Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO

andr--gerin.jpg

"Pourquoi je ne signerai pas la pétition réclamant notamment la création d'un fonds de développement humain, social et environnemental à partir de la banque centrale européenne".

Cher Camarade,

Je ne signerai pas la pétition lancée par « l’Humanité » réclamant notamment la création d’un fonds de développement humain, social et environnemental à partir de la BCE, outil par excellence au service du secteur bancaire et financier, de l’oligarchie financière.

De telles instances, comme toutes les autres, sont dimensionnées pour imposer le capitalisme mondialisé. Ce qui est à l’ordre du jour, c’est la remise en cause des traités depuis Maastricht, qui sont autant de camisoles, dont il faut se défaire. L’Euro en fait partie pour abaisser les souverainetés nationales.

Les instances européennes multiplient les réunions afin d’imposer à tous les pays de l’Union européenne la cure d’austérité et la purge infligées déjà à la Grèce et à l’Irlande.

Les responsables de la crise financière sont clairement identifiés : ce sont les grandes banques et les institutions financières européennes et mondiales. Elles ont joué avec le feu, elles ont mis le feu, développant la spéculation contre l’économie réelle, celle qui permet de produire les richesses.

Les Etats se sont empressés de voler au secours des incendiaires avec 5 000 milliards d’euros. Leurs finances publiques sont en péril, tandis qu’ils ont tari, avec l’austérité, les sources de toute croissance.

Il s’agit à présent de payer la facture alors que les fauteurs de crise ont repris, de plus belle, le monopoly financier.

Qui va payer ? Le peuple.

Pour les partisans de la loi du fric comme seule boussole de gouvernance des sociétés humaines, la crise est une aubaine.

Ils considèrent qu’elle va leur permettre aujourd’hui d’imposer toute la logique libérale, qui a présidé à la création de l’OMC, du projet de Constitution européenne rejetée par les Français, de la BCE et de l’Euro.

Il s’agit de lever tous les obstacles qui entravent la « concurrence libre et non faussée », l’envahissement par le profit de toutes les activités. Cela implique la liquidation des services publics, des avancées sociales, du droit du travail… et une austérité drastique, ce que le gouvernement français a commencé de mettre en place avec le budget 2011.

Il est illusoire de penser que nous sortirons de cette impasse sans remettre en cause les cadres qui nous ont été imposés.

Il s’agit de redéfinir une coopération entre pays européens fondée sur le développement des richesses des nations et des intérêts mutuellement avantageux.

Il n’y a pas de sortie de la crise sans que soient demandés des comptes aux banques, sans qu’elles financent l’économie réelle, c'est-à-dire l’investissement productif et des revenus du travail dignes. La question de leur nationalisation nous est posée comme un impératif pour rompre avec le capitalisme du désastre.

Reçois, Cher Camarade, mes fraternelles salutations.

André Gerin

Commenter cet article