Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

Syndicat CGT de l’hôpital Tenon communique:

Le jeudi 3 octobre 2013, la direction de l’hôpital Tenon a pris la décision de faire appel aux forces de police dans l’enceinte de l’établissement pour mettre un terme au rassemblement pacifique du Collectif IVG (CIVG) soutenu par le syndicat CGT et la section SUD de l’hôpital Tenon. Ce collectif est connu et reconnu par la direction de l’hôpital depuis 2009 puisqu’il défend la survie du service d’orthogénie depuis plusieurs années.

 

Le 3 octobre, le collectif souhaitait rencontrer la direction concernant les conditions de fonctionnement du service en raison du manque d’effectif infirmier et des travaux en cours. Alors que la délégation se constituait, ordre a été donné aux policiers d’évacuer les membres du collectif. Le secrétaire du syndicat CGT de l’hôpital Tenon a été bousculé, molesté et saisi par les policiers voulant l’évacuer hors de l’enceinte de l’établissement. Sourds aux propos du syndicaliste se présentant comme agent de l’hôpital et élu du personnel, les policiers l’ont contraint sur plusieurs dizaines de mètres jusqu’aux grilles d’enceinte.

 

 

Nous affirmons que cette interpellation a été ciblée, le secrétaire du syndicat ayant été nommé par les policiers et seul à être malmené de la sorte. Les nombreuses photographies prises au cours de l’interpellation le démontrent.

 

 

Les représentants de l’hôpital, adjointe de la directrice et adjoint du chef de sécurité, témoins directs de la scène ne sont pas intervenus pour faire cesser l’interpellation. La directrice du site, à l’abri derrière les fenêtres de son bureau, a assisté à cette interpellation et elle, non plus, n’est pas intervenue.

 

 

Cette attitude est méprisable et en contradiction avec le statut de la fonction publique qui oblige l’administration à la protection des agents. Nous voulons connaître la vérité sur les raisons de la décision de faire intervenir les forces de police, savoir qui a ordonné l’évacuation du collectif et qui a permis à la police de cibler le secrétaire de la CGT. Cette violente intervention policière dans un établissement public de santé est une première. Cela ne doit plus se reproduire.

 

 

Dans le climat de restructuration du service public de santé (suppressions de services, regroupements d’hôpitaux, fermeture de l’Hôtel-Dieu, diminution de la masse salariale, financiarisation de la gestion des hôpitaux, ...) les organisations syndicales sont en première ligne pour défendre les droits à un service public de qualité égal pour tous. Elles sont les premières attaquées par le pouvoir autoritaire.

 

Suite à ce mauvais coup le syndicat CGT de l’hôpital Tenon et son secrétaire général se réservent le droit d’agir auprès des autorités compétentes pour toutes suites à donner.

 

Paris, le 4 octobre 2013

 CGT-USAP

 

Source : UD CGT Paris

 

Commenter cet article