Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Le Diablo

ukraine-langues.jpg

Les autorités ukrainiennes en place cherchent à bâtir un Etat ethnique homogène. Avec l’application de cette politique, les minorités, qui représentent plus de 50 % de la population du pays subissent des persécutions.

 

Les discriminations frappent les Russes plus que les autres communautés ethniques.

Les organes de maintien de l’ordre et judiciaires ukrainiens, tout comme la communauté internationale ne s’y opposent pratiquement pas. Ces derniers temps, de plus en plus de Russes quittent l’Ukraine pour rejoindre leur patrie historique. Ils avouent craindre les exactions auxquelles se livrent de nombreux ultranationalistes et néonazis dans différentes parties du pays.

 

Les pouvoirs actuels à Kiev ont décidé de faire de l’Ukraine un Etat ethniquement homogène. Or cela ne peut pas se dérouler sans accrocs, estime le politologue ukrainien Rostislav Ichtchenko.

« Les autorités ukrainiennes essaient en fait d’ukrainiser de force toutes les minorités. Naturellement, cela ne peut se dérouler pacifiquement, parce que les minorités représentent plus de 50 % de la population de l’Ukraine. Lorsque la majorité du peuple ne vous soutient pas, vous ne pouvez promouvoir votre politique que par des méthodes terroristes. Soit vous devez changer de politique. »

 

D’après les données de l’Institut Gallup, 83 % de la population de l’Ukraine sont des russophones. Et ce sont eux qui sont le plus persécutés dans le pays. Les cas, sur lesquels les organes de maintien de l’ordre ferment les yeux, sont horribles par leur atrocité.

 

Moscou a exhorté maintes fois l’ONU, l’OSCE et le Conseil de l’Europe à se pencher sur les atteintes portées aux intérêts des Russes. L’OSCE invite la Verkhovna Rada à adopter une nouvelle loi sur les droits des minorités en Ukraine.


Il est vrai que rien n’a changé pour le moment et il est peu probable que quelque chose évolue, estime Alexandre Gouchtchine, chef adjoint de la chaire des ex-républiques soviétiques voisines de l’Université humanitaire de Russie.

« En somme, des tendances négatives prédominent. Les différents postes sont occupés par des personnages qui apriori ne peuvent arranger la population russe. Le conseil municipal de Lvov a pris la décision de hisser le 9 mai [jour de la commémoration de la victoire sur le nazisme] des drapeaux noirs. Le russe n’a pas le statut officiel de deuxième langue, et il ne reste pratiquement plus d’écoles russes même à Kiev, sans parler d’autres provinces.


Depuis l’arrivée des nouvelles autorités la population russe est anxieuse, pressentant une probable radicalisation et une détérioration de ses positions. »

 

Dans son récent rapport la Commission européenne pour le racisme et l’intolérance a fait part de sa préoccupation par une discrimination des minorités en Ukraine. Il est vrai, qu’après cette déclaration rien n’a changé. L’Occident veut-il ou non stopper les nationalistes portant atteinte aux droits des Russes, des Polonais, des Juifs, des Hongrois, des Tchèques et des Allemands ethniques ? On l’ignore toujours.

 

(Ksenia Melnikova, La Voix de la Russie - RIA Novosti, 25/04/2014)



source: FACEBOOK - Jean-Pierre Dubois

Commenter cet article