Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel El Diablo

BRN-titre

Planifié de longue date, le sommet de l’OTAN, qui s’est déroulé les 4 et 5 septembre 2014 à Newport (Royaume-Uni), devait être notamment consacré au bilan – amer – de l’opération engagée depuis 2001 en Afghanistan. Ce point a été relégué au second plan par deux « dossiers » brûlants. Le premier concerne la progression des djihadistes de l’Etat Islamique (EI), qui règnent aujourd’hui à cheval sur l’Irak et la Syrie. Pour contrer ces derniers, le président américain, en marge de la réunion, a réuni une coalition de dix pays, qui s’est depuis élargie. Les Occidentaux refusent cependant toute coopération avec le pouvoir syrien, dont ils ont juré la perte.

 


Mais c’est à la confrontation avec Moscou que les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Alliance atlantique ont consacré l’essentiel de leurs travaux. Ils accusent la Russie de déstabiliser l’Ukraine par rebelles de l’Est interposés . En un temps record, l’OTAN a renoué avec une rhétorique de guerre froide. Le secrétaire général de l’organisation, le Danois Anders Fogh Rasmussen a ainsi martelé : « la Russie nous considère comme des adversaires, nous devons donc nous adapter ». Le 15 septembre – soit deux semaines avant de passer la main à son successeur, le Norvégien Jens Stoltenberg – M. Rasmussen enfoncera le clou en mettant en parallèle les deux fronts sur lesquels l’OTAN doit selon lui mener la bataille : contre le « fanatisme » et contre le « totalitarisme », autrement dit : la terreur djihadiste… et la Russie.

 


Les combats dans l’Est-ukrainien ont provoqué des réactions particulièrement bellicistes des dirigeants baltes, fantasmant sur le fait que leurs pays pourraient être la cible d’une prochaine « agression » russe. Le président américain avait donc, le 2 septembre, fait étape à Tallinn (Estonie) pour assurer ces derniers que leur appartenance à l’OTAN leur assurait la solidarité militaire automatique de l’Alliance en cas d’agression. Barack Obama a notamment martelé : « vous avez perdu votre indépendance une fois. Grâce à l'OTAN, vous ne la perdrez plus jamais ! ». Le chef de la Maison-Blanche faisait ainsi implicitement référence à l’appartenance des Républiques baltes à l’ex-URSS. Il n’a en revanche pas semblé considérer l’occupation nazie de ces pays comme une perte d’indépendance.

 


Dès juin, Washington avait annoncé une « initiative de réassurance européenne », financée à hauteur d’un milliard de dollars. Au programme figuraient un renforcement des exercices et manœuvres terrestres et maritimes en Europe centrale et orientale, et l’envoi de parachutistes. D’autres pays, dont l’Allemagne, ont également renforcé leur « aide » aux Baltes, notamment via des patrouilles aériennes.

 


Aux termes de la déclaration finale, chaque pays-membre de l’Alliance s’engage à renoncer désormais à toute coupe budgétaire en matière militaire, puis à augmenter les dépenses d’armement à hauteur de 2% du PIB d’ici 2025 (dont 20% pour des équipements nouveaux).

 


Plusieurs autres décisions majeures ont émergé de la rencontre de Newport, parmi lesquelles la constitution au sein de l’Alliance d’une force de réaction hyper-rapide. Celle-ci devrait pouvoir mobiliser 4000 à 5000 hommes en moins d’une semaine, et même 800 en quarante-huit heures. M. Rasmussen compte sur un « effet d’effroi » censé « dissuader » la Russie. Cependant, la mise en œuvre de cette force laisse ouvertes un certain nombre de questions : quels financements, quels doublons éventuels avec les « groupements tactiques » de l’UE ?

 


Par ailleurs, les Baltes et les Polonais réclamaient des bases permanentes en vue du stationnement de troupes otaniennes sur leur sol. L’Allemagne était réticente, car cela contredirait formellement le protocole OTAN-Russie signé en 1997. Faute de bases proprement dites, il y aura bel et bien « pré-positionnement » d’équipements et de munitions, installation d’infrastructures d’accueil de troupes, mise en place de bases logistiques – on évoque cinq implantations nouvelles.

 


Tout en assurant les Polonais et les Baltes de la solidarité atlantique, Angela Merkel a pesé pour que l’adhésion de Kiev à l’organisation ne soit pas (encore) à l’ordre du jour. Malgré le durcissement de ton récent, à Berlin, on s’efforce tout de même d’éviter ce qui pourrait apparaître comme trop provocateur vis-à-vis de Moscou.

 


En revanche, la Finlande et la Suède, pays traditionnellement « neutres » restés en dehors de l’OTAN, ont signé un protocole avec celle-ci pour une coopération plus étroite – un signe supplémentaire de tensions sur le Vieux continent.

 

Si l’adhésion de l’Ukraine n’est pas à l’ordre du jour d’ici fin 2015, l’aide militaire qu’elle reçoit va être renforcée (réorganisation des chaines de commandement, logistique, cybersécurité...). L’entrainement de troupes, de même que la livraison d’armes, y compris de haute technologie, ont également été décidés. Ces livraisons ont depuis lors débuté. Et ce, alors que le cessez-le feu à l’Est du pays reste fragile.

 


Surtout, à peine le sommet terminé, l’OTAN et l’Ukraine entamaient des manœuvres navales conjointes en Mer Noire. L’exercice, dénommé « Sea Breaze 2014 » visait officiellement à « renforcer la solidarité et la réactivité de l’OTAN dans la région », soit à quelques encablures des côtes russes. Dans la foulée, l’OTAN lançait en Ukraine occidentale deux exercices terrestres, dont l’un, baptisé « Rapid Trident », devait mobiliser 1300 militaires, dont 200 Américains, du 15 au 26 septembre. Il s’agit, selon le ministre canadien de la Défense, d’« assurer la sécurité régionale dans le contexte des actions militaires agressives du régime de Poutine ». Enfin, un autre entrainement militaire de l’OTAN, en Lettonie, simulait « une situation de crise dans un pays membre » de l’Alliance.

 


Ultime décision des dirigeants réunis à Newport : tenir le prochain sommet, en 2016, à Varsovie. Une sorte de bras d’honneur à feu le Pacte du même nom scellé autour de l’URSS en 1955 (quatre ans après l’OTAN). Pas vraiment un signe d’apaisement.

 

source: BRN

Commenter cet article