Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

fsc

Le 5 mars 2014, nous avons posé la question de savoir si le petit raidissement de Laurent Berger sur France Inter aux propositions du MEDEF était une mise en scène avant ralliement et signature.


On a la réponse aujourd'hui, sans surprise il est vrai !


Les 3 signent un texte en prétendant que le patronat a fait un geste alors que chacun sait qu'il n'en est rien et que l'engagement à avoir des négociations dans les branches n'engage à rien en matière de création d'emploi.


La messe est donc dite : seule l'action de masse peut contraindre patronat et gouvernement à prendre en compte les intérêts des travailleurs.


La préparation du 18 mars est donc la priorité des priorités ; du 18 mars et de ses suites.

*********

Par ailleurs le schéma qui revient sans cesse, la signature de la CFDT, de la CFTC et de la CGC permettant à Sapin et au pouvoir socialiste de se réclamer de l'appui des syndicats au nom d'un vote majoritaire au terme du test de représentativité pose la question de la réalité et de la vérité de ces résultats sous contrôle du ministère du travail … et plus probablement encore sous contrôle dans les entreprises de la main patronale !

Car le constat est là : les syndicats signataires ont tout juste la majorité nécessaire pour que leur signature permette de valider l'accord et de le transférer au parlement, tandis que les syndicats plus contestataires disons, ratent de peu les 50 % pour pouvoir s'opposer légalement aux dits accords.



Du sur mesure on vous dit !


Car si on se rapporte aux dernières élections prud'hommales (2008-2009) qui sont une mesure plus juste et plus indépendante de l'intervention patronale on a les résultats suivants :


=> CGT  : 33,98%


=>CFDT : 21,81%


=>FO      : 15,81%


=>CFTC : 8,69 %


=>CGC   : 8,20%


Ce qui donne :


=>CGT+FO : 33,98+15,81 = 49,79 %


=>CFDT-CFTC-CGC : 21,81+8,20+6,25 = 36,26 %


Donc un bloc signataire des accords sociaux très nettement minoritaire.


On comprend alors pourquoi aussi, le ministre Sapin ne veut plus d'élections aux prud'hommes.!


Article de presse :

 

A l'issue d'une ultime séance de négociations, un terrain d'entente, a été trouvé sur les contreparties à apporter au pacte, ce jeudi. Il ne comporte pas d'engagements chiffrés.

Le patronat (Medef, UPA, CGPME) et trois syndicats (CFDT, CFTC et CFE-CGC) ont abouti mercredi à un accord sur les contreparties du pacte de responsabilité, a annoncé le Medef à l’issue d’une nouvelle séance de négociation. Le texte doit être soumis aux instances dirigeantes de ces organisations. La CGT et Force ouvrière ont émis, elles, un avis négatif sur le projet présenté par le patronat.

«Il n’y a pas d’engagements chiffrés» sur les créations d’emplois attendues des entreprises en échange de 30 milliards de baisses de cotisations promises par le gouvernement, a expliqué le chef de la délégation du Medef Jean-François Pilliard. Mais «le texte détaille de façon rigoureuse les dispositifs qui seront en place au niveau des branches (professionnelles) pour aller vers des objectifs» en matière d’emplois, a-t-il indiqué.

La négociatrice de la CFDT Véronique Descacq s’est dite satisfaite des «engagements»obtenus. «La CFDT est restée intransigeante sur ses demandes d’engagements chiffrés en matière d’emplois, de classification et d’investissements», a-t-elle assuré.

Le gouvernement, qui considère le pacte comme son arme ultime contre le chômage, avait demandé aux partenaires sociaux de parvenir à un accord d’ici à la fin mars sur les contreparties. «La bataille du pacte, c’est la bataille de la croissance. Redonner des marges de manoeuvre aux entreprises, ce n’est pas faire des cadeaux aux entreprises», a récemment assuré le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.



source: FSC

Commenter cet article