « un sur deux » de Sarkozy n’a pas rapporté assez puisqu’il y a eu des hausses de salaires en contrepartie ; l’IGF évoque une baisse de 5% des primes de agents de catégorie A et B ou même des évolutions de carrière ; elle parle encore d’un gel des pensions des fonctionnaires. Les prestations sociales ou pas, sont citées enfin : il faudrait les geler et sans doute en remettre en cause. Bref, ça fait mal.

Que peut en tirer François Hollande ? Il a déjà privilégié une hausse de certains impôts. Côté dépenses, Jean-Marc Ayrault a envoyé ce week-end à tous ses ministres un courrier sur le budget 2013 pour rappeler que les créations de postes (éducation, police) seront compensées par des suppressions ailleurs et que toute nouvelle dépense devra être gagée par une économie équivalente. Très bien. Mais ce que dit le rapport de l’IGF est simple : cela ne suffira pas.

 

Dominique Seux

Journaliste au quotidien "Les Echos"

et chroniqueur à " France Inter"

Source : blog Les Echos

Commenter cet article

Serge des bois 04/06/2012 10:16


Que ce soit quand il annonce des ministres communistes, ou quand il parle de la "rigueur" comme inévitable, on voit bien dans quel camp se situe ce journal et pour qui il travaille !


Oui, si on garde les mêmes règles du jeu, on arrivera aux mêmes conclusions. On ne joue pas au foot avec les règles du rugby ! Ce que l'on doit faire pour s'en sortir, c'est précisément changer
les règles en refusant la première d'entre elles, celle qui conditionne les autres : LA COMPETITIVITE.

Tous ceux qui prétendent vouloir changer les choses en augmentant la compétitivité de "nos entreprises" se foutent du monde. Quand on participe à une course pour la gagner, la seule solution
c'est de courir plus vite que les autres.


Quand on veut être "compétitif", il faut produire moins cher que les autres, donc diminuer la part réservée aux salariés, et être plus productif.
La France a déjà une des meilleures productivité du monde, il ne reste donc que la part salariale directe (salaires) et indirecte (protection sociale et services publics) comme "variable
d'ajustement".


Avec le Front de Gauche, commençons à changer les règles, pour pouvoir aller encore plus loin ! 


Fraternellement