Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

 Lu sur le blog "Réveil Communiste"
 


PSA : le gouvernement Ayrault doit revoir sa copie
Empêcher la fermeture d'Aulnay

Madame, Monsieur,

Veuillez trouver, ci-dessous, mon courrier à Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, concernant PSA Aulnay.

Cordialement

André Gerin

-----------------

 

Cher Pierre,

 

Le gouvernement vient de faire une série d’annonces à propos de PSA et de l’automobile. A la suite de celles-ci, le Parti communiste a pris position et je pense qu’on devrait arrêter d’arrondir les angles car dans les décisions du gouvernement Ayrault, je ne vois rien d’essentiel qui permette de mener une véritable politique industrielle.

 

Il se contente de multiplier les expertises en acceptant, de fait, la décision de Peugeot et prolonge le raisonnement politique en matière d’accompagnement et de reconversion.

 

Curieusement, le mot d’ordre de la campagne électorale made in France, a presque disparu du langage étatique. Allons-nous assister au syndrome de Vilvoorde comme au temps de l’époque du gouvernement Jospin ? Pour les communistes, c’est une position inacceptable !

Nous ne pouvons pas nous contenter seulement de renouveler, même si tout cela est utile, notre soutien aux salariés de PSA et à toute la filière automobile, car nous sommes bien loin du compte.

 

Ce que le monde du travail et le pays attendent dans ce domaine de l’industrie, est d’une toute autre ampleur afin de ne pas revivre les expériences du passé.

 

Dans ce contexte, le Parti communiste français doit apparaître comme la grande force critique et constructive pour que la gauche réussisse enfin, pour empêcher à tout prix la fermeture de l’usine d’Aulnay, pour s’opposer bec et ongle aux suppressions d’emplois, en menant une bataille idéologique féroce et casser le dogme du coût du travail et de la compétitivité capitalistique.

 

Non le coût du travail n’est pas trop élevé en France. C’est un mensonge !

 

Oui PSA est déjà trop mondialisé malgré le maintien de l’emploi en France, qu’il a bien mieux satisfait que Renault. Mais la famille Peugeot a donné beaucoup de dividendes à ses actionnaires et cela, toujours au détriment de l’investissement productif.

 

Nous devons dire Non, trois fois Non à la fermeture d’Aulnay, Non aux suppressions d’emplois.

 

Oui à la mise en place volontariste et contraignante d’une politique de relocalisation industrielle pour Peugeot, Citroën et pour Renault bien sûr. Oui à une politique de reconquête des filières mécaniques pour l’automobile, le poids lourd et les cars et bus, garrottée par les grands donneurs d’ordres.

 

C’est là que se trouve le cœur du débat national pour l’avenir économique de la France car nul ne pouvait ignorer, à gauche comme à droite, que le plan social Peugeot-Citroën allait être une boucherie.

 

Demain, à qui le tour ?

 

Je crois sincèrement que la situation impose une initiative large, unitaire, exceptionnelle du parti communiste français au niveau national ; une bataille qui concerne l’avenir du pays, de nos enfants et des générations futures et qui peut intéresser des centaines de milliers de français qui pourraient s’inscrire dans le développement d’un mouvement populaire d’une ampleur sans précédent avec tous ceux qui veulent défendre l’industrie nationale.

 

Ce que nous avons fait pour le Non victorieux à la Constitution européenne en mai 2005, ne sommes-nous pas capables de le faire pour l’industrie ? Car je sais que des centaines de militants syndicaux socialistes, communistes, républicains, beaucoup de militants responsables historiques dans l’automobile, sont prêts à être partie prenante d’une grande bataille politique salutaire.

 

Je crois que nous ne pouvons pas patienter jusqu’à la prochaine réunion du Conseil national le 13 septembre 2012. C’est sans attendre qu’il nous faut préparer la riposte du pays et obliger le gouvernement Ayrault à revoir sa copie sous peine de faire entrer la gauche dans une nouvelle impasse suicidaire.

 

Le parti communiste peut être utile au pays avec toutes les forces de gauche et de progrès. Personne n’a envie, demain ou après-demain, qu’il y ait des réveils douloureux car nous avons déjà donné le 21 avril 2002.

Voilà, cher Pierre, mon point de vue et les suggestions que je souhaitais t’exposer, bien évidemment, en étant partie prenante de cette bataille décisive pour la France.

 

Amitié fraternelle.

André GERIN

 

Commenter cet article