Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Le Diablo

numerus-clausus-2014.jpg

Au moment où les jeunes de terminale se préparent à passer le Bac, et se posent la question de choisir une filère post-bac, et au moment où les plus anciens s'inquiètent pour l'avenir des services de santé, il est utile de rappeler les décisions prises par le gouvernement en matière d'ouvertures de places dans les filières de médecine:


Les filières médicales restent bouchée par le gouvernement — qui prétend pourtant faire  de l'emploi des jeunes une priorité — alors que les délais d'attente s'allongent pour obtenir des rendez-vous chez les médecins, dentistes, ophtalmologistes, etc.

C'est le monde à l'envers ! Malgré la pénurie manifeste de médecins, le gouvernement a décidé de ne pas faire évoluer les  numérus clausus pour l'année 2013-2014, dans les filières de PACES (première année commune aux études de santé).


Le nombre de place en 2e année de médecine restera stable par rapport à l'an dernier.

Les annonces de créations de nouvelles filères de santé, qui pourraient donner lieu à passerelles vers la formation de médecin, ne conduiraient pas à l'augmentation de places en médecine, mais à la répartition du dumérus clausus entre les filières PACES et Licences santé (donc à la réduction du nombre de places en dilière PACES !).


Aujourd'hui la France se classe parmi les derniers avec 6 diplômés par tranche de 100.000 habitants quand la moyenne de l’OCDE est à 9,6, soit 60% de plus !

Avec la poursuite de la politique malthusienne, décidée il y maintenant plus de 30 ans, la pénurie de médecins va donc se poursuivre en France, et nécessiter la poursuite et l'accroissement du prélèvement de médecins sur les pays en voie de développement ou des pays européens à très bas salaires (comme les anciens pays de l'Est — Roumanie, Biulgarie, Pologne — ou la Grèce).


Ah!  Elle est belle la "Solidarité française" ! Nous prenons leurs médecins, puis, condescendants, nous leur envoyons nos ONG ! C'est le monde à l'envers !

Rappelons que le numerus clausus — limitation de places pour le passage en 2e année — a été instauré en 1971. Il était, à l'époque de 8 591 étudiants par an. Au cours des années suivantes, il a été régulièrement diminué jusqu'à atteindre, en 1992, le nombre incroyablement bas de 3 500. Ce n'est qu'au début des années 2000 que les pouvoirs publics ont pris conscience de la conséquence dramatique, largement prévisible et prévue, du numerus clausus sur les effectifs médicaux, et ont commencé à le relever. Le nombre de places disponibles à l'issue du concours de fin d'année de médecine (chiffre décidé par le gouvernement) s'élève ainsi à 7 492 en 2014, soit 1000 de mois qu'en 1971, qui était nettement inférieur que le nombre de passages en 2e année dans les années précédentes.  


Or pendant la période 1968/2014, la population française est passée de 52 millions d’habitants à plus de 60 millions. Les besoins en médecins ont donc augmenté !!

Tous les français, — à la possible exception de ceux qui habitent les centres de certaines grandes villes et le bord de la méditerrannée —, et particulièrement les dieppois, expérimentent une difficulté qui ne fera que s'accentuer dans l'accès aux médecins, généralistes comme spécialistes.


On ne produit plus assez de médecins en France, alors que la génération de médecins  formée juste avant l'instauration du numérus clausus, atteint aujourd'hui la limite d'âge et part à la retraite.

Le nombre d'étudiants autorisés par le gouvernement à poursuivre leurs études en deuxième année de médecine a été publié dans le Journal officiel du 5 janvier 2014. Celui des sage-femme (dont le nombre est aussi bloqué), qui s'ajoute aux chiffres ci-dessus, a été publié dans le Journal officiel du 9 janvier 2014.

 

 

source : blog UL CGT Dieppe

Commenter cet article