Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Classe contre classe dans toute l’Union Européenne

Nous vivons un affrontement de classes majeur, qui pose toutes les questions du rapport de l’homme au travail : durée de carrière et emploi des jeunes, conditions de travail et salaires, stress et temps pour soi.

Le gouvernement Sarkozy/Fillon a opté délibérément pour la satisfaction des seuls marchés financiers en vue d’accroître les profits capitalistes, en détruisant pas à pas les conquêtes sociales du XXème siècle.

Le pouvoir de Sarkozy est synonyme de régression de civilisation. Sa politique peut être résumée ainsi : Tout pour le Capital !, ce qui va se traduire par «  travailler plus pour gagner moins  », par les cadeaux fiscaux aux grandes fortunes (exonérations d’impôts, aides aux entreprises - 500 milliards cette année ! -), milliards qui, sans contrôle populaire, ont été engloutis dans les fonds de pension et la spéculation boursière.

Cette politique, la plus réactionnaire depuis le régime de Vichy, engendre un formidable mécontentement puisqu’elle est rejetée selon les sondages par 70 % des électeurs !

Dans toute l’Union européenne(UE), cette stratégie dite de Lisbonne (ratifiée par Chirac et Jospin en 2000) est mise en œuvre tant par les gouvernements conservateurs que sociaux-démocrates (Espagne, Grèce) avec son cortège de mesures : licenciements, baisse des pensions et salaires, casse des emplois publics, précarité, allongement du temps de travail et de carrière.

L’UE se confirme comme une machine à broyer les droits démocratiques et sociaux. Mais ce n’est qu’un instrument au service du seul et vrai responsable, cette nouvelle aristocratie financière - soit 2 à 3% de la population – qui, grâce à sa domination sur chaque État et sur l’UE, grâce à sa propriété privée des entreprises, des banques et médias, s’accorde tous les droits et pille les fruits du travail de la majorité exploitée.

Contre le pouvoir Sarkozy et l’UE, le seul recours est la lutte massive. La Confédération européenne des syndicats(CES) - où est-elle durant le conflit en France ? - s’avère bien être la courroie de transmission et d’aménagement des directives de chaque État et de Bruxelles.

Comme travailleurs, nous prenons conscience de l’erreur historique qu’a été la rupture de la CGT avec la Fédération Syndicale Mondiale (FSM) ; il faut réparer cette erreur, et œuvrer à ce que les syndicats rejoignent cette grande centrale internationale de lutte de classes. C’est une des conditions pour que se déploie, contre le Capital, une Europe des luttes ouvrières et de la jeunesse !

France : Nous ne sommes pas battus, la lutte continue !

La bataille contre la suppression de la retraite à 60 ans a ouvert une nouvelle page. Rien ne sera plus comme avant !

C’est tout d’abord le résultat d’une mobilisation unitaire remarquable tant par son nombre que par sa durée. Les manifestations sont toujours puissantes, mais la grande avancée, ce sont les grèves reconductibles : raffineries, transports urbains, ports, éboueurs, cheminots, qui indiquent que le blocage de la production est la voie qui, en lésant les profits capitalistes, exerce une pression maximale sur le gouvernement au service des intérêts financiers.

Enfin, l’entrée de la jeunesse dans la lutte a changé la donne, avec l’apport de sa détermination, de sa combativité, de sa solidarité avec les générations aînées.

Sarkozy, Fillon, Woerth, avec leur arrogance coutumière, interviennent sur le mode « Nous avons gagné, la loi est votée ». Tout d’abord, les luttes se poursuivent sous diverses formes créatives, même si les médias ont la consigne de les ignorer.

La représentation majoritaire parlementaire est coupable d’un véritable délit de casse des conquêtes sociales.

L’histoire connaît nombre d’exemples où le pays représenté n’a plus la légitimité populaire. En 1936, le parlement du Front Populaire votait, suite aux grèves, les 40 heures et les congés payés. Cette même chambre, à l’exception des élus communistes, accordait les pleins pouvoirs à Pétain en 1940. Dès lors, la légitimité populaire était incarnée par la Résistance. Plus près de nous, en 2005, plus de 90 % des sénateurs et députés (UMP, UDF, PS) étaient favorables au OUI lors du référendum sur le TCE. La légitimité populaire était du côté des partisans du NON vainqueur. Souveraineté populaire d’ailleurs violée par la ratification de la nouvelle mouture du TCE par le parlement.

Même votée, la loi Woerth se heurte à l’opposition de la majorité des travailleurs et électeurs. Toute législation imposée aux forceps sera combattue jusqu’à son abrogation, c’est le sens de la lutte qui continue !

RETRAITE À 60 ANS À TAUX PLEIN et 37,5 annuités !

RETRAIT DE LA LOI WOERTH !

Union des Révolutionnaires-Communistes de France (URCF)

le 2 novembre 2010

 

Commenter cet article