Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

La Plantade 2012

 

plantade2012a


Débat : " L'EUROPE OUI ou NON ?"

C’est sous un vent d’ouest un peu frisquet, le Cers, qu’a débuté le samedi 1er septembre à 17 h 30, le débat prévu sur  en présence d’une quarantaine de personnes.

Présidé par Paul Barbazange, le secrétaire de la section de Béziers du PCF, le débat a été introduit par un exposé d’Aimé Couquet, élu d’opposition à la mairie de Béziers. Celui-ci a fait un historique très documenté sur la construction de l’Europe telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Il a souligné deux aspects négatifs qui résultent des perspectives de ratification du Traité Européen : une atteinte à la démocratie qui prive les citoyens de chaque pays de leur pouvoir de décision, la mise en cause de la souveraineté de chaque nation. Nous sommes ici à contrecourant des décisions prises en France pendant la Révolution.

L’institution de la règle d’or, élément essentiel du pacte de stabilité, bloquerait toute possibilité de défense des intérêts des salariés. Aller dans cette direction c’est parachever le dispositif antisocial initié par le traité Merkel / Sarkozy. Ce n’est certainement pas le mandat qui a été donné à François Hollande lorsque les électeurs l’ont élu président de la République.

Le débat a été très ouvert, très divers dans les approches et en même temps très convergent. L’auditoire était à coup sûr acquis à l’idée, majoritaire à 72 % dans notre pays, qu’il faut, le problème est trop grave, un référendum pour que le peuple se prononce.

D’autres éléments ont enrichi les échanges. Ce qui se poursuit avec les modifications qui se dessinent au plan européen ne sont que les tentatives d’adaptation d’un système économique et social, le capitalisme pour l’appeler par son nom, qui au quotidien fait la preuve de son impuissance à rien résoudre.

ATTAC a souligné le rôle des banques, celui de la Banque Centrale Européenne en particulier, tel qu’il est et tel qu’il devrait être eu égard à la dette publique. L’analyse reprenant ce qui a été déjà été dit sur le sujet a été rappelée.

La question de la paix par exemple est fortement mise en cause par l’impérialisme des puissances qui dominent le monde. Elles ne manquent pas de prétextes pour prendre le risque de déclencher, à partir de la Syrie, de l’Iran, l’apocalypse que permettent les moyens actuels de destruction.

L’austérité qui caractérise la situation présente et ses conséquences douloureuses pour les salariés ont été longuement développées par Serge Ragazzacci, le secrétaire départemental de la CGT. Fait nouveau, le CGT n’est plus isolée au sein de la Confédération Européenne des Syndicat et appelle à agir le 9 octobre pour l’emploi fortement dégradé dans l’Hérault et dans le Biterrois en particulier.

On a pu entendre la position d’un jeune socialiste qui se prononce contre la ratification du Traité Européen mais en même temps n’entend pas gêner l’action de François Hollande et de son gouvernement et exprime d’ailleurs sa déception sur les résultats jusqu’ici obtenus.

On a écouté également l’annonce sur le secteur de Montagnac de réunion organisée par le parti de gauche.

L’idée, avancée par le POI, qu’une manifestation nationale appuyant cette exigence est nécessaire semble acquise et si les modalités d’organisation pourront être définies lors d’une réunion qui doit avoir lieu mardi 4 septembre à 18 h 30 au 2 de la rue Voltaire, elle a paru faire consensus.

Au total un très bon débat dont chacun devrait tirer les conséquences, tant au niveau de sa réflexion que de son vote ou de sa participation aux actions engagées.

 

plantade2012b


Débat : "GAGNONS ENSEMBLE UN CHANGEMENT VERITABLE"

Comme toujours c’est celui qui a attiré le plus de monde. A la tribune avaient pris place Aimé Couquet, Michel Passet secrétaire fédéral, Paul Barbazange secrétaire de la section de Béziers, Viviane Cassan représentant la section du Sud Biterrois.

La parole a tout de suite était donnée à Michel Passet qui a dressé un état des lieux quelque cent jours après l’élection d’un nouveau président de la République. Son exposé sera complété par les interventions de Paul Barbazange et de Viviane Cassan.

Le bilan est décevant pour ceux qui avaient des espoirs ! Chômage en hausse, pouvoir d’achat en berne, insuffisance des moyens pour l’éducation et d’une manière générale pour les services publics comme pour la protection sociale, qu’il s’agisse de la couverture maladie ou des retraites …

Le débat va recouper celui de la veille, le TSCG (Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance) étant lourd de conséquences pour l’avenir. Rappelons à ce propos que les points de vue développés la veille étaient convergents pour dénoncer la nocivité de traité encore appelé pacte budgétaire européen.

Contrairement à ce que l’on peut entendre ici ou là, s’y opposer et faire en sorte qu’il soit mis en échec, ne serait pas nuire aux socialistes qui sont au pouvoir. Ceci étant les gens ont à se prononcer par rapport à leurs intérêts de classe et pas en fonction d’une idéologie qui gomme ceux-ci.

Finalement le travailleur socialiste vit la même situation économique et sociale que son collègue communiste ou que tel autre ne se reconnaissant pas dans un ces partis politiques.

Si on prend l’exemple du prix du carburant, devenu exorbitant pour celui qui doit prendre sa voiture pour se rendre à son travail, c’est bien l’action unie contre le monde pétrolier qui est à l’ordre du jour.

Il est difficile de mettre en ordre les éléments disparates qui ont jailli de la discussion. La solidarité entre les peuples n’a pas à se limiter à ceux de l’Europe et des échanges avantageux pour tous doivent s’étendre notamment aux pays du Maghreb a-t-il été affirmé !

L’influence de l’Allemagne sur l’organisation européenne a été l’objet d’appréciations diverses. Ne faut-il pas distinguer le capitalisme allemand du peuple allemand dont on peut craindre que ne s’aggrave pour lui des difficultés déjà perceptibles ?

Quel ont été les jeux des capitalismes français et allemand pour obtenir le leadership européen ?

Puisqu’en dernier ressort c’est un système en fin de course qui régit la France, l’Europe et le monde, au risque d’ailleurs de déclencher une guerre apocalyptique à partir de la Syrie ou de l’Iran, qui est en cause, n’est-il pas nécessaire de poser clairement la question de la nécessaire rupture qui s’impose ?

On aborde déjà ici le thème du troisième débat, celui de l’existence et de l’influence d’un parti révolutionnaire qui ne fasse pas de concession sur les objectifs de transformation profondes qui frappent à la porte de l’histoire. Plusieurs intervenants s’exprimeront pour rendre compte du mal être qui a été le leur au temps de la mutation, synonyme d’abandons et de démissions.

Ce sera repris dans l’après-midi et ce ne sera pas facile de confronter les analyses !


 


 


 

Jacques CROS

 

 

 

Merci  à Armand, notre correspondant local

Commenter cet article