Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

En documents attachés  les articles de « L’Humanité » et du  « Monde » du vendredi 16 octobre 2009 rendant compte de la conférence de presse de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afset) sur les ondes électromagnétiques. L’un est intitulé « des ondes pas sans effet » l’autre « aucune preuve convaincante d'un effet biologique ». Soit les journalistes n’ont pas écouté le même discours, soit l’un des deux essaye de faire cadrer le contenu de son article avec un présupposé idéologique. L’article du « Monde » est bien plus informatif sur les données de l’étude de l’Afset que celui de « l’Huma » qui relève du parti pris. En l’état actuel, il n’y aucune donnée concrète, malgré les nombreuses études, qui permettent d’établir un lien entre les ondes électromagnétiques et une quelconque pathologie. Ce qui signifie que s’il y en a il n’a pas été démontré. Le rapport et c’est aussi son intérêt souligne les insuffisances méthodologiques de nombre de ces études qui annulent leurs conclusions. Or, curieusement il y a une prévalence forte d’erreurs méthodologiques dans les études concluant à un effet biologiques des ondes, comme si un présupposé idéologique intervenait dans la construction de l’étude. Que l’Homme se pose des questions sur les éventuelles conséquences des ondes électromagnétiques pour la santé compte tenu de l’explosion des technologies de communications est normal. Mais le problème est que l’information véhiculée par les médias et la presse est élaborée par des associations qui ont fait de la peur de la nouveauté leur fonds de commerce (Robin des toits, CRIIREM, Fédération Nationale de l’Environnement…).
L’émotion sert de terrain favorable aux thèses préétablies. Le recours aux experts « indépendants » autoproclamés aux titres ronflants est systématique en lieu et place des spécialistes du domaine qui travaillent effectivement sur le sujet. Et quand ces derniers sont sollicités c’est pour être accusés d’être à la solde des multinationales.
Le discours anti-multinationale de surface sert à faire avaler l’idéologie de l’irrationnel et de l’obscurantisme.
« Le Figaro » est le seul quotidien national qui donne une information scientifique digne de ce nom. « Le Monde » et « Libération » jouent sur les deux tableaux, un peu de rationnel (d’information scientifique) et beaucoup d’opportunisme. Quant à « l’Humanité », l’opportunisme (l’inculture scientifique) règne en maitre. Dans l’article sur les ondes la journaliste parle « d’essais cliniques in vitro » ! Les essais cliniques portent sur les malades, seuls les médecins ont accès aux malades. Les essais in vitro (dans les tubes à essai, les boites de cultures) concernent les cellules isolées ou des explants tissulaires. C’est le domaine des chercheurs. Visiblement la journaliste ne sait pas de quoi elle traite. Il est donc logique qu’elle conclut son article en citant « France Nature Environnement » et « Robins des Toits ».
« L’Humanité » est le seul quotidien national à parler des luttes, mais en essayant de lier l’intérêt des salariés à cette idéologie ultraréactionnaire qu’est l’écologisme.
Il est particulièrement scandaleux qu’au nom de Jaurès, P Le Hyaric et sa rédaction nous distille les idées d’Al Gore, J Bové, C Lepage, N Hulot, Yan Arthus Bertrand, Fabrice Nicolino et tant d’autres charlatans…
Le monde du travail a tout à y perdre.
 

Gilles Mercier
Travailleur scientifique
Syndicaliste CGT

Je recommande vivement « Ondes électromagnétiques mythes, peurs et réalités » 5 euros a commander à l’Afis « association française pour l’information scientifique » 14 rue de l’Ecole polytechnique 75005 Paris

Gilles Mercier
 

Le parti pris du titre « des ondes pas sans effets » paraissant trop évident et en décalage avec les conclusions de l’Afset, la rédaction de « l’Huma » a modifié le titre de la version web de l’article qui est devenu plus neutre « Antennes relais quel danger ? »

Commenter cet article