Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Diablo

espagne-carte1

Le Fonds monétaire international (FMI) a préconisé, vendredi, que l’Espagne baisse encore les salaires, comme moyen de réduire le taux de chômage (26,26%).  « Les réformes doivent aller plus loin, en augmentant la flexibilité interne au sein des entreprises » a déclaré le FMI, au terme de son contrôle annuel sur l’Espagne.

 

Serré de près par la Troïka (Fonds monétaire international, Union Européenne, Banque Centrale Européenne) pourdéficit excessif (922,828 milliards d’euros de dette au premier trimestre 2013 intégrant un prêt de 41,3 milliards d’euros pour les banques), le pays atteint le nombre de 4,7 millions de chômeurs.

 

Ce chiffre a baissé en juillet, selon les chiffres officiels publiés vendredi, grâce aux emplois liés au tourisme. Si le premier ministre Mariano Rajoy, englué dans un scandale de corruption en déduit que son pays est  "sur le point de sortir de la récession ", le FMI, pour sa part, prévoit une baisse de la croissance de 1,6 % cette année, nulle en 2014 et faible les années suivantes .

 

Alors que le salaire minimum est de 645 euros, le FMI prône une baisse des salaires, plutôt que des licenciements. Il prédit un taux de chômage supérieur à 25 % jusqu’en 2018, critique les « coût de licenciement élevés » dans le cas des contrats fixes et appelle à un accord entre patrons et syndicats pour améliorer la situation.

 

L’Espagne s’est déjà engagée dans cette voie, comme à Renault notamment, où un accord, en novembre 2012, qui réduisait les contrats fixes protégés au profit de contrats précaires, avait été signé par les syndicats.

 

Source: POI

Commenter cet article