Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Les communistes portugais lancent une campagne nationale contre l'exploitation sur le lieu de travail et la hausse du temps de travail
Le Parti  Communiste Portugais a lancé une campagne nationale de sensibilisation et de mobilisation des travailleurs contre l'exploitation et les modifications de la législation du travail, notamment la hausse du temps de travail.
avante-pcp.jpgLa campagne a été lancée hier après-midi, lors d'une réunion publique à Casa do Alentejo, à Lisbonne, à laquelle a participé le secrétaire-général du PCP.
Pour impulser cette campagne, le Parti réalisera des rassemblements dans le Nord et le Sud du pays, la première de ces actions étant un défilé dans les rues de Porto en la présence de Jeronimo de Sousa. Aux organisations de parti reviendra la tâche d'organiser les débats, tribunes publiques et actions de rue.
Sont également programmées diverses rencontres avec des travailleurs de différents secteurs et avec leurs organisations représentatives, autour des modifications de la législation du travail.
Par cette campagne, le PCP souhaite également apporter sa contribution à la nécessaire mobilisation de masse pour la lutte en cours.
 

 

Un recul inacceptable
Pour le PCP, l'aggravation de l'exploitation est un axe central de la politique menée actuellement, dans laquelle l'offensive contre les droits des travailleurs et le processus de remise en question du code du travail est un élément crucial dans la perspective de préserver les mécanismes et les instruments indispensables à l'accumulation maximale de profit pour le capital. Parmi les mesures contestées par les communistes, une se révèle particulièrement grave : l'augmentation du temps de travail légal, dans le secteur privé, de trente minutes par jour et deux heures et demi par semaine, sans aucune compensation pour le travailleur.
Dès que l'intention du Gouvernement fut connue, le PCP a attiré l'attention sur ce que cela allait représenter, lorsque la loi serait adoptée. Dans un communiqué de la réunion du Comité central du 16 octobre, le PCP estimait que cette augmentation du temps de travail se traduirait par 16 jours par an de travail non-payé par travailleur, par la destruction de près de 250 000 emplois et par des cadeaux au grand capital de plus de 7,5 milliards d'euros.
Considérant l'augmentation du temps de travail comme un recul « inacceptable », le PCP souligne également que la mesure n'a aucune justification autre que celle justement de favoriser l'accumulation de plus-value de la part des grands groupes économiques et financiers. La journée de travail de huit heures est un acquis historique des travailleurs, conquis par la lutte de plusieurs générations.
Avec ces changements, le Portugal sera le deuxième pays de l'Union européenne en termes de durée de la journée de travail, juste derrière la Grèce. Même sans cette augmentation, on travaille 8,4 heures de plus par semaine qu'en Hollande et 3,3 heures de plus qu'en Allemagne. Rappelez-vous également que, comme l'a récemment publié l'Institut national de statistique, les coûts du personnel ne représentent que 14% des coûts des entreprises non-financières, voilà pourquoi l'augmentation du temps de travail ne permettrait une réduction moyenne des coûts pour les entreprises que de 0,89%.
 

 

Exploitation effrénée
Ne se satisfaisant pas de la hausse du temps de travail, le Gouvernement a ajouté la suppression de quatre jours fériés en 2012 et en vient maintenant à proposer la fin de la majoration des jours chômés travaillés, comme le prévoit le Code du Travail. Ce que le gouvernement souhaite, c'est que tout à coup, les travailleurs se mettent à travailler un mois de plus par an que ce qu'ils travaillaient en 2011. Et sans être payés plus, bien au contraire : l'augmentation du temps de travail, la suppression des jours fériés et la réduction de 50% de la rémunération des heures supplémentaires pourraient signifier le vol de deux à trois mois de salaires par an.
Mais les mesures du gouvernement PSD/CDS contre le monde du travail ne s'arrêtent pas là. Dans la ligne de mire, également l'introduction le « compte épargne de temps de travail » de 12 heures par jour et 60 par semaine, sans aucune compensation extraordinaire ; la diminution du salaire horaire pour le calcul des autres rémunérations ; la suppression du repos compensatoire après un travail en jour férié ou chômé ; la libéralisation des licenciements individuels, avec une extension des « motifs valables » de licenciement ; la diminution du montant des indemnisations et des allocations de chômage. Dans la ligne de mire également la négociation collective.
 

 

Rejeter le pacte d'agression
La mise en œuvre de cette campagne nationale du PCP contre l'exploitation et l'augmentation du temps de travail a été décidée lors de la réunion du Comité central du 8 décembre. Mais ces objectifs s'insèrent dans l'appel lancé par Jeronimo de Sousa, dans son discours à la Fête d'Avante !
A l'occasion, le secrétaire-général du PCP a considéré qu'il était indispensable « d'ériger un  solide mur de résistance et de lutte face à chacune des mesures annoncées, de livrer bataille sur chacune des décisions imposées, de mettre en échec chacun des projets s'attaquant à des droits et acquis sociaux ». Tout en soulignant la nécessité de « fixer comme objectif général pour les travailleurs et le peuple la lutte pour le rejet du pacte d'agression et de soumission. »
S'adressant à tous les travailleurs, aux démocrates et aux patriotes, Jeronimo de Sousa a appelé, alors, à la constitution et au développement d'un « grand mouvement populaire » de rejet du pacte d'agression, étendant cet appel à tous ceux qui « comptent sur les énergies, les ressources et les capacités du Pays à construire un Portugal plus développé, juste et souverain et ceux qui n'acceptent pas que le Pays soit transformé en un simple protectorat assujetti aux décisions et intérêts colonisateurs des principales puissances européennes. »
 

 

Dans la rue contre l'augmentation des prix
 

La plus importante hausse de prix de ces dernières décennies sur une large gamme de prix et de services de base est également dénoncée par le PCP. Le premier tract de cette année 2012 sera même sur cette question, au vu des conséquences brutales qu'auront ces augmentations sur la vie de l'immense majorité des portugais, touchant des services aussi importants que le logement, l'énergie, les transports, l'alimentation ou la santé.

 

Traduction AC

Source : Avante, organe du PC Portugais repris par «Solidarité Internationale PCF »

Commenter cet article