Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Le Diablo

vie-du-parti.jpg

Liquidation avant l'heure

par José FORT

sur son blog

Le texte ci-dessous est sans aucun doute de Marie George Buffet sous la signature d’une de ses collaboratrices. Je me marre en lisant « le talent fait toujours peur à ceux qui n'en ont pas. » Lisez, oui, c'est dans le texte. Il engage un débat sur l'avenir du FDG alors qu'une résolution du Comité national du PCF invitait à reporter le débat au lendemain du scrutin européen. En ce qui me concerne, j’ai respecté le vote de mes camarades du CN. Mais là, trop c’est trop. Je constate que de nombreux dirigeants du PCF n'appliquent même pas leur propre résolution. Dans ces conditions, pourquoi rester silencieux ? Pourquoi ce texte de Marie George sous couvert de Brigitte Dionnet publié dans l’Humanité à la suite de plusieurs autres allant dans le même sens ?

Lisez ce texte.

Ce que veulent ces camarades, c'est tout simplement la liquidation du PCF et l'émergence d'une nouvelle formation politique. Le reste relève de l'enfumage.


Par Brigitte Dionnet, membre du Conseil national du PCF

Ne tournons pas autour du pot. Faut-il ou non continuer le Front de gauche avec les partis qui l’ont créé ? Il faut d’abord répondre à cette question pour se demander ensuite s’il faut l’élargir, le refonder, le dynamiser, l’enrichir, ou ne sais-je quoi encore. Pour ma part, je réponds oui pour les mêmes raisons que celles qui, au lendemain de l’élection présidentielle de 2007, ont poussé à sa création. Quelles sont-elles ?

 

Tout simplement celles qui reposent sur la volonté de conserver une perspective de transformation sociale pour ce pays, de ne pas voir mourir l’idée de révolution, de pouvoir continuer à penser une « utopie révolutionnaire », comme disait le regretté Albert Soboul. Car, avec l’affaiblissement continu de notre parti, nous ne voulions pas que sonne le glas d’une telle perspective alors qu’en 2005 le rassemblement pour le non de gauche au TCE était au contraire très prometteur.

 

Le Front de gauche et la démarche politique qui ont conduit à sa création restent-ils valables aujourd’hui ? J’ai envie de dire plus que jamais pour qui veut transformer vraiment la réalité. Cela suppose donc d’abandonner toute illusion sur cette réalité ou tout renoncement à vouloir la changer, ce qui reviendrait de facto à s’accommoder au mieux de ce qu’il n’est plus possible de changer et donc de se résigner à l’aménager. Illusion et résignation qui peuvent d’ailleurs se conjuguer parfaitement avec l’idéalisation d’un PCF virtuel. Pour que le PCF soit utile à autre chose qu’à lui-même, il doit être utile à la transformation de la société. Et pour cela il faut croire cette transformation possible et le vouloir en tant que force politique. Ce qui se traduit en termes politiques par le choix de se mettre au service de cette transformation et d’en décliner les conséquences concernant le rapport de forces et les alliances politiques sans a priori, et en faisant passer l’esprit de boutique au second plan. Ce qui revient, par exemple, à ne pas considérer comme inéluctable l’influence dominante du PS sur la gauche, qui obligerait donc à s’en accommoder et donc à n’avoir comme seule marge de manœuvre les conditions dans lesquelles tirer les meilleurs marrons du feu possible.

 

Aussi, la question qui reste posée au lendemain de ces élections municipales reste la même qu’au lendemain de l’élection présidentielle de 2007 : peut-on trouver un autre chemin que celui du renoncement au changement, avec un PCF poursuivant sa route seul ? Le résultat du Front de gauche à l’élection présidentielle de 2012 en avait ouvert la voie. Qu’avons-nous fait de cet espoir ? Qu’avons-nous fait de cette construction populaire ? Parler de mobilisation populaire, de dynamique citoyenne est une chose. Lui permettre de se déployer en est une autre. Ce n’est pas en opposant les partis qui constituent le Front de gauche au « peuple » que nous y arriverons. Car, justement, le Front de gauche, par son existence, a permis à une dynamique citoyenne d’entrevoir un débouché politique à gauche sans être dans le ni-ni (ni le PS ni l’anti-institutionnel). Avec 11 % et quatre millions de voix, nous avons ouvert une fenêtre sur l’espoir d’autre chose. Mais nos déconvenues dans les scrutins suivants ne sont-ils pas le signe d’une perte de cet espoir par un déficit de poursuite de notre démarche ? Non pas à cause de problèmes de personnes mais bien de politique. Sommes-nous restés sur la démarche politique qui avait fait le succès : n’avoir comme seule boussole que l’intérêt populaire ? Le débat entre partis du Front de gauche n’était pas un débat de personnes mais de fond : quelle attitude adopter à l’égard du gouvernement et de la politique du Parti socialiste ? Car le débat ne portait pas sur « toute la gauche » ou « une petite gauche » à côté « d’une grande » ; d’ailleurs cette démarche équivaudrait à se rallier à l’idée de cette inéluctabilité d’une dominance du PS sur la gauche. Non, le débat portait sur la nature de la politique du gouvernement. Et je crois qu’il est difficile aujourd’hui de continuer à refuser de se dire opposé à ses choix. Pourtant c’est bien cette notion d’opposition qui a d’abord fait débat ! Le talent fait toujours peur à ceux qui n’en ont pas. Doit-on se priver de toutes les énergies qui voudraient se mobiliser avec le Front de gauche ? On ne s’en sortira pas en répondant à ces femmes et hommes en leur proposant des ateliers, assemblées ou autres… Si on veut leur reconnaître un rôle et une place, ils et elles ont droit à un pouvoir de décision et de choix à part entière que seule une adhésion leur permet.

 

La crise de la politique ne doit pas conduire à mes yeux à renoncer à l’existence de forces politiques, de partis politiques. Et la solution pour les citoyennes et citoyens qui ne croient plus à la politique n’est pas de leur donner raison en leur déniant la possibilité de participer à une force politique. Or soit l’on considère que tous et toutes doivent le faire au sein du PCF, soit on leur permet de choisir de le faire là où ils et elles le souhaitent. Je suis pour cette seconde solution.

 

Pour résumer, je crois que le changement réel dans ce pays a besoin du Front de gauche, des partis et des personnalités qui le composent actuellement pour être encore une perspective motivante et mobilisatrice. Dans ce cadre, il faut effectivement élargir ce qui existe à toutes les forces qui le souhaitent en tant que telles et aux adhésions directes de femmes et d’hommes qui ne veulent pas engager leur association ou leur syndicat, ou qui sont tout simplement des femmes et des hommes qui se reconnaissent dans notre projet commun : l’Humain d’abord. Oui, il faut une intervention citoyenne à la hauteur mais notre Révolution nous aurait-elle débarrassés du féodalisme et de la royauté sans les Lumières et sans les jacobins ? Aussi, si le passé nous éclaire, il ne peut pas être notre lanterne, ni comme modèle de société, ni non plus comme modèle de parti ou d’alliances politiques. Alors, laissons les veilles recettes même mises au goût du jour. Nous avions commencé à créer du neuf, continuons.

 http://www.humanite.fr/crise-de-la-politique-front-de-gauche-et-elections-europeennes-et-maintenant-525741

 

Commentaire de B.T (PCF Bassin d'Arcachon) : Mais alors qu'attendez-vous, mais barrez-vous ?. Et que MGB courre chez Hollande pour ce maroquin tant convoité et qu'elle aille rejoindre R.H. Les communistes de Blanc-Mesnil peuvent être fière d'elle. A force de se vautrer dans le sociétal, elle en a oublié le social ce qui a conduit à la gamelle prévisible, parce que prévue. Notre recul n'est pas fondamentalement la conséquence de problème d'alliances ou de rassemblement (surtout quand ils ne sont que politicard).

Mais bien plutôt la conséquence de l'abandon dans lequel nous avons laissé la classe ouvrière, le monde du travail. La subsitution de la lutte des places à la lutte des classes a fait les ravages qu'il nous faut bien constater. Mais pouvait-on attendre autre chose de cette nomenklatura boboïsante ? Elle est incapable de penser à autre chose qu'à son nombril, c'est le propre de cette petite bourgeoise largement contaminée par le troskisme.

 

Troskistes qui renvoyaient la solution à tous problèmes à une hypothétique révolution mondiale. En quoi la démarche de ceux qui renvoi tout à une hypothétique refondation d'une "Europe sociale!!" sont-ils différents. En attendant les travailleurs qui luttent, se battent, sont largement abandonnés à leur sort. Aucune proposition, autre qu'incantatoire (rôle de la BCE) ne leurs sont proposés. Décidemment l'encéphalogramme est désespérément plat. Il faudra bien que les travailleurs arrachent l'outil PCF à ces irresponsables.

 

Ceux qui n'ont pas le courage d'aller au fond de leur pensée, qui eux aussi, pensent que le capitalisme sonne la fin de l'histoire. Il n'y a plus qu'à s'adapter et tant qu'à faire la fermer. Ils sont, pour moi, passés très clairement dans le camp d'en face. Qu'ils le veuillent ou NON le cadre de la nation reste et restera longtemps encore, le cadre pertinent de l'exercice de la citoyenneté populaire. Et cette souveraineté, condition indispensable du vivre ensemble à besoin pour s'épanouir et se développer de proximité et d'un en commun forgé au travers des siècles.

 

NON il n'y a pas de peuple européen. Cette souveraineté est même la condition indispensable au développement de la solidarité et des coopérations entre les peuples. Un peuple qui n'est pas souverain n'est pas en capacité de coopérer. Alors plus qu'un tout petit effort à fournir "camarades!!!" vous êtes vraiment mûrs pour le congrès de Tours à l'envers.

 

Lu sur le site PCF BASSIN

Commenter cet article

C

JOSE FORT ECRIT BIEN MAIS QUE FAIT-IL POUR AGIR EN COMMUNISTE DIGNE DE JACQUES DUCLOS....................................
Répondre
G

Je crois que nous n'avons plus grand chose à gagner à nous engager dans la bataille de chiffonnier autour des restes du capital politique (et immobilier) que couvre l'appelation "PCF". A quoi ça
sert d'empêcher la liquidation du PCF si le PCF ainsi sauvé appelle à renforcer l'UE ? Servir de caution, et entretenir l'ambiguité au profit d'un appareil converti à la social démocratie, ça n'a
aucun intérêt. José Fort est reparti à l'attaque comme en 2007 et déjà en 2007 c'était une erreur que de vouloir sauver la coquille vide.
Répondre