Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

A peine en place, Hollande annonce la couleur. La conférence « sociale » qui vient de se tenir sous son égide a décidé qu’un transfert massif des « charges sociales » des entreprises devait être effectué vers la CSG. Louis Gallois ancien patron de EADS, actuellement vice président du Cercle (capitaliste) de l’industrie et conseiller spécial de Hollande a précisé : « Il est impératif que le gouvernement transfère de 30 à 50 milliards d’euros de fiscalité pour baisser les charges sociales de ces entreprises ». Il dit cela au moment même où PSA ferme Aulnay, supprime 8.000 emplois après avoir reçu des milliards de subventions de la part des gouvernements. Pendant que les propriétaires de PSA et leurs actionnaires placent leurs capitaux là où ils rapportent le plus, en Europe de l’Est, en Espagne etc… les salariés et le peuple de notre pays paient la note. Pour les groupes capitalistes l’intérêt national n’existe que lorsqu’il permet de s’enrichir. Ces mêmes groupes, dirigeants et actionnaires, ont pourtant reçu en 2011 170 milliards de cadeaux en exonérations fiscales et cotisations salariales, plus 210 milliards d’autres cadeaux. Où sont passées ces sommes ?

 

Qui paie cette CSG dont l’augmentation considérable est à l’ordre du jour ? Créée par le gouvernement Rocard en 1991 à un taux de 1,1%, elle est aujourd’hui de 7,5% et atteint en 2011 88,6 milliards d’euros soit près de 25% du budget de l’Etat. Elle représente déjà 20% des ressources de la Sécurité Sociale contre 3,2% lors de sa création. 12% seulement de cet impôt est payé par le capital. Le reste (88%) est ponctionné sur les salariés et leurs familles, sur les retraités. Sur les 50 milliards d’augmentationqui sont proposés aujourd’hui, le patronat paierait à peine 4 milliards et les travailleurs le reste !

 

Mais le patronat en veut plus, il voudrait qu’une loi soit promulguée dès 2013 pour assurer un nouveau relèvement de la CSG. Hollande, en termes différents, a demandé la même chose. Dès l’ouverture de sa fameuse « conférence sociale » il a dit clairement : « Nous devons trouver de nouveaux modes de financement autres qu’en chargeant les entreprises »

 

Chérèque a approuvé chaleureusement : « l’essentiel y est,… La baisse du coût du travail marque des points… Si c’est la première réforme d’une réforme totale c’est très bien » etc… Dans le même esprit il applaudit à la proposition d’une réforme totale du système des retraites qu’il faut engager sans tarder. On devine dans quel sens.

 

Laurence Parisot dit son contentement d’avoir été « entendue ». Pour elle « la concertation sur le financement de la protection sociale est vitale ». Surtout si on lui donne satisfaction !

 

La CGT et FO reprochent à juste titre au gouvernement de céder aux pressions patronales, ce qui est la moindre des choses mais ils n’appellent pas les salariés à agir. Or la menace se précise, il faut agir maintenant sans attendre. Le gouvernement et le patronat comptent sur la période des vacances pour avancer plus vite dans la voie qu’ils viennent de faire approuver par Chérèque et la CFDT. Ils comptent sur les aternoiements des dirigeants de la CGT.

 

C’est l’alternance politique au pouvoir, hier la droite, aujourd’hui le PS et ses alliés mais rien n’a changé

 

Contre la régression sociale, le seul rempart c’est la lutte, une lutte puissante contre le capital et le gouvernement à son service.

 

Source : "site communistes"

Commenter cet article