Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO

Dans tout le pays des travailleurs en lutte :

 

Grève au groupe Lyondelbasell à BERRE

 

Dès l’annonce par la multinationale américaine "LyondelBasell" de fermer son unité de raffinage en 2012 (300 salariés) et de ne garder que les activités pétrochimiques (900 salariés), la colère a explosée.

Les salariés de la raffinerie et ceux de la pétrochimie qui sont tous concernés par l’avenir du site, se sont mis en grève avec occupation.

Liquider la raffinerie de Berre est lourd de conséquences pour ses salariés mais aussi pour l’activité et l’emploi dans tout le bassin.

La casse des raffineries se poursuit. En 1980, il y avait en France 21 raffineries. Aujourd’hui il en reste 11 en activité. C’est un nouveau coup dur pour l’industrie et l’économie du pays.

Pour justifier les fermetures les pétroliers arguent de surcapacités de production mais en même temps les grands groupes font le choix de l’importation de produits raffinés au détriment de l’investissement. Ils travaillent à l’implantation d’un dépôt d’importation à Fos-sur-Mer d’une capacité de 20 millions de tonnes par an, l’équivalent de la production de trois raffineries.

Dans la branche, les assemblées se multiplient pour décider d’actions pour soutenir le mouvement de Berre. A la raffinerie TOTAL de Donges, les salariés ont fait une action de 24 h.

 

Dans l’Yonne aux cimenteries Lafarge à Frangey, 12 salariés en grève de la faim contre la fermeture de l’entreprise

Les ciments "Lafarge" dans cette petite commune de l’Yonne, c’est 74 emplois dans l’usine et 500 emplois induits.

L’entreprise est rentable mais le patron veut délocaliser. Les salariés sont en grève contre la fermeture, ils ont manifesté devant le siège de Lafarge à St Cloud, accueillis par les CRS. 12 d’entre eux font la grève de la faim pour soutenir l’action.

 

Groupe Montupet, la lutte continue

Jeudi 29 septembre, plus de 1.000 salariés ont manifesté devant l’usine du groupe de Châteauroux, avec des salariés de la fonderie du Poitou à Châtellerault , de celle de Laignerie dans l’Oise mais aussi des délégations venues de chez Renault, de sous-traitants comme Faurecia, Valéo, Delphi.

 

ED patron voyou condamné

La direction de "ED",  une enseigne du groupe "DIA", filiale jusqu’en juillet dernier de "Carrefour", non contente d’imposer des horaires extrêmement pénibles aux salariés, du lundi au samedi, voulait leur imposer le travail du dimanche.

Depuis octobre 2009, le personnel se bat contre le travail du dimanche. Le patron d’ ED a cru faire plier les « récalcitrantes » en licenciant plusieurs salariées.

Les salariées qui gagnent 1.000 euros ont continué l’action avec la CGT. Elles ont demandé réparation au Conseil des Prud’hommes.

La lutte a porté, les salariées ont gagné leur procès. Un Premier arrêt du 2 mars 2011 condamnait le patron qu’il les avait licencié en 2009. Le patron a fait appel. Le 21 septembre, la Cour de cassation a confirmé la condamnation du patron qui devra leur verser 40.000 euros de dommage et intérêts.

Reste maintenant la lutte à imposer que ces salariés retrouvent leur travail.

Source : "site communistes"

Commenter cet article