Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

monnaie.jpg


Pour l’organisation de sa première conférence, le blog « L’espoir » avait fait le choix de deux penseurs du changement : Philippe Murer et Jacques Nikonoff. Le premier nous a dévoilés, pour la première fois dans une conférence, son analyse de la transition énergétique et l’impasse représentée par le choix des énergies fossiles. Le second nous a détaillés les différents mécanismes qui rendent inéluctable la fin de l’euro. Deux analyses imparables.


Au cours de la seconde partie de la conférence, Jacques Nikonoff est intervenu afin d’évoquer les dysfonctionnements de l’UE dont la zone euro est la caricature. Son exposé commença par ridiculiser les sauvetages historiques de la monnaie unique qui se succèdent à une vitesse effrénée et ne peuvent plus masquer l’évidence de l’échec de l’euro.

 


Les raisons sont multiples et l’actuel porte parole du M’Pep s’est attaché à décrire les plus évidentes. L’absence d’une zone monétaire optimale qui empêche de rendre efficace une politique monétaire unique qui ne peut s’adapter à des pays membres aux caractéristiques économiques divergentes.

 

 

L’Allemagne est sévèrement critiquée par l’ancien leader d’ATTAC, notamment au regard du comportement de passager clandestin de Berlin qui a amené ce pays à pratiquer une politique de déflation salariale favorisant ses exportations et freinant ses importations. Cette politique, débutée par Gerhard Schröder, a eu pour conséquence de créer de forts excédents commerciaux pour notre voisin d’outre-rhin et de creuser la dette des pays du Sud. 

 


De surcroît, l’Allemagne se refuse à procéder à des transferts budgétaires qui permettraient de rééquilibrer ces dysfonctionnements au sein de la zone euro et exige des pays en difficultés financières de résoudre le problème par des mesures austéritaires. Or le problème est qu’une politique de déflation salariale et de réduction des dépenses sociales ne peut fonctionner que si elle est réalisée de manière isolée. La généralisation de ces politiques au sein de la zone euro ne peut que mener l’UE dans une impasse.

 


De plus, même en Allemagne une telle politique n’est pas favorable aux salariés dont les plus pauvres sont touchés par une forte baisse de leur pouvoir d’achat.

 


Afin de sortir de la crise, Jacques Nikonoff insiste sur l’importance pour la France de retrouver sa souveraineté monétaire et donc de pratiquer la désobéissance européenne. Actuellement, les politiques permettant de sortir de nos difficultés sont interdites par l’UE. Il s’agit pourtant d’armes clés comme la dévaluation qui permettrait à notre pays de retrouver sa compétitivité sans avoir recours à la déflation salariale, beaucoup plus douloureuse puisque les prix à l’intérieur du pays ne baissent de la même proportion que les salaires.


Le contrôle des changes a également été évoqué au travers de l’exemple de Chypre comme un moyen permettant d’éviter une fuite des capitaux en dehors du pays. Enfin à propos de la question de la dette, la porte parole du M’PEP a argumenté en faveur de la décision de ne pas rembourser la dette ou de la rééchelonner. Il a montré que dans un tel cas, la pression n’est plus mise sur l’emprunteur, sommé de rembourser, mais sur le prêteur qui craint de ne pas être remboursé.

 


Dans une violente charge à l’égard des marchés financiers, il s’est positionné en faveur de la fin de l’indépendance de la Banque Centrale afin que cette dernière puisse prêter directement aux Etats. L’ancien leader d’ATTAC est même allé jusqu’à proposer le démantèlement des marchés financiers qui finissent par apporter plus de problèmes que de solutions à l’économie réelle. 

 


L’intervention de Jaccques Nikonoff a permis de parfaitement mettre en évidence les rapports de force auxquels notre pays est confronté. En entendant ce discours, les mots de Pierre Victurnien Vergniaud, « Les grands ne sont grands que parce que nous sommes à genoux : levons-nous ! », prennent tout leur sens. Il importe donc de rester convaincu que notre pays reste maître de sa dette et qu’il sera hors de question de subir les sacrifices vécus par les Grecs. De plus, l’Allemagne de Madame Merkel ne doit pas décider de tout en Europe et la France possède des armes à sa disposition pour mettre fin au comportement de passager clandestin de ce pays et à ses exigences austéritaires. Encore faudrait-il que le protectionnisme cesse d’être un sujet tabou. En ce sens la démarche de Jacques Nikonoff mérite d’être largement saluée.


Theux

 

Source : blog L'ESPOIR

Commenter cet article