Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel LeDiablo

la-nuit-finit-a-tours.jpg

PCF: "La nuit finit à Tours" mais ça c'était avant...

 

LETTRE OUVERTE AU PARTI COMMUNISTE DE TOURS

Lettre ouverte à l’intention des communistes de Tours qui ont décidé de rallier dès le premier tour, la liste socialiste conduite par Jean Germain pour les prochaines élections municipales.

 

Cher camarade,

 

Tu as donc décidé de poursuivre ta route auprès de tes collègues socialistes. Ceux-là même que tu fustiges sur le plan national. Dans ta justification tu prônes le contexte local et le risque de voir une droite unie ravir la mairie. Cette chère mairie et ses fauteuils dorés sur lesquels tu ne sembles pas bouder ton plaisir d’être devenu, permets moi de te le dire, un technocrate dénué de tout sens de la réalité.

 

Dans cette ville qui a vu naitre ton parti par opposition avec ces socialistes réformistes, dans cette ville où tes glorieux ainés se sont mis à rêver de révolution prolétarienne, toi tu prônes aujourd’hui le pragmatisme et un ralliement sans conditions. Et comme pour mieux te convaincre tu oses annoncer dans la presse que les discussions avec tes amis socialistes se feront sur la base de tes propositions. Penses-tu sérieusement qu’avec le chèque en blanc que tu viens de signer, tu es en position de négocier de la sorte avec eux ?

 

J’entends bien que tu ne rêves plus de révolution, que tu n’as plus rien de ce parti vindicatif souhaitant une autre société, que la lutte des classes est depuis longtemps devenu un gros mot. Tu es devenu un parti réformiste accompagnant le capitalisme, tout juste prêt à saupoudrer quelques miettes au bon peuple, pour lui faire croire à une illusion de changement.

 

J’entends bien que tu as besoin de ces quelques postes que les socialistes daigneront te laisser comme un os à ronger, pour amener un peu de sous dans tes finances étriquées.

 

J’entends bien également que tu as dû négocier avec eux en contre-partie quelques postes aux cantonales, voire — j’ose m’avancer — le fait d’avoir le champ libre sur la commune voisine de Saint Pierre des Corps.

 

Pourtant cher camarade, permets moi de te le dire, tu continues en agissant de la sorte à creuser ta tombe, car il y a bien longtemps que tu ne peux plus imposer quoi que ce soit à tes camarades socialistes. Bien au contraire, à chaque fois que tu noies ton rouge flamboyant dans le rose pastel voisin, ton influence aux élections électorales suivantes diminue un peu plus, renforçant avec elle ta dépendance au parti socialiste, que tu fustigeras de nouveau au plan national pour mieux le suivre au niveau local...

 

Mais plus important cher camarade, tu as oublié en agissant de la sorte un élément essentiel à la politique : le terrain des idées. Car outre la fonction électoraliste de ces échéances, elles sont surtout l’occasion d’avancer tes idées dans le débat public, de les transmettre à la population, de lui montrer avec pédagogie qu’il y a une autre voie que la sociale-démocratie, à la gauche de l’échiquier politique... Mais cela tu l’as sans doute oublié il y a bien longtemps et c’est certainement ta plus grosse erreur.

 

JP Elda

le 18 décembre 2013

 

source: http://tours.mediaslibres.org/

 

 

Commenter cet article