Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Diablo

prcf-b

 

Faisant suite à une série d’élections partielles qui vont toutes dans le même sens (abstention majoritaire, déroute du PS, regain de l’UMP, montée en flèche du FN, stagnation ou recul du Front de gauche), l’élection de Villeneuve-sur-Lot confirme – hélas ! – toutes les analyses politiques publiées par le PRCF depuis l’élection de François Hollande.

 

 

La « tenaille politique » mise en place par les forces du capital pour broyer la France, paralyser le monde du travail et obscurcir la perspective politique, fonctionne à plein régime : notre peuple est pris en étau entre l’UMPS, dont les dirigeants rivalisent de reptation devant Bruxelles et Berlin, et l’UM’Pen ultra-réactionnaire de Copé et de Marine Le Pen.

 

 

Cet étau se referme sur notre pays au moment où l’Union Européenne et le MEDEF – dont les « Etats-Unis d’Europe » et l’ « Union transatlantique » sont désormais la « patrie » avouée* - tancent quotidiennement le peuple français tout en «diktant » dans ses moindres détails la feuille de route assignée à M. « Jean-MarK Euro »: solution finale contre les retraites par répartition, démolition des statuts et du Code du travail, blocage à perpétuité des salaires, euthanasie du service public, basculement de l’Université au tout-anglais, substitution de l’Europe des métropoles aux communes et à la République une et indivisible, etc.

 

 

D’un côté, imitant l’exemple suicidaire des « socialistes » Papandréou et Zapatero, F. Hollande préfère prendre le risque de se carboniser politiquement plutôt que d’oser dire « m…. » aux sommations de Barroso, le commis des Etats-Unis, et de Merkel, la nouvelle Thatcher continentale.

 

 

Quant au « peuple de gauche », il se détourne avec dégoût de ce PS sans honneur qui couvre d’un verbiage « sociétal » ses guerres impérialistes à répétition, sa casse de la nation républicaine et sa politique d’arasement des acquis de la Libération. Symptôme de la crise qui taraude le PS, les contorsions du play-boy Montebourg : après avoir validé les fermetures de sites industriels (Florange, Aulnay, Good Year, Doux, il n’en aura pas « sauvé » une !), Montebourg tente de se singulariser en ciblant personnellement Barroso comme le n°2 du Parti de gauche avait ciblé Moscovici : mais plutôt que de personnaliser les attaques, le courage politique consisterait à remettre en cause radicalement l’UE, l’euro, l’OTAN et le capitalisme !

 

 

De l’autre côté, l’UM’Pen des « Cop’Pen » et des « Coqs-Haines », prolifère sur le terrain fangeux de l’homophobie et de la haine du travailleur musulman (mais pas des émirs du Qatar, rassurons-nous…). Au mépris des chrétiens attachés à la laïcité et aux principes évangéliques, la hiérarchie catholique s’est prêtée pendant un an à l’entreprise antirépublicaine visant à fédérer toute l’ultra-réaction.

 

 

Quant au Front de gauche, il s’enfonce dans ses contradictions. D’une part, il dénonce les effets délétères de la « construction » européenne. D’autre part, tenu par son affiliation au Parti de la Gauche Européenne et par la dépendance électorale du PCF-PGE à l’égard du PS, il continue de prétendre qu’une réorientation progressiste de l’euro – cette arme de destruction des souverainetés nationales et des acquis populaires –, et qu’une « refondation » de l’UE, cette dictature continentale en marche vers l’ « Union transatlantique » – est possible. Le malheur pour MM. Laurent et Mélenchon, c’est qu’après les récentes sommations de Barroso et de Michel Barnier (secondé par Philippe Herzog !) contre la France (l’agenda détaillé des contre-réformes est fixé par Bruxelles, et dans quels termes humiliants pour notre pays !), notre peuple rejette et rejettera de plus en plus le conte de fées de « l’Europe sociale », fût-il repris en chœur par les états-majors syndicaux qui ont cautionné la récente « conférence (anti-)sociale ». Si bien que le FN, profitant à la fois du décrochage de Hollande, du climat politique pré-fascisant et du rejet légitime de l’Union Européenne, a tout loisir d’exploiter la situation pour « vendre » son « alternative » mortelle,  pseudo-« populaire » et pseudo-patriotique.

 

 

Plus que jamais il y a donc urgence à faire vivre et à rendre visible, sans compromis aucun ni avec l’extrême droite liberticide, ni avec les états-majors de la « gauche » euro-formatée, un FRONT POPULAIRE, PATRIOTIQUE et PROGRESSISTE. Centré sur le monde du travail, comme l’était déjà explicitement le programme du Conseil National de la Résistance, ce Front populaire et patriotique agira sur les bases de principe du CNR (indépendance nationale, centralité du monde du travail, nationalisations des monopoles capitalistes de la finance et de l’industrie, laïcité républicaine, antifascisme et antiracisme, coopération internationale avec tous les pays du monde, progrès social) pour sortir la France de l’UE par la voie progressiste.

 

 

C’est dans cet esprit que le PRCF appelle les vrais communistes à s’unir à la porte des usines, des autres entreprises, des quartiers populaires, des lycées et des facs, dans une campagne communiste permanente pour sortir la France de l’UE par la porte à gauche. C’est la condition pour que la lutte de masse pour le socialisme renaisse dans notre pays et pour que se reconstitue, en lien avec les luttes de la classe ouvrière, un Parti communiste digne de ce nom. Parler, débattre, c’est bien ; mais agir ensemble en direction des travailleurs sur la base d’une campagne de fond pour les « quatre sorties » (euro, UE, OTAN, capitalisme), c’est là que se trouve le levier décisif qui permettra d’unir les communistes pour remettre notre peuple à l’offensive.

 

 

C’est aussi dans cet esprit, celui du rassemblement populaire majoritaire qui avait triomphé lors du référendum du 29 mai 2005, que le PRCF invite les progressistes, communistes ou pas, à signer l’Appel unitaire du 18 juin 2013 porté par le M’pep, les clubs « Penser la France » et le PRCF ; il s’agit de sortir notre pays du broyeur euro-atlantique pour reconstruire la France dans l’esprit du CNR. Constituons partout « en bas » l’alliance gagnante du drapeau rouge et du drapeau tricolore contre l’UE du capital, contre ses « collabos » du capital « français » et contre l’ultra-droite qui est chargée par les forces du capital de « verrouiller » le dispositif d’oppression et d’exploitation.

 

 

C’est aussi dans cet esprit que le PRCF invite les syndicalistes à préparer le tous ensemble contre la casse des retraites et à prendre appui sur l’Europe des luttes. Osons clamer que le sauvetage de leur maudit Euro, que le « remboursement » de leur dette illégitime, ne valent pas la destruction des conquêtes démocratiques, laïques et sociales arrachées au prix du sang par notre peuple depuis la Révolution française !

 

 

Plus que jamais, RESISTANCE POPULAIRE, ALTERNATIVE PROGRESSISTE ET RENAISSANCE COMMUNISTE exigent la mise en place d’un large FRONT POPULAIRE ET PATRIOTIQUE à l’initiative des vrais communistes et des vrais  progressistes !

 

· Cf le « manifeste du MEDEF » intitulé « Besoin d’aire », décembre 2011.

 

Pour la COMMISSION EXECUTIVE DU POLE DE RENAISSANCE COMMUNISTE EN FRANCE-  PRCF

Léon Landini (92), Pierre Pranchère (19), Jean-Pierre Hemmen (80), Georges Gastaud (62), Antoine Manessis (38), Annette Mateu-Casado (66), Jany Sanfelieu (89), Benoît Foucambert (81), Jean-Paul Leroy (75), Hubert Cuilleron (92), Jean-Michel Pascal (75), Vincent Flament (59), Etorix de Angelis (06), Jean Poirier (37), Bernard Parquet (94), Bernard Guillaumin (78), auxquels s’associent les JRCF et Jo Hernandez pour la commission luttes du PRCF.

Commenter cet article